Les ventes de smartphones continuent de baisser depuis quatre trimestres consécutifs. Une chute liée en grande partie au marché chinois. Les analystes d’IDC pensent voir les ventes repartir à la hausse d’ici l’année prochaine avec l’arrivée de nouvelles technologies.

La reprise est un peu dure pour le marché des smartphones. Le nombre d’appareils vendus à l’échelle globale a baissé de 6 % au troisième trimestre 2018 (Q3) par rapport à l’année dernière, pour 355,2 millions d’unités vendues au total. Mais même si les ventes diminuent depuis quatre semestres consécutifs, l’institut IDC pense que le marché repartira à la hausse l’année prochaine. En effet, des nouveautés sont attendues comme l’arrivée de la 5G qui devrait intéresser les utilisateurs et potentiellement les pousser à changer d’appareils.

Ce ralentissement de plusieurs mois est principalement lié au marché chinois (qui est le plus grand des marchés pour les smartphones) dont les ventes ralentissent depuis 6 trimestres. Au cours du Q3 2018, les ventes ont ainsi baissé de 13,4 % par rapport à l’année précédente (alors que la Chine représente 20,3 % des ventes mondiales au Q3 2018). Selon le vice-président d’IDC, Ryan Reith, cette situation s’explique par un taux de pénétration très élevé mélangé à des difficultés économiques. En effet, les utilisateurs commencent à être suffisamment bien équipés en smartphone, en partie grâce à Xiaomi et Oppo qui fournissent des appareils abordables avec de bonnes performances. Il faudra donc quelque temps avant que la Chine ne bascule vers un marché de renouvellement.

Personne ne bouge

Malgré un marché qui part à la baisse, les grands noms ont su garder leurs places. La place de leader reste occupée par Samsung, même s’il est attaqué sur tous les fronts, et notamment sur l’entrée et le milieu de gamme (on note une baisse de 13,4 % des ventes entre Q3 2017 et Q3 2018). Cela est dû en partie à la forte croissance de Xiaomi dont le credo est de proposer des smartphones aux rapports qualité/prix très agressifs comme le Redmi Note 5. Il faut aussi rappeler que la marque est arrivée en Europe cette année et qu’elle en a profité pour sans doute bousculer le géant coréen qui s’est un peu trop reposé sur ses acquis (coucou le Galaxy S9).

Si la croissance de Xiaomi est élevée (21,2 % de progression en une année), c’est Huawei qui s’en sort le mieux avec une progression de 32,9 % de ses ventes entre Q3 2017 et Q3 2018. Ce qui lui permet de garder sa deuxième place et de rester devant Apple. Il faut dire que le P20 et le P20 Pro étaient de bons photophones qui étaient très attendus à leurs sorties. Ces chiffres auraient pu être encore meilleurs si Huawei ne rencontrait pas des problèmes aux États-Unis. Pour rappel, les autorités américaines soupçonnent le constructeur chinois d’être un espion au service de Pékin, ce qui empêche la marque de se vendre chez l’Oncle Sam.