On est montés à bord du Cadillac Optiq, une alléchante voiture électrique sous Android Automotive vendue en France

 

Cadillac vient de se relancer officiellement en France, avec l’annonce de sa nouvelle voiture électrique, la Cadillac Optiq. Elle est plus petite que la Cadillac Lyriq, et nous avons pu l’approcher et monter à bord. Voici notre premier avis en attendant un essai sur route.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Cadillac, le constructeur américain appartenant à GM (General Motors) était parti depuis de nombreuses années de France. Mais la marque fait son grand retour en Europe, à l’occasion du passage au 100 % électrique. On pouvait déjà commander la grande et longue Cadillac Lyriq depuis quelques semaines en France. Certains exemplaires roulent déjà en Europe, et notamment en Suisse.

Mais pour répondre à une clientèle plus jeune, Cadillac a levé le voile sur sa nouvelle voiture électrique. La Cadillac Optiq. Elle est plus compacte, mais aussi et surtout plus abordable. Elle vient en concurrence frontale de la Tesla Model Y. Ce qui ne va pas lui faciliter la tâche, bien au contraire.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Pour le lancement européen de son Optiq, Cadillac a choisi Paris pour dévoiler le modèle à la presse, mais aussi lancer un immense showroom à Opera pour exposer ses deux voitures électriques aux potentiels clients. Preuve de l’ambition du constructeur américain. Nous avons eu la chance d’approcher les Cadillac Lyriq et Optiq mais aussi de monter à bord de ce dernier.

Design : un crossover ou un SUV ?

Cadillac, c’est le luxe à l’américaine. Et l’Optiq veut marcher dans les pas de sa grande sœur, la Lyriq. Cela se ressent à travers le design de cette longue voiture (4,82 mètres) qui ne passera pas inaperçu dans la rue. On se croirait face à un crossover (le fameux hybride entre la berline et le SUV), mais on est bien face à un SUV, avec une hauteur de 1,64 mètre et une largeur de 1,91 mètre. Des dimensions quasiment similaires à la Tesla Model Y.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Surtout, l’empattement (la distance entre les roues avant et arrière) est immense (2,954 mètres), ce qui laisse présager une belle habitabilité à l’intérieur. Mais les designers ont voulu « repousser les roues dans les coins » comme on dit dans le milieu. Cela se voit avec les vues de côté, où les portes à faux (l’espace entre les roues et les extrémités du véhicule) sont réduits, donnant l’impression d’être face à une voiture encore plus longue qu’elle ne l’est.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Le style est un SUV coupé, avec une ligne de toit fuyante à l’arrière, qui donne cet aspect fastback à l’ensemble. C’est plutôt réussi, et le résultat donne une voiture qui respire le luxe, avec un petit côté dynamique, voire même sportif selon l’angle. Il faut dire que les jantes immenses de 21 pouces apportent clairement une touche d’agressivité à la voiture.

Habitacle : une place XXL

À l’intérieur, la Cadillac Optiq respire le luxe et l’habitabilité. On sent ici l’apport de l’empattement, qui donne un espace à bord vraiment grand. Le toit panoramique participe grandement à cette sensation, avec un intérieur baigné dans la lumière. Un rideau électrique permet d’occulter le toit.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

La place du conducteur est très agréable, avec une assise confortable, et un tableau de bord immense. La hauteur, typée SUV, donne l’impression de dominer la route. Les matériaux utilisés sont d’excellente facture, avec beaucoup de rembourrages. Mais quelques zones détonnent toutefois avec leur plastique un peu dur. Mais c’est aussi ça, le luxe à l’américaine.

Une grande console centrale flottante vient séparer les deux sièges avant. Très pratique pour les rangements, et la recharge sans fil des smartphones.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

À l’arrière, la place disponible pour les passagers est impressionnante. La place aux jambes et genoux est vraiment bonne, et il est en plus possible de passer ses pieds sous les sièges avant. Le plancher est entièrement plat, comme de nombreuses voitures électriques. Ce qu’appréciera le passager du milieu à l’arrière.

Attention toutefois, comme vous pouvez le voir sur les photos, plusieurs coloris d’intérieur sont disponibles. Et clairement, le cuir bleu n’est pas du plus bel effet. On préfère largement le cuir blanc aperçu dans un autre modèle d’exposition.

Du côté du coffre, Cadillac annonce entre 744 et jusqu’à 1336 litres avec la seconde rangée rabattue. C’est énorme. À titre de comparaison, la Tesla Model Y peut embarquer 854 litres jusqu’au plafond et c’est une exception du segment.

Infotainment : Android Automotive à la rescousse

Le Cadillac Optiq est l’une des rares voitures dans le monde à embarquer Android Automotive en guise de système d’exploitation. C’est également le cas des nouvelles voitures chez Renault (notamment les Mégane, Scénic ou encore Renault 5 E-Tech électrique). Et c’est une excellente idée. C’est simple, Android Automotive est l’un des OS les plus pratiques sur une voiture.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Cadillac a poussé jusqu’au bout en proposant les services Google (Google Assistant, mais aussi Google Maps) avec le Play Store. Cela signifie qu’il est possible d’avoir accès à plusieurs dizaines d’applications Android pensées pour la voiture, comme Chrome, Spotify, Waze ou encore des jeux et YouTube.

Bien entendu, la Cadillac Optiq pourra recevoir des mises à jour en Wi-Fi pour maintenir à jour tout ce petit monde et proposer des nouveautés le cas échéant.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Impossible de passer à côté de l’immense écran de 33 pouces qui prend place sur le tableau de bord. D’une définition de 9K, il permet d’afficher des informations sur trois zones différentes. On a le combiné d’instrumentation, derrière le volant, l’écran d’infotainment au milieu, mais aussi une petite zone tout à gauche, permettant au conducteur d’avoir accès rapidement à certaines fonctionnalités. Une disposition qui nous fait penser à la Lucid Air.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

Un affichage tête-haute vient bien entendu compléter cet immense écran. Le luxe à l’américaine, on vous a dit ! Les amoureux des boutons physiques et les anti-tout-tactile seront comblés par la présence d’une rangée de boutons sous l’écran. De quoi permettre d’accéder à l’aveugle, ou presque, aux fonctions de confort et d’infotainement les plus importantes.

Un planificateur d’itinéraire est de la partie, grâce à la présence de Google Maps et d’Android Automotive. Il est basé sur la consommation réelle du véhicule et le type de route emprunté.

Aides à la conduite : Super Cruise (ou presque)

Du côté des aides à la conduite, Cadillac propose la conduite semi-autonome de niveau 2, avec le régulateur adaptatif de vitesse, mais aussi le centrage dans la voie. Aux États-Unis, le constructeur va plus loin avec la technologie Super Cruise. Cela permet au conducteur de lâcher le volant sur autoroute alors que la voiture peut doubler d’elle-même, sans aucune intervention du conducteur. Une fonctionnalité pas encore disponible en Europe, à cause de l’absence de GPS HD et la présence d’une réglementation plus stricte. Mais le Super Cruise devrait être disponible dans les années à venir sur le Vieux Continent.

Cadillac Optiq // Source : Vincent Sergère pour Frandroid

De nombreuses caméras, radar et capteurs ultra-son sont toutefois présents tout autour de la voiture, permettant de proposer des aides à la conduite et au stationnement dignes d’une voiture moderne. Sur le papier tout du moins. Un test grandeur nature nous permettra de nous faire un meilleur avis.

Les amoureux de l’audio apprécieront la présence d’un système son AKG à 19 haut-parleurs compatibles Dolby Atmos.

Moteur, recharge et autonomie

En Europe, la Cadillac Optiq sera disponible avec une seule motorisation : une version bi-moteur (un sur chaque essieu) développant une puissance maximale de 300 ch et un couple de 480 Nm. Les performances n’ont pas été annoncées, mais en Chine, la version la plus puissante (286 ch et 465 Nm) annonce respectivement 5,97 secondes et 180 km/h. Mais là-bas, la voiture est plus légère, du fait d’une batterie de plus petite capacité.

En Europe, il faudra compter sur une batterie d’une capacité nette de 85 kWh. Soit environ 89 kWh de capacité brute. Une grosse batterie, donc. L’autonomie est annoncée à 480 km sur le cycle américain EPA, plus strict qu’en Europe. Chez nous, le cycle WLTP devrait donc tourner autour de 530 km. Ce qui implique une consommation assez élevée. À titre de comparaison, la Tesla Model Y et sa plus petite batterie de 80 kWh grimpe à 565 km d’autonomie WLTP.

Cadillac Optiq // Source : Jérémy Fdida

Et malheureusement, ce n’est pas la recharge rapide qui rattrapera la situation. Cadillac annonce la capacité de récupérer 130 km d’autonomie en 10 minutes de recharge. En Chine, le 20 à 80 % est annoncé en 33 minutes. Le site EVKX.net qui a testé la Chevrolet Equinox (qui partage la même base) a réalisé le 10 à 80 % en 37 minutes. Dommage, quand une Tesla Model Y réalise le même exercice en 20 à 25 minutes selon les versions.

On peut toutefois s’attendre à une version avec une plus grande autonomie, intégrant un seul moteur, sur l’essieu arrière. Cette version propulsion est vendue en Chine, mais n’est pas prévue, pour le moment, pour l’Europe ou les États-Unis.

Prix et disponibilité

Pour le moment, le prix en Europe n’est pas connu. Il devrait l’être à l’ouverture des commandes, dans quelques semaines. La production est censée démarrer à la fin de l’automne 2024, pour des livraisons dans la foulée. Aux États-Unis, Cadillac annonce un tarif hors taxes à partir de 55 000 dollars. Soit environ 60 000 euros TTC.

À titre de comparaison, la grande sœur, la Cadillac Lyriq, est vendue à partir de 81 200 euros en France. Elle est plus grande, plus puissante, et propose une autonomie supérieure.

Le luxe à l’américaine a un prix, et celui-ci est largement supérieur à ses concurrents européens. Mais le Cadillac Optiq a toutefois de sérieux arguments à faire valoir, comme son design, son habitabilité, ou encore son système d’infotainment.

Attention toutefois, car le Cadillac Optiq est produit en Chine. De quoi lui rendre la vie dure en termes de prix de vente, à cause de l’éventuelle hausse des taxes d’importation en Europe des voitures produites en Chine.

Il faudra attendre les prix et les premiers essais pour se faire un avis plus précis de cette voiture électrique.