Le cabinet d’étude Strategy Analytics vient de publier un rapport sur le classement des plus gros vendeurs de smartphones dans le monde. Et si Samsung et Apple occupent toujours la première et à la deuxième place, un petit nouveau s’invite dans le top 5 : Xiaomi.

Xiaomi-Hongmi-sales-01

Les analystes de Strategy Analytics sont formels : selon leur calculatrice, Xiaomi est au deuxième trimestre de cette année le cinquième vendeur de smartphones le plus important de la planète. En l’espace d’un an, la part de marché mondial du fabricant chinois est passée de 1,8 % à 5,1 % et prend d’ailleurs la place de LG, qui représente « seulement » 4,9 % des ventes de smartphones dans le monde. Selon les estimations de Strategy Analytics, le Chinois aurait vendu 15,1 millions de smartphones lors du second trimestre de cette année. Une performance réalisée de surcroît uniquement sur une poignée de marchée asiatiques.

part de marché smartphone q2 2014

Le reste du tableau est sans surprise. Avec 74,5 millions de terminaux vendus sur le deuxième trimestre de l’année 2014, Samsung s’octroie la première place du podium et 25,2 % de part de marché mondial. Pour rappel, au second trimestre de l’année dernière, Samsung était à 33 % de parts de marché. La concurrence des constructeurs chinois a été féroce pour le Coréen, qui l’a confirmé récemment dans son rapport financier. Il est suivi par Apple et de ses 35,2 millions d’iPhone représentant 11,9 % de part de marché mondial et de Huawei avec 20,1 millions de téléphones et 6,8 % du marché mondial. Lenovo, Xiaomi et LG sont les trois derniers plus importants vendeurs de smartphones dans le monde.

Les ventes de smartphones au niveau mondial ont par ailleurs progressé de 27 % entre le deuxième trimestre de 2013 et celui de 2014. Ainsi, 295,2 millions de smartphones ont été écoulés sur la période, aidée en cela par une demande relativement forte en Asie et en Afrique tandis qu’un ralentissement certain a été constaté aux États-Unis et en Europe. Si les ventes de smartphones progressent encore en 2014, cette progression est toutefois beaucoup moins importante qu’en 2013 où elle atteignait 48,9 %. Preuve s’il en est que le marché arrive doucement et sûrement à maturité.