Introduction

Après l’énorme succès du Zenfone 2 l’année dernière, Asus a décidé de développer son successeur, le Zenfone 3. Celui-ci se décline en plusieurs modèles, dont la variante Deluxe, qui tente de rivaliser avec les smartphones les plus haut de gamme. Mais le pari est-il réussi ?

asus-zenfone-3-deluxe-14

 

Fiche Technique

Modèle Asus ZenFone 3 Deluxe
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface ZenUI
Taille d'écran 5,7 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 386 ppp
SoC Snapdragon 821 à 2,15GHz
Processeur (CPU) Kryo
Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 530
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 256 Go
Appareil photo (dorsal) 23 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Bluetooth 4.2
SIM micro SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 3000 mAh
Couleurs Argent, Gris, Or
Prix 480 euros
Fiche produit

Sur le papier, le Zenfone 3 Deluxe a tout pour plaire. Processeur de dernière génération, 6 Go de RAM, appareil photo de 23 Mégapixels… Il ne semble pas avoir à rougir devant les meilleurs smartphones haut de gamme du moment tant sa fiche technique est prometteuse.

 

Design : un pas dans la bonne direction

Aussi bon rapport qualité-prix qu’était le Zenfone 2, le prédécesseur du Zenfone 3 était loin d’être un modèle d’esthétisme. Asus semble avoir compris son erreur et propose avec les multiples déclinaisons du Zenfone 3 un design beaucoup plus ancré dans sa génération, plus moderne et plus agréable à l’œil. Pour le Zenfone 3 Deluxe, on trouve donc un châssis entièrement en aluminium, sans qu’aucune antenne ne soit visible. Un détail suffisamment rare pour être noté.

asus-zenfone-3-deluxe-5

À l’arrière, Asus joue le minimalisme avec pour seuls éléments le logo de la marque, l’appareil photo et ses différents capteurs (flash LED et laser de mise au point) et le capteur d’empreintes. Comme toujours, la marque opte pour des formes très géométriques pour chacun des éléments, du simple carré aux coins arrondis à l’oblongue. Un choix comme un autre, mais qui lui donne un aspect assez brut pour un smartphone aussi soigné.

asus-zenfone-3-deluxe-3

Sa prise en main est quant à elle agréable et ne souffre d’aucun problème d’ergonomie puisque tous les éléments tombent parfaitement sous le doigt lorsqu’on en a besoin, qu’il s’agisse du capteur d’empreintes, des boutons physiques (power et volume) ou des touches capacitives (retour, home et multitâche). Lorsque le téléphone est posé sur la table en revanche, sa coque bombée fait basculer le téléphone à chaque fois que l’on interagit avec le bord de l’écran. Une sensation rapidement désagréable qui pousse à utiliser le téléphone à pleine main.

À l’avant, le Zenfone 3 Deluxe est plutôt impressionnant tant l’écran recouvre une grande surface. Tout du moins lorsqu’il est éteint, puisqu’allumé, il laisse apparaître un cadre noir inégal plutôt inesthétique. Dommage pour un appareil qui tente de se positionner comme un concurrent des appareils les plus haut de gamme et leurs écrans de plus en plus borderless. Finissons sur un point positif en précisant qu’il possède une prise casque, ce qui commence à être un luxe, et un port USB-C.

asus-zenfone-3-deluxe-7

 

Écran : de l’AMOLED mi-figue mi-raisin

Pour la version la plus haut de gamme de son nouveau smartphone, Asus a opté pour une dalle Super AMOLED en Full HD d’une diagonale de 5,7 pouces, ce qui permet de le classer dans la gamme des phablettes, ces smartphones particulièrement adaptés aux formats multimédia et à la navigation web, mais pas toujours évidents à manipuler à une seule main.

Une telle diagonale en Full HD donne une résolution de 386 PPP, ce qui est largement suffisant pour l’essentiel des utilisations que l’on peut faire d’un smartphone. Dommage en revanche que la plupart de ses concurrents proposent une densité de pixels plus élevés, ce qui leur assure une meilleure expérience en réalité virtuelle et une finesse d’image légèrement plus élevée.

asus-zenfone-3-deluxe-1

Au niveau de la qualité de la dalle, on peut constater qu’Asus ne s’est pas procuré l’une des meilleures du marché. Cela se remarque aux angles de vision qui laissent apparaître un filtre arc-en-ciel sur l’image. La température des couleurs manque également de précision avec une moyenne tournant autour de 8000 °K — pour une température idéale à 6500 °K –, et la saturation est trop importante.

Fort heureusement, ces points peuvent être réglés dans les paramètres du téléphone. Si l’interface n’est pas des plus simples d’utilisation, elle a le mérite d’exister, ce qui est encore bien trop rare chez les constructeurs Android.

asus-zenfone-3-deluxe

Ne soyons pas trop difficiles tout de même, l’AMOLED reste une valeur sûre, avec un contraste quasi infini et une luminosité automatique qui monte jusqu’à plus de 500 cd/m². Enfin, l’ensemble est protégé par un verre Gorilla Glass 4, ce qui devrait lui assurer une bonne résistance pour les trajets dans la même poche que vos clés et les quelques chocs qu’il pourrait subir tout au long de sa vie.

 

Logiciel : comment rester Zen(UI) ?

Depuis son lancement sur le marché des smartphones Asus est loin de faire l’unanimité lorsqu’il s’agit de l’interface logicielle. Si l’on omet son esthétique criarde et aujourd’hui désuète, rappelant à bien des égards les pires moments de TouchWiz (l’interface de Samsung), elle est surtout très chargée et, avouons-le, très fouillis (pour ne pas dire totalement bordélique).

asus-zf3-deluxe-ui

Pour être franc, mon premier réflexe en prenant en main le Zenfone 3 Deluxe a été de me lancer à la recherche de thèmes et c’est avec une immense joie que j’ai découvert un thème proche d’AOSP, avec les icônes natives d’Android. Malheureusement, certaines d’entre elles sont affichées dans un cadre, sur fond blanc, ce qui rend l’ensemble à peine moins inesthétique.

asus-zf3-deluxe-themes

Et pourtant, derrière cette apparence abominable (n’ayons pas peur des mots) et une ergonomie loin d’être parfaite, Asus redouble d’ingéniosité et propose un grand nombre de fonctionnalités, inédites ou non, que l’on aimerait voir chez plus de constructeurs si elles n’étaient pas aussi mal organisées ou noyées dans un flot de paramètres et d’applications.

Ainsi, d’un simple glissement du doigt sur l’écran d’accueil on peut accéder d’une part aux applications les plus utilisées, aux personnes les plus souvent contactées ou aux recherches les plus populaires proches de vous, et d’autre part à un menu dédié à la personnalisation de l’interface, depuis la boutique de thèmes à la gestion des widgets en passant par le papier peint, les icônes, leur taille, leur alignement, les effets de défilement, etc.

asus-zf3-deluxe-ui-perso

En dehors de la personnalisation, on trouve également quelques fonctions plus utiles, comme la capture d’écran liée à un appui long sur le bouton multitâche, les gestions d’autonomie, l’enregistrement automatique des conversations (en option bien sûr) ou la gestion des applications qui resteront en mémoire lors des nettoyages. Tant de petites nouveautés qui trouveront facilement leurs fans.

Pour ce qui est des applications embarquées, Asus n’hésite pas à faire le plein et à proposer nativement sur son Zenfone 3 Deluxe des applications courantes (Facebook, Facebook Messenger, Instagram, une lampe torche, un magnétophone…), mais aussi des applications partenaires dont on se passerait bien (Puffin, TripAdvisor) et tout un tas de logiciels Asus clairement dispensables (Assistance Zenfone, Zentalk, MiniMovie, ZenCircle…). Par ailleurs, si on peut les désactiver, certaines ne peuvent pas être proprement désinstallées.

asus-zf3-deluxe-apps

Performances

Pour son Zenfone 3 Deluxe, Asus a mis toutes les chances de son côté en y intégrant les derniers composants du moment. Avec un Snapdragon 821 et 6 Go de RAM, le téléphone taïwanais se positionne sur le papier parmi les appareils les plus puissants du moment, aux côtés notamment du OnePlus 3T. Loin du rapport qualité-prix visé par les Zenfone 2 et 3, le Deluxe cherche donc à s’établir comme un nouveau standard des smartphones premium.

Modèle (Soc embarqué)Asus Zenfone 3 DeluxeOnePlus 3TXiaomi Mi 5sHonor 8
SoCSnapdragon 821Snapdragon 821Snapdragon 821Kirin 950
AnTuTu146 434 points162 709 points136 620 points92 377 points
PCMark5 951 points7 765 points6 479 points6 472 points
3DMark Ice Storm Unlimited32 415 points32 417 points31 066 points19 485 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)37 868 points36 765 points34 808 points21 065 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)21 553 points22 928 points22 572 points15 433 points
GFXBench Car Chase ( onscreen / offscreen)17 / 18 FPS20 / 20 FPS18.5 / 18.7 FPS6 / 6,7 FPS
GFXBench Manhattan ( onscreen / offscreen)46 / 47 FPS48 / 48 FPS47 / 48 FPS17 / 19 FPS
GFXBench T-Rex ( onscreen / offscreen)59 / 90 FPS61 / 93 FPS59 / 86 FPS39 / 41 FPS
Lecture/écriture séquentielle433 / 162 MB/s424 / 168 MB/s462 / 135 MB/s
Lecture/écriture aléatoire25 646 / 3 693 IOPS31 520 / 18 725 IOPS17 772 / 3 390 IOPS
Real Racing 3 (GameBench)42 FPS44 FPS41 FPS43 FPS
Hitman Sniper (Gamebench)29 FPS29 FPS28 FPS27 FPS

Asus se targue sur son site d’utiliser le « processeur pour smartphone de 14 nm le plus puissant au monde » et obtient globalement de très bons résultats dans les benchmarks. On peut toutefois remarquer que sur certains d’entre eux, les résultats sont presque décevants, comme sur PCMark où même les Xiaomi Mi 5s et Honor 8, deux à trois fois moins chers, le surpassent aisément.

PCMark
  • Asus ZF3 Deluxe : 5951
  • OnePlus 3T : 7765
  • Xiaomi Mi 5s : 6479
  • Honor 8 : 6472

En utilisation réelle, le Zenfone 3 Deluxe s’est montré aussi performant et aussi stable qu’un OnePlus 3T ou un Honor 8 lors de nos essais sur Real Racing 3 et Hitman Sniper, ce qui le positionne très bien. En revanche, lors de nos sessions de jeu sur Asphalt 8, qui tourne pourtant très bien chez ses concurrents, nous avons remarqué de fréquentes baisses de framerate, plutôt désagréables.

gamebench-asus-zef3-deluxe-rr3

Enfin, notons que le capteur d’empreintes du ZF3 Deluxe reconnait rapidement le doigt puisqu’une rapide pression suffit à déverrouiller le téléphone. En revanche, le temps de latence entre le moment où le doigt touche le capteur et celui où le téléphone est utilisable semble un peu plus long que sur la moyenne des smartphones haut de gamme actuels. On se rapproche davantage de la génération du Galaxy S6, sur lequel le capteur est un peu plus lent.

 

Réseau et GPS

Le Zenfone 3 Deluxe est compatible avec toutes les bandes de fréquence françaises, y compris celles des 700 MHz. Il propose en outre un réseau LTE de catégorie 12/13 allant jusqu’à un débit théorique de 600 Mbps. Dans les faits, sur le réseau d’Orange, il peine déjà à atteindre les 100 Mbps là où d’autres les dépassent facilement.

Concernant le WiFi, il est également compatible avec les dernières normes en vigueur, à savoir le 802.11ac 5 Ghz 2×2 MIMO. Enfin, son GPS fixe rapidement et propose une géolocalisation très précise.

 

Photo

Pour ce qui est des photos, ASUS promet une qualité digne des haut de gamme, et on ne peut que reconnaitre une certaine aisance de son capteur dans les basses lumières. Les couleurs sont généralement respectées, même s’il lui arrive parfois de rencontrer quelques difficultés lorsque l’éclairage est spécial, et le grain est tout à fait acceptable.

asus-zenfone-3-deluxe-sample-photo-4 asus-zenfone-3-deluxe-sample-photo-6

En journée, le résultat est loin d’être mauvais également, mais l’on pouvait s’attendre à mieux de la part d’un smartphone aussi évolué. Le HDR vient heureusement sauver la mise, mais sans lui, il n’est pas rare d’avoir un grand nombre de zones cramées sur son image. Le piqué à longue distance laisse également à désirer, à moins de passer en mode « Super Resolution », alors qu’il est pourtant impressionnant en macro.

asus-zenfone-3-deluxe-sample-photo-16

Avec HDR

asus-zenfone-3-deluxe-sample-photo-18

Sans HDR

Autant dire que l’appareil photo du ZF3 Deluxe n’est pas réellement mauvais dans l’ensemble, mais il manque d’homogénéité et il reste du coup en deçà de ce que proposent d’autres modèles, comme le Galaxy S7, pourtant bien moins cher désormais.

Batterie

Sur le papier, le Zenfone 3 Deluxe et sa batterie de 3000 mAh n’ont rien d’exceptionnel, d’autant qu’un écran de 5,7 pouces est généralement gourmand en énergie. Asus reste d’ailleurs très discret sur ce point sur la page officielle du téléphone. Et pourtant, c’est bien là l’un de ses points forts.

Lors de notre test habituel d’autonomie consistant à lire une vidéo YouTube en HD pendant une heure avec l’écran réglé sur 200 cd/m², le Zenfone 3 Deluxe n’a perdu que 10 % d’autonomie, ce qui est dans la moyenne haute des très bons smartphones du moment. Au quotidien,  ce constat est confirmé et on peut tenir facilement une journée et demie, voire deux jours complets pour les moins gourmands, sur une seule charge.

asus-zenfone-3-deluxe-13

Avec sa technologie BoostMaster Fast Charging, Asus promet une recharge de 60 % de batterie en seulement 39 minutes. Une assertion qui ne semble pas usurpée au vu de nos quelques rapides recharges.

 

Prix et disponibilité

L’Asus Zenfone 3 Deluxe est d’ores et déjà disponible chez certains revendeurs au prix conseillé de 699 euros.

Test Asus Zenfone 3 Deluxe (ZS570KL) Le verdict

design
8
Avec son design unibody en aluminium, le Zenfone 3 Deluxe est clairement plus beau et mieux fini que le Zenfone 2. Il respire le haut de gamme à plein nez même si certains détails laissent une petite odeur vieillotte. Il reste pratique à utiliser et agréable en main, mais attention à ne pas appuyer trop fort sur les bords lorsqu'il est à plat.
écran
8
La dalle AMOLED de l'Asus Zenfone 3 Deluxe n'est pas la meilleure qu'il nous ait été donné de tester, autant au niveau de sa colorimétrie que de ses angles de vision. Elle n'est pas mauvaise pour autant et les réglages d'Asus permettent de l'adapter aux goûts de chacun. Ouf !
logiciel
6
L'interface d'Asus regorge de bonnes idées et de fonctionnalités pratiques. Il est dommage qu'elles soient dissimulées derrière une esthétique dépassée et criarde et noyées au milieu d'un flot d'applications inutiles et de fonctionnalités superfétatoires.
performances
8
Le couple Snapdragon 821 et 6 Go de RAM a déjà été aperçu sur le OnePlus 3T et fonctionne à merveille dans la majorité des cas. L'interface est fluide, le passage d'une application à l'autre est rapide et la plupart des jeux tournent correctement. Nous avons cependant à plusieurs reprises constaté des baisses de framerate sur Asphalt 8, pourtant stable habituellement.
caméra
7
L'APN du ZF3 Deluxe est plutôt impressionnant en basse luminosité, avec une bonne restitution des couleurs. En vue rapprochée, il est également de bonne facture et le piqué des images est très bon. À distance en revanche, on est très loin de la qualité de sa concurrence, tant au niveau de la netteté que de la gestion de la lumière. Dommage.
autonomie
9
Bonne autonomie, charge très rapide... Le plus étonnant est qu'Asus ne communique pas plus sur ce point qui est clairement l'un des points forts du téléphone.
Note finale du test 7/10
Dans l'absolu, le Zenfone 3 Deluxe est un bon smartphone et il mérite sa place sur le segment du haut de gamme. Ou tout du moins il la méritait lors du premier semestre 2016, mais on le voit difficilement rivaliser correctement avec sa concurrence actuelle aujourd'hui.

Dernier arrivé sur le marché, le Zefone 3 Deluxe se positionne à 700 euros, mais il peine à avancer des arguments pour justifier ce prix plutôt élevé. Sur tous les domaines, il ne fait qu'égaliser au mieux ce que proposent les smartphones premium de début d'année comme le Galaxy S7, ou même le OnePlus 3. Malheureusement, tous sont aujourd'hui disponibles à un prix bien moindre et proposent parfois des qualités supérieures.

Et c'est dommage, parce qu'Asus signe ici un très bon appareil et montre sa capacité à proposer un smartphone premium. À l'exception de sa partie logicielle et quelques légers défauts de-ci de-là, le Zenfone 3 Deluxe mériterait facilement un 8/10 s'il était commercialisé à un prix plus correct.
  • Points positifs
    • Bonnes photos de nuit
    • Une autonomie dans le haut du panier
    • Design soigné
  • Points négatifs
    • Le prix !
    • La partie logicielle
    • HDR indispensable