Qualcomm présente les Snapdragon 660 et 630, deux nouvelles plateformes mobiles de milieu de gamme qui présagent de smartphones aux rapports prix prestations alléchants.

Après avoir renouvelé sa « plateforme mobile » haut de gamme, avec le Snapdragon 835, Qualcomm renouvelle ce matin ses puces de milieu de gamme. Le Snapdragon 660 succède ainsi au 653, et le Snapdragon 630 succède aux 625 et 626. Il s’agit de mises à jour itératives, qui améliorent chacun des composants constituant de telles puces tout-en-un, afin de démocratiser des technologies jusqu’alors réservées au très haut de gamme, telles que la 4G à très haut débit.

Les puces font la taille d’un ongle

Qualcomm Snapdragon 660, 8 cœurs et de l’Ultra HD supportés

Pour commencer, le Snapdragon 660 passe d’un procédé de fabrication en 28 nm HPm au 14 nm LPP, ce qui, toutes choses égales par ailleurs, réduit la consommation d’énergie et augmente l’autonomie.

Le CPU passe de 8 cœurs ARM Cortex à 8 cœurs Qualcomm Kryo 260, dont 4 sont cadencés à un maximum de 2,2 GHz, et 4 à un maximum de 1,8 GHz. Qualcomm revendique des performances en hausse de 20 % environ. Le GPU passe quant à lui d’une architecture Qualcomm Adreno 510 au 512, qui est compatible avec la nouvelle API Vulkan et revendique un gain de 30 %. Il prend en charge un écran interne d’un maximum de 2560 x 1440 pixels (QHD), et un écran externe en définition Ultra HD.

Qualcomm Snapdragon 660

 

Qualcomm Snapdragon 630 pour les écrans Full HD

Le Snapdragon 630 est lui aussi fabriqué en 14 nm, mais cette fois ce n’est pas une nouveauté, son prédécesseur l’était déjà.

Et comme son frère, ses 8 cœurs sont cadencés pour moitié à 2,2 GHz, pour une autre moitié à 1,8 GHz, mais ils s’en tiennent à des cœurs ARM Cortex-A53, plutôt que d’adopter une microarchitecture maison. Qualcomm revendique un gain de 10%. Le GPU passe de l’Adreno 506 au 508, et revendique un gain de 30%. Pour ce qui est des écrans interne et externe, il faut ici se satisfaire d’une définition Full HD de 1920 x 1080 pixels.

Qualcomm Snapdragon 630

 

Un tronc commun

Pour le reste des composants d’une plateforme mobile tout-en-un, les deux puces partagent un tronc commun.

Elles comportent toutes les deux des ISP Qualcomm Spectra 160, prenant en charge un appareil photo à double capteur de 24 millions de pixels, avec autofocus dual pixel, mode portrait (flou d’arrière-plan) et vidéo stabilisée en Ultra HD (4K).

Elles embarquent par ailleurs un modem Qualcomm Snapdragon X12, qui apporte la prise en charge de la 4G LTE catégorie 12 à 600 Mb/s, du Wi-Fi 802.11ac Wave 2, jusqu’à 867 Mb/s sur le Snapdragon 660 (2×2 MU-MIMO) et jusqu’à 433 Mb/s sur le 630 (1×1), du Bluetooth 5.0, ou encore du positionnement Galileo en plus du GPS.

Ces puces accueillent enfin un DSP Qualcomm Hexagon 680, une première pour des Snapdragon de la série 600, qui leur procurent des capacités de computer vision.

En plus d’être plus performant qu’auparavant, chacun de ces composants revendique une meilleure efficacité énergétique. Et l’ensemble est compatible avec la fonction de recharge rapide Qualcomm Quick Charge 4, qui permet de fournir un maximum de 18 W, pour recharger la batterie à 50% en 15 min. Quick Charge 4 est également compatible avec le standard USB Power Delivery.

 

Date et prix

Ces deux nouvelles plateformes mobiles donneront naissance à des smartphones très intéressants, qui répondront aux attentes de la majorité des consommateurs. Elles permettront de concevoir des alternatives aux flagships pour 300 à 500 euros.

De premiers smartphones Snapdragon 630 et 660 sont attendus dès le mois de juin.

À lire sur FrAndroid : Guide des meilleurs smartphones à moins de 400 euros