Test de l’Arlo Pro 3 : deux mois avec la caméra de surveillance sans fil par excellence

Une excellence qui fait tout de même mal au portefeuille

 

Introduction

Quelques mois après le lancement de sa caméra de surveillance haut de gamme Ultra, Arlo revient sur le devant de la scène et nous propose une mise à jour de sa gamme Pro. Voici notre test complet de l'Arlo Pro 3.

Après l’Arlo première du nom, la Pro et la Pro 2, la marque spécialisée dans la surveillance domestique et professionnelle Arlo nous propose sans surprise la quatrième génération de sa gamme la plus connue : l’Arlo Pro 3. Sur le papier, la proposition est alléchante : capteur 2K, mode HDR, champ de vision de 160 degrés, projecteur intégré, notifications intelligentes… Nous allons voir si toutes ces promesses sont tenues. Il sera d’ailleurs intéressant de se questionner sur la valeur ajoutée de la caméra Arlo Ultra comparée à la caméra testée ici, à savoir l’Arlo Pro 3.

Le pack que j’ai testé dans cet article comprend deux caméras de surveillance Arlo Pro 3, de quoi vous proposer un test complet de l’autonomie offerte par les caméras. Ces dernières ont été utilisées pendant deux mois et dans des conditions réelles, à savoir devant ma maison. Comprenez que ce test reflète une utilisation pratique de l’Arlo Pro 3.

Une installation toujours aussi facile

Les caméras Arlo ont la particularité de fonctionner sur batterie, donc sans fil. L’absence de câble facilite grandement l’installation en plus de laisser une plus grande liberté à l’utilisateur : nul besoin d’avoir une prise électrique à proximité de l’emplacement où l’on souhaite positionner la caméra. Attention, il faut tout de même s’assurer que la portée de son réseau Wi-Fi – un répétiteur ou routeur fera l’affaire si jamais.

L’Arlo Pro 3 sous tous les angles

Comme sa grande sœur Arlo Ultra, l’Arlo Pro 3 ne m’aura demandé qu’une dizaine de minutes pour l’installer. La procédure est classique et nécessite sans surprise de passer par l’application constructeur, disponible sur Android et iOS. La première étape consiste à brancher un hub sur le secteur et à la box Internet. Les caméras Arlo nécessitent en effet un pont de connexion – appelé SmartHub – pour fonctionner. La connexion entre le SmartHub et la box Internet se fait en Ethernet : il faut donc positionner le hub à proximité de cette dernière. Le design et la couleur blanche du SmartHub sont appréciables. Ce n’est pas une oeuvre d’art, mais sa sobriété et légèreté laissent tout de même la possibilité de le poser sur un meuble télé sans dénaturer l’ensemble – j’ai de mon côté sagement caché le hub dans mon meuble télé.

Le SmartHub de l’Arlo Pro 3

Une fois le hub branché, il suffit de se créer un compte ou de se connecter dans l’application. Cette dernière détectera le SmartHub, qui se chargera à son tour de scanner les environs pour trouver les caméras de surveillance. Voilà, il ne reste plus qu’à positionner la caméra à l’endroit souhaité. Le pack de base que j’ai testé est composé de deux caméras et de deux systèmes de fixation différents.

Les premières étapes de l’installation

La solution aimantée est bien pensée puisqu’elle assure un ferme maintien de la caméra tout en laissant la possibilité de modifier la position de la caméra, histoire de viser avec précision une zone que l’on souhaite surveiller. Attention, une personne mal intentionnée n’aura aucun mal à décrocher la caméra de son socle magnétique si l’ensemble est à portée de main. On ne peut pas tout demander à un système magnétique, mais il faut avouer que savoir possible la disparition d’une caméra de surveillance à plusieurs centaines d’euros n’est pas rassurant. On aura au moins les dernières images du voleur le cas échéant.

La fixation aimantée

Le deuxième système de fixation est un peu plus sécurisé dans la mesure où il est fixé au mur ou tout autre support à l’aide de trois vis. La caméra est quant à elle vissée à ce support : elle sera moins facile à décrocher qu’avec le système aimanté. La seule partie du processus d’installation qui peut devenir long est bien celui-ci, mais les bricoleurs du dimanche arriveront tout de même à fixer trois vis.

Le deuxième type de fixation

J’ai installé les deux caméras devant mon garage, ce qui me permet de surveiller l’entrée de ma propriété. Les positions et champs de vision des deux caméras se complètent : l’une est un peu plus orientée sur les escaliers qui mènent à ma porte d’entrée et l’autre sur ma boîte aux lettres. Vous l’aurez sûrement compris, ces caméras peuvent être utilisées et ont été conçues pour être utilisées en extérieur. En plus d’être résistante aux intempéries, l’Arlo Pro 3 est censée fonctionner sous des températures allant de -20 à 45 degrés Celsius. Rien à signaler de mon côté : mes caméras n’ont pas subi de pluies intensives, mais ont très bien résisté aux températures hivernales. Rien ne vous empêche cependant à les placer en intérieur.

Terminons cette partie sur le design de la caméra. Il reste inchangé par rapport à celui de l’Arlo Ultra, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Je ne dirai pas que cette conception monocoque et sa finition en plastique blanc brillant se fondent dans tout type de décors, mais elle a au moins le mérite de rester élégante tout en ne laissant pas de doute sur la nature du produit accroché au mur : il s’agit bien d’une caméra de surveillance.

Une bonne application pour d’excellentes notifications

Arlo propose une seule et unique application pour contrôler ses différents produits. Sobrement nommée Arlo, cette dernière est disponible gratuitement sur Android et iOS. Ceux qui ont déjà des produits Arlo ne seront pas désorientés par l’organisation de l’application puisqu’ils l’utilisent déjà, mais les nouveaux propriétaires de caméra Arlo Pro 3 auront besoin de quelques utilisations pour comprendre en profondeur son fonctionnement.

Avant de détailler l’organisation de l’application et des notifications, il convient d’expliquer le fonctionnement de la caméra. Cette dernière fonctionne sur batterie, et Arlo fait donc tout pour préserver son autonomie. Ainsi la caméra ne filme jamais en continu et attend des instructions pour filmer. Comprenez qu’elle commence à enregistrer dès lors qu’elle détecte un mouvement, qu’importe la nature de ce dernier – animal, véhicule ou tout autre mouvement. La caméra met un certain délai à s’activer et à enregistrer. Il est donc courant que le clip commence alors que la personne a déjà parcouru du chemin dans la zone surveillée. Notez que si vous n’avez pas sélectionné les notifications d’animaux, les clips liés à de tels événements seront tout de même disponibles dans l’historique, puisque la caméra s’active forcément quand un mouvement est détecté : elle ne sait pas à l’avance ce qui l’a déclenchée.

L’application est composée de trois volets. Celui du milieu est le premier proposé à l’utilisateur après l’ouverture de l’application. Il offre une vue des différentes caméras et permet d’interagir avec ces dernières. Notez que, dans un souci d’économie de batterie, le flux vidéo en direct ne se lance pas dès l’ouverture de l’application : il est nécessaire de cliquer sur la vignette pour accéder au live. Dès lors, il est possible de lancer un enregistrement, de prendre une photo, d’activer le micro et le projecteur – nous reviendrons sur cet élément dans la prochaine partie.

La page principale de l’application

C’est dans le deuxième volet qu’il est possible de consulter l’historique de vidéos enregistrées. Les clips sont triés par journée et sont marqués de leur durée, du type d’événement (audio, mouvement, personne…) et de l’heure à laquelle ils sont survenus. Chacun de ces clips est disponible à la lecture, au partage et au téléchargement. L’historique peut vite se remplir et rendre compliqué la recherche d’un clip spécifique, mais Arlo a pensé à proposer une fonctionnalité de filtre : l’utilisateur peut donc trier les clips par type d’événements et par caméras. Dommage qu’il ne soit toujours pas possible de les trier par heure.

C’est ici que l’on peut consulter les vidéos enregistrées

Le dernier volet permet de gérer le SmartHub, qui est considéré comme le centre névralgique du système. C’est en paramétrant cet élément que l’on détermine le fonctionnement de la caméra. Si la base est désarmée, l’Arlo Pro 3 ne sera jamais active et n’enregistrera aucun clip. Il faut impérativement armer la base pour recevoir les notifications. Il est également possible d’armer la base selon des plages horaires choisies ou selon sa position.

Le dernier volet sert à paramétrer les différents modes de la base

L’application utilise ici la position du téléphone et arme ou désarme la base en fonction de sa distance avec le domicile. Ce dernier mode n’a pas fait ses preuves : il ne fonctionnait quasiment jamais, ou alors avec beaucoup trop de retard. Je l’ai délaissé pour le mode classique. J’ai en effet toujours laissé la base armée, et voici le scénario que j’ai choisi : la caméra dirigée vers la boîte aux lettres commence à enregistrer dès qu’un mouvement ou bruit sourd est détecté, et ce jusqu’à la fin de l’événement (5 minutes maximum), l’autre caméra fait de même, mais ne s’active pas pour un bruit sourd.

Ici, on est obligés de s’enfoncer dans plusieurs sous-menus pour paramétrer le tout

Les paramètres laissent une grande liberté et un large choix de possibilité au niveau des notifications. Il est même possible de faire en sorte que la détection d’un mouvement par la caméra 1 lance un enregistrement sur la caméra 2. Mon seul regret est le manque de clarté des paramètres des notifications. Une partie se contrôle depuis la section tout juste décrite, et l’autre dans les paramètres généraux de l’application. Aussi, il faut se rendre dans des sous-menus, puis des sous-sous-menus pour trouver ce que l’on cherche. On s’y perd trop facilement et un nouvel utilisateur mettra certainement quelques utilisations à comprendre qu’il faut impérativement paramétrer la base pour recevoir des notifications, même s’il a déjà choisi dans les paramètres le type de notifications qu’il souhaite recevoir.

On choisit le type de notifications que l’on souhaite recevoir

Justement, attardons-nous désormais sur ces notifications. Elles sont toujours aussi efficaces et ont même été améliorées avec une mise à jour de l’application. Chaque notification, en plus d’afficher le type et l’heure du mouvement, embarque une image de l’événement. Mieux, l’objet en question (humain, animal…) est mis en avant en étant encadré et plus lumineux que le reste de la scène. Il est ainsi rare de devoir ouvrir l’application pour vérifier un élément. Les notifications arrivent dans un très faible délai et sont d’une constance exemplaire : je reçois par exemple systématiquement une alerte lorsque je quitte mon domicile tous les matins. Ce système de notification est une réussite.

Il faut tout de même effectuer quelques tests de paramètres de notifications pour éviter d’en être bombardé, ce qui est tout à fait normal pour un produit de ce type. L’utilisateur peut choisir d’être alerté ou non pour chaque type de notifications : personnes, véhicules, animaux et tout autre mouvement – par exemple un humain qui n’aurait pas été reconnu par l’algorithme.

En plus de proposer une détection des bruits sourds, des alarmes de détecteur de fumée et autres monoxydes de carbone, Arlo offre en bêta la reconnaissance de colis. Rien ne semble avoir évolué depuis mon test de l’Arlo Ultra : le taux de réussite est trop faible. Ma pauvre mère a en effet encore une fois été confondue avec un colis. On comprend mieux pourquoi Arlo ne propose pas encore de détection et reconnaissance des visages. Google Nest a une sacrée avance sur le sujet.

Pas tout à fait

Il est possible de créer des zones d’activité dans l’application : il s’agit de délimiter une zone bien précise et de seulement recevoir des alertes lorsqu’une activité est détectée dans la zone en question. Il est malheureusement impossible de déterminer un type précis de notification pour chaque zone.

L’option qui permet de mettre les notifications en pause

Enfin, Arlo a pensé à proposer un mode “Mute” pour les notifications, très utile pour éviter de recevoir des alertes par dizaines lors d’une soirée par exemple. Il faut impérativement se rendre dans les paramètres de l’application pour activer ce mode sur Android, alors qu’une simple interaction avec la notification suffit sur iOS. Dommage. L’application est fluide et agréable à utiliser, mais j’émets les mêmes remarques que lors de mon test de l’Arlo Ultra : elle mériterait d’être un peu plus soignée. Certains éléments sont trop petits donc compliqués d’accès, d’autres sont mal placés ou encore mal intégrés. Je trouve par exemple l’interface de lecture mal optimisée : l’image pourrait prendre plus de place et ainsi effacer les inutiles bordures noires.

Qualité d’image et performances

Le capteur 8 mm de la Pro 3 et ses 4 mégapixels offrent une définition vidéo 2K – 2560 x 1440 pour être précis. La qualité des images est sans surprise excellente. La prestation proposée par l’Arlo Pro 3 est plus que suffisante pour lire une plaque d’immatriculation et pour discerner un visage humain. Les clips enregistrés en journée offrent un très bon niveau de détails pour une caméra de surveillance. Les vidéos ne sont ni surexposées ni sous-exposées. Un mode HDR automatique est présent et explique en partie cette bonne gestion des zones très contrastées.

La Pro 3 reste excellente dans les vidéos de nuit et propose même de colorer les images grâce à un combo mode infrarouge et projecteur intégré. Ce dernier est très utile puisqu’en plus d’améliorer la qualité des vidéos de nuit, il s’allume dès que quelqu’un passe devant : très pratique quand on rentre dans la nuit, mais également pour faire comprendre à une personne mal intentionnée qu’elle est filmée. Il convient d’expliquer que le projecteur n’est pas constamment allumé, car l’autonomie prendrait un sacré coup le cas échéant. Ainsi, les scènes de nuit sont seulement colorées le temps de l’éclairage par le projecteur. Pour le reste, le mode infrarouge est très bon et garde une bonne gestion des zones contrastées. Ce mode est sans surprise plus précis et fidèle que le mode vision nocturne couleur.

L’Arlo Pro 3 et son projecteur

Le grand angle de 160 degrés proposé par la caméra est lui aussi très utile. Notez que le champ de vision de l’Arlo Pro 2 était de 130 degrés, et que le dernier modèle haut de gamme de la gamme, la Ultra, offre quant à elle un champ de vision de 180 degrés.

Vous trouverez ici une vidéo comportant plusieurs clips enregistrés par mes deux caméras Arlo Pro 3, de quoi vous laisser seuls juges de la qualité d’image de jour comme de nuit. Cette vidéo sera aussi l’occasion pour vous de prendre connaissance des performances des micros, du haut-parleur ainsi que de la sirène intégrée. Malgré les 80 dB qu’elle propose, je la trouve toujours aussi faible, voire ridicule. Elle aura tout de même le mérite de démotiver certains voleurs débutants.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Vous aurez compris qu’il est possible de communiquer avec une personne se trouvant devant la caméra via l’application. La communication est restée tout à fait satisfaisante malgré les très faibles performances de mon réseau Wi-Fi. Il faut tout de même compter sur un délai important – le temps d’ouvrir l’application et de lancer le mode microphone. Ce délai sera sûrement plus long que celui du facteur qui décide d’embarquer le colis faute de réponse.

Soulignons la présence d’un mode “auto tracking”. Ce dernier zoom et suit automatiquement l’élément en mouvement. Attention, ce mode désactive la définition 2K et fait retomber la qualité vidéo en 1080p. Les images restent largement exploitables, mais perdent en détail. Justement, il est possible de profiter d’un zoom numérique x12 dans l’application, et voici le rendu de différents niveaux de zoom sur un même élément – en mode 2K.

L’agréable surprise de l’autonomie

Voilà la partie qui va sûrement intéresser le plus de lecteurs. Soyez rassurés, j’ai profité de mes deux exemplaires de test pour vous proposer un véritable test d’autonomie. J’ai paramétré les deux caméras de la sorte pour comparer l’autonomie en fonction des configurations :

  • Caméra 1 (en bleu sur le graphique) → Meilleure qualité vidéo et projecteur activé
  • Caméra 2 (en rouge sur le graphique)→ Qualité vidéo basse et projecteur désactivé

Vous l’aurez compris, la configuration de la caméra 2 devrait permettre une meilleure autonomie que celle de la caméra 1. Notez que le projecteur de la caméra 1 s’allumait pendant trente secondes à chaque mouvement détecté dans la nuit. Après avoir chargé à 100% et installé les deux Pro 3, j’ai noté sur mon téléphone le niveau de batterie des deux caméras chaque jour à la même heure – 20 heures pour les curieux. Voici le résultat, sous forme de graphique.

Évolution de la batterie des caméras Arlo Pro 3 en fonction du temps

Interprétons rapidement ces résultats. Malgré sa configuration plus énergivore, la caméra 1 a tenu trois jours de plus que la caméra 2 – 38 jours contre 35. Le placement de cette dernière explique en partie ce résultat : la caméra pointait vers une zone qui présentait un peu plus d’activité que la caméra 1 – comprenez qu’elle sortait plus souvent de veille pour enregistrer des clips.

Il est important de comprendre que ces résultats (35 et 38 jours) reflètent ma propre utilisation. L’autonomie de ces caméras de surveillance dépend de leur placement. Ainsi d’autres utilisations moins poussées feront atteindre les 2 mois d’autonomie aux caméras. Comprenez qu’une caméra pointée vers un bout de jardin rarement visité n’aura pas la même autonomie qu’une caméra donnant accès sur un passage très fréquenté. Les caméras ont été, de mon côté, sollicité tous les jours. Les membres qui composent mon foyer sortent et rentrent au moins une fois par jour, plusieurs véhicules passent tous les jours et les chats du voisin viennent squatter mon entrée de garage toutes les nuits. Je consulte le flux vidéo en direct depuis mon smartphone deux à trois fois maximum par semaine.

J’ai voulu refaire la même expérience après avoir rechargé les caméras, mais mon Wi-Fi a fait des siennes durant plusieurs jours, forçant des déconnexions et des reconnexions très fréquentes des caméras et sabordant par la même occasion leur autonomie. Résultat ? 12 jours. Ce dernier reflète tout sauf une utilisation normale, mais j’ai tout de même décidé de vous proposer un graphique.

[Avec un Wi-Fi capricieux] Évolution de la batterie de la caméra Arlo Pro 3 en fonction du temps

Sachez que l’application nous prévient lorsque la batterie atteint le seuil des 15% – un mail est également envoyé. Enfin, notons l’absence d’un port USB-C, la caméra se rechargeant à l’aide d’un câble magnétique propriétaire. Comptez, selon mes tests, trois bonnes heures pour recharger complètement l’Arlo Pro 3.

Arlo Ultra ou Arlo Pro 3 ?

Les deux caméras proposent la même application, le même client web, les mêmes fonctionnalités et le même design. La différence se joue principalement et logiquement sur la qualité vidéo proposée : la Ultra peut filmer en 4K, contre une définition 2K pour la Pro 3. Cette dernière garde tout de même l’avantage. Pourquoi ? Tout simplement car l’utilisation de la définition 4K sur la Ultra est (trop) limitée : il faut passer à la caisse pour que les clips enregistrés le soient en 4K et non en 1080p. À l’inverse, la Pro 3 enregistre les clips en 2K, et ce directement après avoir sorti la caméra de la boîte. Une bonne surprise.

L’Arlo Pro 3 à gauche et l’Arlo Ultra à droite

Ces deux caméras proposent les mêmes fonctionnalités – notifications précises, détection des éléments à l’image, zones d’activité et surtout enregistrement dans le cloud. Attention, ces avantages nécessitent l’abonnement au service Arlo Smart. Ce dernier est gratuit pendant 3 mois à l’achat de la Pro 3 contre un an pour la Ultra. Revenons à la Pro 3. Il faudra, après les trois mois gratuits, payer l’abonnement pour retrouver ces fonctionnalités essentielles. Comptez 2,79€ par mois pour une caméra et 8,99€ par mois pour cinq caméras.

C’est encore une fois sur le point de l’abonnement que les choses se compliquent pour Arlo. Les offres proposées sont trop nombreuses, trop compliqués à comprendre et surtout trop coûteuses pour des caméras à plusieurs centaines d’euros. Il existe un abonnement permettant à la caméra d’enregistrer en continu le flux vidéo dans le cloud – il faut sans surprise laisser la caméra branchée au secteur dans ce cas. L’abonnement Smart est selon moi indispensable : sans lui, plus aucun clip n’est enregistré dans le cloud, seul le flux vidéo en direct reste consultable. Notez qu’avec l’abonnement, chaque clip reste disponible pendant 30 jours, ce qui laisse largement le temps pour le télécharger. Rappelons que la Pro 2 offre gratuitement un stockage dans le cloud de 7 jours, et ce sans jamais avoir à payer un abonnement.

L’abonnement Smart Premier est offert pendant 3 mois à l’achat d’une Arlo Pro 3

 

Petit point hub de connexion : l’Arlo Ultra peut se connecter au SmartHub de l’Arlo Pro 3 et vice versa. Pas de chance si vous possédez des caméras Pro 2 ou antérieures : il faudra forcément acheter le nouveau hub pour utiliser la Pro 3. Vous pourrez cependant connecter vos anciennes caméras au nouveau hub. Notez que le port microSD situé sur la base de l’Arlo Ultra a été remplacé par un port USB classique. Il est en effet possible de sauvegarder des vidéos en local avec l’Arlo Pro 3, mais cet usage reste limité. Les clips enregistrés sur la clé USB ne sont pas disponibles depuis l’application : il faut impérativement retirer la clé de la base et la brancher sur un périphérique pour lire les vidéos. On a connu plus pratique. Les deux caméras proposent des intégrations avec Google Assistant et Amazon Alexa. Pour l’instant, seule la Ultra a une compatibilité Apple HomeKit, mais la Pro 3 va bientôt suivre.

Nous venons de lister les principales différences entre l’Arlo Ultra et l’Arlo Pro 3, et à moins de vouloir absolument une qualité 4K, je ne peux que conseiller l’achat de la Pro 3. Vous obtiendrez une très bonne et suffisante qualité 2K, les mêmes fonctionnalités, une meilleure autonomie, le tout à un meilleur prix. Justement, terminons ce test sur le prix demandé par Arlo pour sa dernière caméra de surveillance.

La qualité à un prix

Pour les utilisateurs possédant déjà un SmartHub compatible, l’Arlo Pro 3 est vendue seule à 299.99 euros. Pour les autres, il faudra passer par des packs contenant un hub et des caméras. Le pack le moins cher est composé de deux caméras et un SmartHub. Ce dernier est proposé à un tarif de 599.99 euros. Eh oui, cette année, la marque ne propose pas de pack avec une caméra et un hub, forçant le potentiel acheteur à se tourner vers le pack à près de 600 euros. Choix réfléchi ou non, on a connu plus avantageux pour les consommateurs.

Des kits de trois et quatre caméras sont également disponibles dans le commerce.

Arlo est connu pour ses caméras de surveillance qui ont le sacré avantage de fonctionner sur batterie, ce qui évite donc tout un tas de branchements compliqués. Nous voici donc avec une Arlo Ultra, qui en plus de rester sans…
Lire la suite

Note finale du test
8 /10
L'Arlo Pro 3 est une excellente caméra de surveillance. Sa conception sans fil la rend très polyvalente et facile à installer, à l’intérieur comme à l'extérieur. Attention tout de même à posséder un réseau Wi-Fi convenable pour éviter d'épuiser trop rapidement la batterie de la caméra. Justement, comptez au minimum un mois d’autonomie si la caméra est très sollicitée. D’autres utilisations moins intensives devraient faire tenir l'Arlo Pro 3 pendant quelques semaines supplémentaires.

Le capteur 4 mégapixels propose d’excellentes images en définition 2K. La qualité vidéo est ainsi très convaincante et devrait suffire à la majorité des utilisations. L’application fait le travail, même si elle mériterait un léger lifting.

Les fonctionnalités proposées par l'Arlo Pro 3 représentent une autre valeur ajoutée mais la présence d’un abonnement payant vient troubler la fête. Sans lui, oubliez les notifications précises, l’enregistrement dans le cloud et bien d’autres fonctionnalités essentielles pour une caméra de surveillance proposée à plusieurs centaines d’euros. C’est vraiment dommage.
Points positifs
  • Installation très facile
  • Images détaillées (jour comme nuit)
  • Excellentes notifications
  • Champ de vision de 160 degrés
  • Projecteur intégré très utile
Points négatifs
  • Application compliquée
  • Pas de reconnaissance des visages
  • Sirène peu convaincante
  • Les tarifs élevés (même pour l'abonnement)

Les derniers articles