Les vélos électriques n’ont jamais autant cartonné : la preuve avec ces chiffres impressionnants

 

L’Union Sport & Cycle a publié son Observatoire du Cycle 2022 avec une flopée de chiffres intéressants sur le marché du vélo et du vélo électrique. Spoiler : tous les voyants sont au vert, ou presque.

Riese & Muller Charger4 GT Vario
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Jamais le secteur du vélo électrique ne s’est aussi bien porté. Les chiffres de l’Observatoire du Cycle 2022 publié par l’Union Sport & Cycle mettent en exergue une tendance plus que positive : la croissance est au rendez-vous, tant en termes de volumes de ventes, que de chiffres d’affaires et d’unités produites.

Globalement, le chiffre d’affaires du marché du vélo est en hausse de 7 % par rapport à 2021, pour atteindre une valeur de 2,37 milliards d’euros. Si vous ajoutez l’univers des pièces et accessoires, ce bond passe à 5,2 % pour un total de 3,6 milliards d’euros. Des chiffres extrêmement encourageants.

Les VAE, toujours plus haut

Dans un communiqué de presse officiel, Jérôme Valentin, directeur de l’organisation, assure que le vélo est le « moyen de transport le plus vendu en France ». Ce succès est en partie grâce aux vélos électriques, qui décrochent un nouveau record de vente : 738 000, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2021.

Il est intéressant de voir que les trottinettes électriques et les vélos électriques se trouvent désormais dans un mouchoir de poche, puisque 759 000 trottinettes ont été écoulées l’an passé. Les VAE, de leur côté, représentent 28 % des volumes de ventes relatifs au marché du cycle, pour environ 2,6 millions de vélos vendus (mécanique, électrique).

Moustache Samedi 28
Source : Anthony Wonner – Frandroid

Ce n’est un secret pour personne : un vélo électrique coûte plus cher qu’un vélo mécanique. En cause : la présence d’un moteur et d’une batterie, qui ajoutent plusieurs centaines d’euros sur la note. Ce n’est donc pas étonnant que les VAE correspondent à 61 % du marché en valeur.

Leur prix moyen est d’ailleurs quatre fois plus élevé qu’un cycle musculaire : 1965 euros, contre 499 euros. Le tarif moyen d’un vélo en France, qu’il soit électrique ou mécanique, atteint quant à lui les 916 euros.

Les cargos en forte croissance

L’Observatoire du cycle s’attarde aussi sur le succès de tel ou tel segment. Il est ainsi fort intéressant de voir les vélos cargo exploser, à hauteur de 96 %, avec des ventes atteignant les 33 000 modèles. En centre-ville, cette catégorie de vélos est de plus en présente, que ce soit des longtails pour les familles que des biporteurs et triporteurs pour les professionnels.

« Ce qu’on constate au niveau des vélos cargo, c’est que la croissance est autant au niveau de l’utilisation professionnelle que pour une utilisation personnelle, pour le transport des enfants, des courses, ou le remplacement de la voiture », note Jérôme Valentin. En 2022, de nombreuses nouvelles marques se sont positionnées sur ce créneau.

Parmi les derniers modèles testés par Frandroid, citons le Gaya, le Tern GSD, le Moustache Lundi 20 ou encore l’O2feel Equo Cargo Power. Decathlon a aussi son propre modèle, comme Vello Bike, Trek, Jean Fourche voire même Toyota.

Moustache Lundi 20
Source : Jérémy FDIDA pour Frandroid

Les autres segments de vélos électriques ont aussi le vent en poupe :

  • Ville : 265 000 ventes, stagnation ;
  • VTC : 229 000 ventes, +30 % ;
  • VTT : 168 000 ventes, +23 % ;
  • Pliants : 30 000 ventes ;
  • Route : 10 000 ventes, -10 %.

Parallèlement à cette tendance à la hausse, les vélos mécaniques, eux, séduisent moins : une chute de 13 % est observée entre 2021 et 2022. D’ailleurs, Il n’y a jamais eu aussi peu de vélos neufs vendus en 2022 depuis 15 ans au moins – et pourtant, la valeur financière du marché grimpe, merci les VAE -, tout vélo confondu.

Les chiffres de vente ci-dessous, sourcés, en attestent. Ces chiffres regroupent à la fois les vélos classiques et vélos à assistance électrique :

Une baisse à relativiser

Néanmoins, « il convient de relativiser cette baisse, qui est principalement due à la diminution des ventes de vélos pour enfants et de vélos d’entrée de gamme, deux catégories de produits particulièrement touchées par l’inflation », explique l’Union Sport & Cycle.

De son côté, le Made in France prend du galon, avec 854 417 unités produites en Hexagone, « dont 52 % de vélos à assistance électrique, soit une hausse de +7 % par rapport à l’année précédente ». Le communiqué de presse poursuit : « Selon les projections, la production française de vélos devrait dépasser les 900 000 unités en 2023 »


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !