Spotify gratuit : encore une fonctionnalité en moins, que reste-t-il ?

« C'est étrange, je ne sais pas ce qui m'arrive ce soir »

 

La version gratuite de Spotify voit une fonctionnalité disparaître sur l'application : les paroles des morceaux. Encore une fonctionnalité en moins dans un modèle sans abonnement de moins en moins intéressant, alors que les tarifs de Spotify augmentent.

Logo Spotify
Logo Spotify // Source : Alexander Shatov – Unsplash

L’exaspération des utilisateurs de la version gratuite de Spotify grandit. Selon eux, la plateforme fait tout pour les forcer à passer à Spotify Premium. En témoigne la disparition récente de l’affichage des paroles des morceaux, qui n’est désormais accessible qu’à ceux qui paient.

« Paroles et paroles et paroles », oui, mais plus pour tout le monde

L’affaire remonte en réalité à septembre dernier : Spotify testait le retrait des paroles à certains utilisateurs gratuits. Autrement dit, ils ne pouvaient plus lire les paroles des morceaux sur leur application. Plusieurs mois après ses tests, Spotify a pris sa décision : les paroles seront dorénavant réservées aux abonnés à Spotify Premium.

Source : geoon_Midas via Reddit

C’est donc la fin pour une grande partie des utilisateurs du service de streaming musical de l’accès à une fonctionnalité qui était présente depuis des années. Derrière cela, il y a évidemment une logique commerciale : ceux qui étaient attachés aux paroles vont devoir souscrire l’abonnement.

« Encore des mots toujours des mots, les mêmes mots » : Spotify ne convainc plus

Comme l’a rapporté Android Authority, les utilisateurs ont exprimé leur frustration face à une énième restriction de Spotify pour ceux qui ne veulent pas payer. Les contraintes subies avec la version gratuite sont de plus en plus nombreuses : publicités, lecture en aléatoire, impossibilité de télécharger des morceaux, six sauts de piste par heure, etc.

Spotify // Source : ElR – Frandroid

D’autant plus que de l’autre côté, Spotify augmente ses tarifs. La prochaine augmentation prévue est liée à la « taxe streaming » en France, alors que l’abonnement coûte 11 euros par mois (6 euros pour les étudiants). Parmi les alternatives possibles, on pense à Deezer ou encore YouTube Music, bien qu’elles ne soient pas exemptes de défauts. Par exemple, YouTube Music est très flexible (pas de lecture aléatoire notamment), sauf sur un point : impossible d’écouter de la musique en arrière-plan sans payer.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.