Au lendemain de la présentation de ses spécifications et à la veille de sa commercialisation, FrAndroid a testé en avant-première le Qualcomm Snapdragon 835, la plateforme mobile des prochains téléphones très haut de gamme de l’année.

Qualcomm a convié une vingtaine de journalistes européens à son siège social, à San Diego (Californie), pour une première prise en main du Snapdragon 835. Nous avons ainsi pu approfondir quelques aspects de sa conception, depuis les bureaux et laboratoires dans lesquels il a été élaboré. Nous avons aussi et surtout pu tester les performances de la nouvelle puce haut de gamme.

Nous avons effectivement passé 2 heures avec un reference design, c’est-à-dire avec un smartphone grossier destiné, entre autres, à démontrer les capacités techniques de la nouvelle plateforme. Livrons sans plus tarder les résultats des tests, puis analysons-les dans un second temps.

Qualcomm Snapdragon 835

Comparatif de performances

Nous avons lancé les principaux benchmarks synthétiques, ainsi que, comme d’habitude sur FrAndroid, deux benchmarks plus représentatifs de la réalité, avec deux véritables jeux vidéo. Précisons en toute transparence qu’excepté pour notre protocole maison reposant sur la solution Gamebench et sur de véritables jeux, Qualcomm avait préinstallé les applications de benchmark, des versions modifiées qui ne publient pas les résultats dans les classements de chacune de ces applications.

Nous comparons le prototype Qualcomm Snapdragon 835 à 3 téléphones de série :

  • au OnePlus 3T, équipé d’un Snapdragon 821, le prédécesseur du 835
  • au Samsung Galaxy S7, équipé du Samsung Exynos 8890, haut de gamme de 2016, bientôt remplacé par le tout nouvel Exynos 8895
  • et au Huawei P10 Plus, équipé du HiSilicon Kirin 960, dernier haut de gamme en date

 

 Reference design SD 835OnePlus 3THuawei P10 PlusSamsung Galaxy S7
SoCQualcomm Snapdragon 835Qualcomm Snapdragon 821HiSilicon Kirin 960Samsung Exynos 8890
CPU big4 x Kryo 280 Performance @ 2,45 GHz2 x Kryo @ 2,35 GHz4 x Cortex-A73 @
2,36 GHz
4 x Exynos M1 @ 2,28-2,60 GHz
CPU LITTLE4 x Kryo 280 Efficiency @ 1,90 GHz2 x Kryo @ 1,60 GHz4 x Cortex-A53 @
1,84 GHz
4 x Cortex-A53 @ 1,58 GHz
GPUAdreno 540 @ ? MHzAdreno 530 @ 653 MHzARM Mali-G71MP8
@ 1037MHz
ARM Mali-T880MP12 @ 650MHz
RAM6 Go LPDDR46 Go LPDDR46 Go LPDDR44 Go LPDDR4-3600
AnTuTu 6.x183255157982118595128089
PCMark Work v16455 (?)720271804803
3DMark Ice Storm Unlimited23494 (?)322082291322887
GFXBench ES 3.1 Manhattan 1440p22N/A1515
GFXBench ES 3.1 Manhattan 1080p43202029
GFXBench ES 2.0 T-Rex 1440p60N/A3851
GFXBench ES 2.0 T-Rex 1080p118485683
Real Racing 360446043
Hitman Sniper45294529

Comme on peut le voir, les performances brutes du Snapdragon 835 sont en nette augmentation, par rapport au Snapdragon 821, de 10 % à 100 % selon les benchmarks.

Dans nos deux benchmarks en conditions réelles, le gain est de 55 % sur Hitman Sniper, tandis que Real Racing 3 est à 60 FPS constants, ce qui donne un score non représentatif de 36 % de hausse. Le reference design de Qualcomm s’aligne ainsi sur le P10 Plus dans les jeux vidéo, alors que Huawei est réputé pour débrider ses SoC en charge, au prix d’une consommation très élevée et au détriment de l’autonomie.

Benchmarks

 

Consommation et autonomie

Mais c’est justement sur la consommation et l’autonomie que le Snapdragon 835 distancerait le plus la concurrence. Si ses scores en jeu paraissent modestes face à ceux du Kirin 960, il faut souligner que le prototype de Qualcomm a constamment maintenu les 8 cœurs de son CPU pleinement opérationnels, ce qui témoigne d’une grande « aisance ».

Surtout, notre échantillon n’a qu’à peine tiédi au cours des deux heures de torture. Certes, il s’agit d’un reference design grossier qui n’impose pas les mêmes contraintes thermiques qu’un produit de série plus fin. Mais on peut malgré tout se référer au souvenir qu’on a du reference design du prédécesseur, qui était significativement plus chaud dans les mêmes conditions. Surtout, un design tolérant peut emmagasiner de la chaleur, mais il doit bien finir par la restituer, ce qui n’est jamais arrivé.

Qualcomm Snapdragon 835

 

Des smartphones à la fois très performants et très endurants

Concrètement, à première vue le Snapdragon 835 semble à la hauteur de ses grandes prétentions en matière d’efficacité énergétique. La chaleur étant étroitement corrélée à la consommation et donc à l’autonomie, la nouvelle puce promet des terminaux à la fois très performants et très endurants.

Qualcomm a plus que jamais misé sur l’efficacité énergétique. C’est que le fondeur reconnait que ce ne sont pas de meilleures performances que les consommateurs réclament en premier, mais une meilleure autonomie. C’est ce qui a conduit Qualcomm à collaborer avec son meilleur ennemi, Samsung. C’est en effet la division semi-conducteurs de ce dernier qui produira les puces, avec le nouveau procédé de fabrication FinFET de 2e génération en 10 nm, qu’il est le premier et encore le seul à maîtriser à échelle industrielle.

Non content d’être plus performant et moins gourmand que son prédécesseur, le Snapdragon 835 est en outre plus petit, ce qui permet d’augmenter la surface de la batterie et d’augmenter encore plus l’autonomie, ou de maintenir l’autonomie en affinant encore les produits.

Soulignons au passage que le mobile devance pour la première fois la catégorie reine du secteur des semi-conducteurs, celle des processeurs d’ordinateurs, qui recourt depuis plusieurs générations au 14 nm.

Qualcomm Snapdragon 835

 

Du processeur à la plateforme

En introduction de son événement intitulé « Snapdragon 835 Benchmarking Event » pour lequel nous avons parcouru 20 000 km en 5 jours, Qualcomm a lui-même minimisé la pertinence des benchmarks synthétiques (tels qu’AnTuTu, PCMark, 3DMark et GFXBench), puisqu’ils font abstraction de nombreuses autres prestations de ce qu’il ne qualifie plus de processeurs ou de SoC, mais de plateformes mobiles.

Le S835 bénéficie ainsi de nombreux apports en matière de sécurité (prise en charge matérielle du déverrouillage par iris), d’audio (Hi-Res), de connectivité (4G LTE Gigabit), de temps de charge (Quick Charge 4.0) ou encore de capacités en matière de photo et vidéo (stabilisation électronique) ou de réalité virtuelle, que nous n’avons pas encore pu tester.

Avec les immenses progrès des terminaux et des plateformes de milieu de gamme, telles que la série Snapdragon 600, les consommateurs se désintéressent bien légitimement des performances souvent surdimensionnées des produits très haut de gamme. Qualcomm se diversifie donc.

Qualcomm Snapdragon 835

Qualcomm Snapdragon 835

Prix et disponibilité

La « Qualcomm Snapdragon 835 Mobile Platform » équipera en premier lieu la version américaine du Samsung Galaxy S8 (un Samsung Exynos 8895 équipant la version européenne). Les Européens devront donc attendre la sortie du Sony Xperia XZ Premium, au mois de juin, pour mettre la main sur cette puce. Aux dernières nouvelles, cette vitrine technologique sera commercialisée à partir de 740 euros.

À lire sur FrAndroid : Qualcomm Snapdragon : plus qu’un processeur, une plateforme ?