6,5 millions de smartphones, c’est peu comparé aux statistiques de constructeurs tels que Samsung. Mais pour Motorola, dont la cession à Lenovo était officialisée fin janvier, le chiffre augure de bonnes performances pour le Chinois s’il parvient à poursuivre la politique de la marque américaine.

Moto G

Quand Google a racheté Motorola, la marque américaine, pourtant pourvue d’une notoriété spontanée que l’on ne peut démentir, souffrait de résultats financiers en berne. C’est d’ailleurs toujours le cas au premier trimestre 2014, où Motorola n’a généré chez Google « que » 1,24 milliard de dollars de chiffre d’affaires, soit 7 % de son chiffre d’affaires consolidé, mais avec une perte d’exploitation de plus de 380 millions de dollars dans la même période. A l’heure où l’on parle plus de résultats financiers que de produits, Rick Osterloh, le président et COO de Motorola depuis le départ de Dennis Woodside fin mars 2014 chez Dropbox, a annoncé les chiffres de vente de sa marque. Selon lui, ce sont 6,5 millions de smartphones qui ont été livrés au premier trimestre 2014 dans le monde. Pour rappel, fin 2012, à l’heure où le catalogue de la firme regorgeait de Droid et RAZR en tous genre, Motorola dépassait à peine les 5 millions d’unités écoulées.

Même si ces chiffres sont loin des scores pharamineux de concurrents au succès incontestable – Samsung espèrerait vendre 35 millions de Galaxy S5 en un trimestre – Motorola montre un regain d’énergie, surtout lorsque l’on considère son catalogue. Les récents ajouts à son catalogue ne comptent en réalité que deux appareils : le Moto X, sorti à l’été 2013 aux USA et au Canada et présenté comme le fleuron de l’industrie américaine, et le Moto G. Selon Strategy Analytics, il ne s’en serait écoulé que 500 000 exemplaires durant les trois premiers mois de sa commercialisation, chiffre que Motorola n’a jamais réellement démenti.

Depuis, la donne a bien changé. Beaucoup moins personnalisable certes, puisque Moto Maker, son service de customisation, n’est pas encore disponible dans le reste du monde, le Moto X a fait son entrée sur le marché international début 2014, bénéficiant au passage d’une excellente réception malgré son prix un peu élevé – mais qui a depuis baissé. Fin 2013 sortait également le Moto G, un appareil d’entrée de gamme facturé entre 169 et 199 euros, et probablement l’un des meilleurs rapports qualité-prix pour les fêtes de fin d’année. Une étude de Kantar rapportait à ce titre à la fin mars 2014 que Motorola « était à nouveau dans la course grâce au succès du Moto G« , permettant à la marque de compter pour 6 % des ventes en Grande Bretagne au premier trimestre, alors que Motorola « était nulle part en Europe avant le lancement du Moto G en novembre dernier« , selon les propos de Dominic Sunnebo, chez Kantar WorldPanel..

Il ne reste plus aujourd’hui qu’à connaître la répartition des ventes Motorola entre les Moto X et G, mais aussi à attendre les prochaines itérations de l’Américain avant qu’il ne passe définitivement dans le giron de Lenovo, d’ici l’automne 2014. On s’attend d’ici là à la sortie d’un Moto X+1 amélioré, mais aussi à une déclinaison LTE du Moto G, ce qui pourrait constituer un atout non négligeable pour Motorola.