Comment cette nouvelle batterie veut révolutionner la recharge des vélos électriques

 

La société suisse Stromer a récemment levé le voile sur un tout nouveau genre de batterie encore au stade de concept. Mais dans l’idée, elle permettrait de recharger les batteries de nos vélos électriques en moins d’une heure, le tout avec des matériaux plus respectueux de l’environnement.

Source : Stromer

Le constructeur Stromer aime être à la pointe de la technologie dans le secteur des vélos électriques. Cette fois-ci, la firme suisse s’est attaquée au domaine des batteries, qu’elle souhaite tout bonnement révolutionner. Comment ? Avec un tout nouveau genre d’accumulateur récemment présenté dans un communiqué de presse officiel.

Pour le moment, son projet est encore au stade de concept. Mais le groupe espère avoir un produit abouti d’ici deux à trois ans. Le cahier des charges de cette batterie repose sur de nouveaux matériaux, puisqu’elle serait fabriquée à partir de couches de céramiques censées être plus durables que les cellules lithium-ion.

Un temps de recharge très réduit

En outre, une telle batterie solide en céramique pourrait être rechargée dans des conditions particulièrement extrêmes, jusqu’à -20 °C. Les ingénieurs de la société espèrent même pousser jusqu’à -30° à l’avenir. Mais surtout, l’énorme avantage qu’elle apporterait se situe au niveau du temps de recharge.

stromer batterie
Source : Stromer

En effet, Stromer estime pouvoir réduire la durée d’une recharge de manière considérable, pour passer sous l’heure. Alors qu’aujourd’hui, il faut généralement entre 3 et 4h pour faire le plein d’énergie d’une batterie, selon leur capacité respective. Dans l’idée, Stromer parviendrait alors à changer la donne.

Le fait de ne plus s’appuyer sur du lithium-ion permettrait aussi de réduire les risques d’incendie d’une batterie, de réduire son poids et de limiter l’utilisation de certaines ressources (cobalt, graphite) dont les méthodes d’extractions sont décriées – atteintes aux droits de l’homme, impact environnemental.

Réduire les coûts

Mené en collaboration avec l’entreprise taïwanaise TD Hitech, ce projet doit encore être affiné. Ce type de batterie coûterait dans l’idée beaucoup plus cher qu’une batterie lithium-ion. Il convient donc de réduire les coûts au maximum pour trouver un équilibre financier viable.

Cette initiative en rappelle en tout cas d’autres : celles observées dans le milieu des voitures électriques. Les enjeux autour des batteries sont immenses, car ce sont elles qui permettent de booster la puissance de charge et l’autonomie de nos véhicules. Il est intéressant de voir qu’une telle dynamique touche aussi les VAE.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).