La crise européenne du vélo est-elle derrière nous ? Voici des nouveaux signes positifs

 

Aux Pays-Bas, le chiffre d’affaires de la filière vélo est reparti à la hausse au premier trimestre 2024. De quoi nourrir certains espoirs quant à une véritable reprise du marché, après un cru 2023 dévastateur.

vélo pays-bas
Source : Callum Parker via Unsplash

L’année 2023 a fait couler beaucoup d’encre tant elle a été fatale pour la filière du cycle, que ce soit en France ou en Europe. Tous les signaux étaient au rouge, la faute à une conjoncture défavorable mêlant inflation, baisse de la demande, surstockage coûteux et incertitudes géopolitiques. Aucun pays n’a été épargné.

La grande question étant : la croissance va-t-elle reprendre en 2024, ou tout du moins le secteur va-t-il se stabiliser ? Si l’Union Sport & Cycle estime que le phénomène du surstockage devrait persister tout au long de l’année, d’autres signes plus favorables commencent à émerger çà et là en Europe.

Un chiffre d’affaires en hausse

Le cas des Pays-Bas en est un. Comme l’explique Bike EU, le chiffre d’affaires de la filière cycle a augmenté de 5,2 % au premier trimestre 2024, par rapport au premier trimestre 2023. Ce chiffre prend aussi en compte les accessoires, les ateliers et les services. Mais dans l’idée, la tendance est positive.

vélo pays-bas
Source : Fons Heijnsbroek via Unsplash

Les ventes de vélos aux Pays-Bas se sont contractées de 6 % l’an passé – 804 101 modèles vs 833 366 en 2022 -, et même de 7 % pour les vélos électriques. Les données avancées par Bike EU ne se focalisent pas sur les volumes de ventes, mais plutôt sur le chiffre d’affaires du secteur.

Le média spécialisé évoque un bond de 1,9 et 1,6 % en janvier et février, respectivement, relatifs aux détaillants. Ces derniers ont ensuite connu une hausse significative de leur chiffre d’affaires, à hauteur de 9,6 %, grâce à des températures printanières favorables en mars.

Prudence tout de même

Cette même dynamique a aussi été observée en Allemagne, qui sort progressivement la tête de l’eau après un millésime 2023 médiocre (- 15 %). Il n’empêche, il convient de ne pas s’extasier trop vite et de garder les pieds sur Terre malgré ces chiffres prometteurs. Rien ne dit que l’année 2024 sera positive : certains observateurs tablent sur une reprise de la croissance début 2025.

Ce qui est en tout cas factuel, c’est que deux principaux marchés européens reprennent du poil de la bête. Cela peut être des indicateurs intéressants à suivre tout au long de l’année pour se faire une idée de la tendance du moment.