Test de l’Asus Zenfone 9 : compact, endurant et surpuissant

Petit Poucet, petit puissant

Asus Zenfone 9
Très bon
8 /10

Note de la rédaction

Points positifs de l'Asus Zenfone 9
  • Gabarit, prise en main et prise jack
  • Écran digne d'un haut de gamme
  • Performances à couper le souffle
  • Autonomie au top pour un compact
Points négatifs de l'Asus Zenfone 9
  • Bordures de l'écran
  • Fonctions logicielles perfectibles
  • Manque de polyvalence photographique
  • Pas de charge sans fil
 

Asus revient à la charge sur le segment des smartphones compacts avec un nouveau modèle toujours plus puissant. L’Asus Zenfone 9 marche-t-il dans les pas de son prédécesseur aux qualités convaincantes ? Réponse dans ce test complet.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Mi 2021, l’Asus Zenfone 8 avait clairement convaincu la rédaction grâce à son excellente prise en main, sa fluidité à toute épreuve et son écran de très bonne facture. Un cocktail qualitatif qui lui avait valu la note de 8/10. Cette année, la marque taïwanaise remet le couvert avec le Zenfone 9, tout aussi, si ce n’est plus, attirant sur le papier.

Nous l’avons testé durant une dizaine de jours, voici notre verdict.

Notre avis en vidéo

Fiche technique

Modèle Asus Zenfone 9
Version de l'OS Android 12
Interface constructeur ZenUI
Taille d'écran 5.9 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 445 ppp
Technologie AMOLED
SoC Snapdragon 8+ Gen 1
Puce Graphique (GPU) Adreno 730
Mémoire vive (RAM) 8 Go, 16 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go, 256 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 50 Mpx
Capteur 2 : 12 Mpx
Appareil photo (frontal) 12 Mpx
Enregistrement vidéo 8K @24 fps
Wi-Fi Wi-Fi 6E
Bluetooth 5.2
5G Oui
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4300 mAh
Dimensions 68,1 x 146,5 x 9,1 mm
Poids 169 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Rouge, Bleu
Indice de réparabilité ?
8,2/10
Prix 799 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par la marque.

Design

Ils ne se comptent que sur les doigts de la main. Ils sont devenus, au fil du temps, d’irréductibles smartphones prêts à braver les conventions du moment. Et pourtant, ils représentent encore toute une époque loin d’être révolue, qui résiste à l’inéluctable phénomène des grands écrans.

« Ils », ce sont les téléphones de moins de 6 pouces, de plus en plus rares depuis quelques années. Parmi les modèles récents, citons l’iPhone 13 mini, le Galaxy Z Flip 3 ou encore l’Asus Zenfone 8 sorti il y a un an. À ce petit groupe vient s’ajouter l’Asus Zenfone 9 et sa petite dalle de 5,9 pouces.

Une telle diagonale a un avantage clair et net : une excellente prise en main et un confort d’utilisation à une main que vous ne retrouverez pas sur des téléphones de 6,5 pouces. L’Asus Zenfone 9 est un petit régal à utiliser au quotidien : il se glisse dans votre poche sans soucis et ne se fait absolument pas sentir grâce à son poids plume de 169 grammes.

Ses coins bien arrondis n’agressent en rien la paume de votre main. En réalité, la seule petite remarque que vous pourriez lui faire concerne l’épaisseur de 9,1 mm. C’est relativement conséquent, sans être rédhibitoire. Mais cela a le mérite de lui apporter un aspect quelque peu charpenté.

Sur le plan du design pur, Asus a opté pour un revêtement arrière original : du plastique polymère, duquel ressort une sensation rêche. L’avantage : cela n’attrape aucune trace de doigts et ne se montre absolument pas glissant – comme peut l’être du verre. C’est un parti pris intéressant, qui rencontrera ses admirateurs et ses détracteurs. Chez Frandroid, on aime.

À l’arrière, les deux capteurs photo sont logés dans un module individuel particulièrement imposant et proéminent – surtout celui du haut. Ils sont inratables. Ce choix renforce le côté esthétique singulier du téléphone et lui apporte du caractère. Le Zenfone 9 en devient juste bancal si vous tapez en haut à gauche de l’écran – sans coque.

Globalement, cet appareil mobile jouit de finitions de bonne facture, sans pour autant arriver à la hauteur d’un sublime Samsung Galaxy S22, son principal concurrent. Ne vous inquiétez pas : l’Asus Zenfone 9 n’en reste pas moins un joli téléphone.

Chose rare pour le souligner pour un mobile vendu à ce prix-là – à partir de 799 euros –, une prise jack a été ajoutée sur la tranche supérieure. Les amateurs de casques et écouteurs filaires en seront ravis. Le tout est complété par une protection d’écran Gorilla Glass Victus et une excellente certification IP68 pour se protéger de l’eau et de la poussière.

Il faut en revanche faire l’impasse sur un tiroir pour carte micro SD, qui permet d’ajouter du stockage interne. Il faudra donc se contenter des 128 ou 256 Go disponibles selon les versions.

Écran

L’écran de l’Asus Zenfone 9 s’appuie sur des caractéristiques solides, mais classiques à ce prix-là : la dalle de 5,9 pouces opte pour une définition FHD+ (2400 x 1080 pixels) et d’une technologie AMOLED qui apporte des contrastes infinis – les pixels s’éteignent pour afficher un noir impossiblement plus profond.

De toute évidence, un taux de rafraîchissement de 120 Hz est de la partie. Cela apporte cette sensation de fluidité à l’usage. L’écran du téléphone nous répond au doigt à l’œil : pour de la navigation sur Internet ou votre interface, il n’y a rien à lui reprocher.

Ce taux peut varier selon vos envies : 120 Hz fixe, 90 Hz fixe, 60 Hz fixe ou la fameuse fonction adaptative qui ajuste la fréquence de rafraîchissement selon votre usage. Nous vous conseillons cette dernière option, qui se montre moins énergivore qu’un taux de 120 Hz fixe. Pour l’autonomie, c’est un petit plus.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Le petit point noir que l’on aimerait mettre en exergue se situe au niveau des bordures : elles sont légèrement plus marquées au niveau du menton et du front et plus fines sur les bords. Dans tous les cas, la sensation d’homogénéité que l’on retrouve sur le Galaxy S22 – et ses bordures ultra fines – est absente. Mais encore une fois, il n’y a rien de dramatique non plus.

Au quotidien, l’écran de l’Asus Zenfone 9 apporte entière satisfaction tant au niveau de la visibilité et de la luminosité maximale, que des couleurs affichées. Que ce soit pour naviguer ou regarder des contenus, l’expérience m’a profondément plus. Globalement, les mesures relevées avec notre sonde et le logiciel Calman de Portrait Display tendent à confirmer cette belle impression.

Asus Zenfone 9

À son pic, la luminosité atteint le score de 729 cd/m2, ce qui est amplement suffisant pour la majorité des situations. Je n’ai jamais eu à plisser les yeux lors d’un soleil tapant. Le téléphone couvre également le spectre sRGB à 146 % – un très bon résultat –, mais rame un peu plus sur l’espace DCI-P3 (98 %), qui est plus vaste et plus difficile à gérer.

Pour autant, ces résultats demeurent très bons et sont complétés par un excellent Delta E moyen de 3,22, lorsque le score idéal doit s’approcher de 3. Autrement dit, les couleurs affichées sont extrêmement fidèles à la réalité. La température de l’écran, elle, est un poil trop haute (7374 K), tirant les couleurs légèrement vers des teintes bleutées.

Dans l’ensemble, l’Asus Zenfone 9 jouit d’un bel équilibre, d’une luminosité suffisante et une calibration maîtrisée. La copie est très propre.

Logiciel

L’Asus Zenfone 9 s’appuie sur l’interface maison ZenUI basée sur Android 12. En réalité, cet écosystème se rapproche énormément de l’interface des Pixel, tant au niveau du design que de l’ergonomie des paramètres. Et dans l’ensemble, c’est une réussite… mais quelques petits points sont sûrement à améliorer.

Premièrement, l’expérience logicielle se montre extrêmement fluide, avec des animations limpides et soignées. C’est un petit régal à utiliser lorsque l’OS, les performances et le taux de 120 Hz fonctionnent de concert. Face à un OneUI sur le Galaxy S22 par exemple, un petit gap est perceptible.

Au niveau des fonctionnalités, l’option Smart key est toujours de mise : elle permet notamment d’ouvrir une application lors d’un double clic sur le bouton d’alimentation. Les paramètres rapides sont à quant eux rangés dans des jolies tuiles rectangulaires aux bords arrondis : leur ergonomie est tout particulièrement plaisante.

Qui dit Android 12, dit Material You et le mode Monnet : vous pouvez ainsi adapter les couleurs du système selon la teinte dominante de votre fond d’écran. Cela apporte une harmonie visuelle vraiment agréable. La fonctionnalité ZenTouch permet aussi de définir une action au travers d’un glissement de doigt sur le bouton d’alimentation. Bref, ZenUI est globalement agréable à utiliser.

Mais attention, cette interface est aussi perfectible.

Pointons notamment du doigt le petit manque de personnalisations : Asus n’est clairement pas au niveau d’Oppo. Il n’est par exemple pas possible de changer la taille ou la forme des icônes d’applications. Autre point noir mineur : l’intitulé des paramètres rapides défile (comme sur MIUI et sur les Pixel), ce qui empêche de les lire et les comprendre au premier coup d’œil.

Aussi, le téléphone se traîne le même petit bug de notifications observé sur son prédécesseur : lorsque déverrouillé, le Zenfone 9 n’affiche pas forcément certaines notifications d’applications. Ces dernières apparaissent au moment où vous ouvrez votre portable. Cette anomalie vient peut-être du fait que, pour économiser de la batterie, le Zenfone 9 opte pour une stratégie agressive en supprimant des processus plus ou moins énergivores.

On aurait par ailleurs aimé que la gestion automatique de la luminosité de l’écran soit plus douce : elle nous paraît parfois un poil brutale lorsqu’un ajustement doit être effectué. Placé sous le bouton d’alimentation, le capteur d’empreintes digitales fonctionne certes très bien, mais nous paraît placé un poil trop bas. Il faut prendre le pli.

L’écran est par ailleurs hypersensible. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de déverrouiller mon téléphone par inadvertance en mettant ma main dans ma poche, sans m’en rendre compte. Le smartphone pouvait alors passer des appels à des gens inconnus ou encore naviguer sur Internet, et ce malgré le « Mode poche » activé. Cela m’est arrivé presque tous les jours.

Enfin, l’Asus Zenfone 9 est compatible avec le système de gestion des DRM Widevine au niveau L1. Regarder des contenus HD sur les plateformes SVOD comme Netflix ou Disney+ est donc tout à fait envisageable.

Audio

L’Asus Zenfone 9 est un smartphone intéressant à plus d’un titre en matière d’expérience audio. D’un, il dispose d’une prise jack extrêmement rare, si ce n’est inexistant, sur les smartphones du même segment tarifaire vendus au cours des dernières années. Pour les aficionados de casques et écouteurs filaires, c’est un vrai plus. Bref, il sait se démarquer.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

De deux, ce téléphone intègre une fonctionnalité « Assistant audio » disponible dans les paramètres du système. Quatre modes de diffusion et d’écoute sont proposés selon votre usage du moment : dynamique, musique, cinéma et jeu. La différence entre le mode « dynamique » et « musique » est en revanche à peine perceptible.

Les modes « cinéma » et « jeu » ont quant à eux tendance à accentuer les aigus. Le tout est accompagné d’un égaliseur dix bandes qui permet d’ajuster la balance. Tout le monde n’ira peut-être pas trifouiller dans ces options, mais elles ont le mérite d’exister pour ceux et celles qui aiment jouer avec ce type d’élément.

De son côté, l’expérience audio est assurée par un système de haut-parleur stéréo : l’un est placé sur la tranche inférieure, l’autre au niveau du haut-parleur d’appel. Ce dernier diffuse un volume sonore plus faible que son compère : il suffit de boucher les grilles l’une après l’autre pour rapidement s’en rendre compte.

Sur le global, le résultat reste plus que satisfaisant et maîtrisé, avec des basses suffisamment présentes. Le volume sonore maximal, jugé un tantinet faible l’an passé, aurait là aussi pu muscler son jeu, notamment lorsqu’on écoute un contenu audio en extérieur. Il m’est cependant arrivé de diffuser de la musique sur une terrasse de jardin, entouré d’un ou deux amis, sans que nos voix ne recouvrent le morceau du moment.

Appareil photo

L’Asus Zenfone 9 s’appuie pour un double capteur photo arrière, dont voici la configuration :

  • Capteur principal de 50 mégapixels (Sony IMX766), f/1,9 ;
  • Ultra grand-angle de 12 mégapixels (Sony IMX363), FOV de 113°, f/2,2.

Avant de se plonger dans des analyses photographiques, il est important de mettre en exergue un manque préjudiciable : ce téléphone n’a aucun capteur doté d’un zoom optique. À ce prix-là, c’est pourtant le minimum syndical. Il part donc avec un handicap face à la concurrence, qui en possède généralement (Google Pixel 6 Pro, Galaxy S22).

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Un capteur grand-angle décent, mais imparfait

De jour et dans de bonnes conditions lumineuses, l’Asus Zenfone 9 s’en sort bien — encore heureux –, sans non plus nous époustoufler. Loin de nous l’idée de dire que c’est un mauvais photophone. Mais ses rivaux font juste tout bonnement mieux. Sur la photo n°1 et 2 par exemple, la gestion de la dynamique laisse à désirer. Le canal Saint-Martin reflète le bleu du ciel, qui est cependant légèrement cramé en arrière-plan. Sur la dernière image, le soleil lui pose de grosses difficultés.

On apprécie néanmoins le flou naturel apposé derrière un sujet capturé de près.

L’ultra grand-angle, pas de miracle

L’ultra grand-angle tombe dans des pièges classiques avec un phénomène de distorsion parfois présent et une perte de détails sur les coins des images. Mais surtout, une petite incohérence colorimétrique est remarquable, notamment sur la première fois avec des couleurs moins vives et un petit voile blanc que l’on voit apparaître sur l’arbre à droite.

Encore une fois : c’est correct, mais il y a mieux ailleurs.

Un zoom numérique décent

Le zoom numérique x2 n’est en somme pas catastrophique et offre des clichés décents. Mais encore une fois, il ne fait pas le poids face à un x3 ou x5 optique que l’on peut facilement trouver sur d’autres smartphones à 800 euros.

Nuit

De nuit, privilégiez une ambiance un minimum lumineuse au risque de vous retrouver avec des photos vraiment peu exploitables. En témoigne le premier cliché. Sur le second, il y a du mieux malgré un bruit numérique présent au niveau des bâtiments.

Un mode portrait inégal

Comme vous pouvez le voir sur la première image, le mode portrait se troue complètement au niveau d’Omar et des smartphones. C’est un grand non. Nous avons effectué d’autres essais plus convaincants, mais pas non plus parfaits. Sur des sujets, semble-t-il, plus simples, l’effet bokeh est mieux intégré. Mais ce mode n’arrive pas à la cheville de celui des Pixel 6, maître en la matière.

Des selfies sans plus

Le capteur selfie de 12 mégapixels fait le job sans nous éblouir non plus. Sur l’image n°1, les bâtiments et le ciel en arrière-plan manquent clairement de piqué. Sur la photo n°3, le ciel est interprété de manière étrange, avec une sorte de filtre cartoon.

Un gimbal hybride pour la stabilisation vidéo

L’Asus Zenfone 9 est en mesure de filmer en Full HD à 60 FPS : ne comptez pas sur de la 4K ou 8K, il n’y en a pas. En revanche, le téléphone embarque un gimbal hybride qui permet de stabiliser vos vidéos via une solution à la fois matérielle et logicielle. Voici quelques exemples pour vous en donner une idée :

Sans stabilisation vidéo : 

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Premier niveau de stabilisation :

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Plus haut niveau de stabilisation :

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Performances

Asus a mis le paquet au volet des performances. Et encore, ceci pourrait être un euphémisme.

Le Zenfone 9 s’appuie sur la puce dernière génération – à l’heure d’écrire ces lignes – de Qualcomm, le fameux Snapdragon 8+ Gen 1, associé à 8 ou 16 Go de RAM LPDDR5 selon la configuration. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce téléphone est une véritable bête de course. Si ce n’est l’un des téléphones les plus puissants à ce jour.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Jetons un œil aux benchmarks mesurés. De toute évidence, le résultat est sans appel : dans la même catégorie de prix, le Zenfone 9 surclasse ses concurrents (les Galaxy S22 et sa puce Exynos 2200, l’iPhone 13 mini et son SoC A15 Bionic) dans n’importe quelle situation. Que ce soit pour l’expérience globale, la puissante brute et les performances graphiques.

Pour trouver un téléphone qui lui tient la dragée haute, il faut se tourner du côté de… l’Asus ROG Phone 6 Pro, équipé du même processeur. Dans l’idée, les deux confrères obtiennent peu ou prou les mêmes résultats. Et dans notre cas de figure actuel, ce binôme est aujourd’hui le plus puissant du marché. Notez que le Zenfone 9 fait aussi partie des smartphones qui surpassent déjà le benchmark Wild Life pourtant pensé pour les modèles assez puissant. Nous avons donc lancé Wild Life Extreme qui est encore plus exigeant.

Modèle Asus Zenfone 9 Samsung Galaxy S22 Apple iPhone 13 mini Asus ROG Phone 6 Pro
AnTuTu 9 1085542 749281 817107 1109651
AnTuTu CPU 255974 205545 205470 262115
AnTuTu GPU 468392 259697 352795 466005
AnTuTu MEM 181036 144378 131413 196358
AnTuTu UX 180140 139661 127429 185173
PC Mark 2.0 N/C N/C N/C 41463
PC Mark 3.0 16292 13695 N/C 17165
3DMark Wild Life N/C 5374 8971 N/C
3DMark Wild Life framerate moyen N/C 32 FPS 53 FPS 63 FPS
3DMark Wild Life Extreme 2776 N/C N/C N/C
3DMark Wild Life Extreme framerate moyen 16.6 FPS N/C N/C N/C
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 67 / 51 FPS 36 / 23 FPS N/C 63 / 46 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 89 / 103 FPS 43 / 43 FPS N/C 82 / 101 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 119 / 258 FPS 94 / 115 FPS N/C 143 / 252 FPS
Lecture / écriture séquentielle 1955 / 1453 Mo/s 1635 / 992 Mo/s N/C 1971 / 1470 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 94123 / 125455 IOPS 81767 / 74077 IOPS N/C 88564 / 118678 IOPS
Voir plus de benchmarks

En pratique, tout se confirme. Sur Fortnite notamment, l’Asus Zenfone 9 a réalisé un sans-faute en configuration 60 FPS, qualité épique et résolution 3D à 100 %. C’est simple : l’appareil n’a pas flanché une seule fois et aucune latence n’a été décelée. Le nombre de FPS chutait parfois à 30, ce qui reste honorable pour bien faire tourner le jeu.

Bref, la fluidité est au rendez-vous. Pour les autres cas d’usage, vous n’avez aucun problème à vous faire : tout tourne à merveille, que ce soit pour du multitâche ou de la navigation sur vos applications préférées. Le seul petit bémol concerne la chauffe qui survient rapidement sur Fornite après quelques petites minutes de jeu. Sur ce point, Qualcomm a encore de petits efforts à fournir.

Autonomie

Que fut notre étonnement – pour le meilleur, et non pour le pire – lors de notre essai de l’Asus Zenfone 9 en matière d’autonomie. Généralement, les smartphones compacts ne sont pas réputés pour leur endurance. Bien au contraire. En témoigne l’autonomie du Galaxy S22 ou de l’iPhone 13 mini, tous deux testés sur le long terme par des membres de la rédaction.

Le Zenfone 9 déjoue les pronostics et se paye une autonomie très confortable pour le quotidien. Tenir une journée et demie est tout à fait envisageable. Par exemple, il m’est arrivé de conserver 70 % de ma batterie à 16h30 un usage mixte mêlant Slack, Google Maps, Instagram, Chrome, WhatsApp ou encore Messenger.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Même avec un usage poussé et intense, l’appareil ne vous lâchera pas au beau milieu de la journée. Je suis notamment tombé sous les 10 % à minuit, après avoir joué presque une heure à Fortnite au cours de la journée, et utilisé durant un certain laps de temps (entre 10 minutes et une heure) au moins huit autres applications.

Ce ressenti se confirme parfaitement avec notre protocole de test personnalisé ViSer, qui simule une utilisation active jusqu’à 10 % d’autonomie restante. Notre protagoniste du jour se hisse tout bonnement à la deuxième place de notre classement, juste derrière le Xiaomi Redmi 9T (2021), avec un score de 17h25. Un excellent résultat qui le met largement au-dessus des appareils passés entre nos mains en 2022.

Seule la puissance de charge pourrait légèrement faire tiquer : 30 W, lorsque des concurrents comme Oppo, Vivo ou encore Xiaomi optent pour des pics bien plus hauts. Cela reste convenable tout de même. Voici les mesures relevées lors de notre essai :

  • 10 minutes : de 9 % à 29 % ;
  • 20 minutes : de 9 % à 44 % ;
  • 30 minutes : de 9 % à 57 % ;
  • 1 heure : de 9 % à 88 % ;
  • 1h15 : de 9 % à 100 %.

Aucune charge sans fil n’est au programme, ce qui est un petit peu dommage à cette gamme de prix.

Réseau et communication

L’Asus Zenfone 9 n’opère pas de grands changements comparés à son prédécesseur. Il est compatible avec l’ensemble des bandes de fréquences françaises 5G, sauf la 5G millimétrique (n258 : 26 GHz). Le support des services de géolocalisation Galielo, Glonass, QZSS et NavIC est toujours de mise.

Même chanson du côté de la puce NFC, si vous souhaitez payer sans contact avec votre téléphone ou intégrer un titre de transport dématérialisé. L’Asus Zenfone 9 est enfin compatible Wi-Fi 6E — c’est nouveau — et Bluetooth 5.2.

Asus Zenfone 9
Source : Chloé Pertuis – Frandroid

Du côté des appels téléphoniques, l’Asus Zenfone 9 ne flanche pas et vous garantit une voix intelligible et authentique. Comprenez par là qu’elle n’est pas compressée, en raison cependant d’une réduction de bruit ambiante correcte, mais pas infaillible.

Disons que votre interlocuteur peut entendre les sons ambiants qui vous entourent, sans que cela ne soit rédhibitoire à l’expérience. Les bruits de klaxon, eux, sont difficiles à gérer, car succincts. Enfin, lorsque vous arrêtez de parler, votre micro se coupe correctement.

Prix et date de sortie

L’Asus Zenfone 9 est décliné en trois versions :

  • 799 euros : 8 + 128 Go de stockage, en coloris Midnight Black (mi-août), Moonlight White (mi-août), Sunset Red (fin août) et Starry Blue (fin août) ;
  • 849 euros : 8 + 256 Go de stockage, en coloris Midnight Black (mi-août) et Moonlight White (mi-août) ;
  • 899 euros : 16 Go + 256 Go de stockage, en coloris Midnight Black (mi-août).

Notre avis sur L' Asus Zenfone 9

design
9
Prise en main excellente grâce à son petit format, prise de risques assumée avec un revêtement orignal, prise jack en bonus à ce prix-là : l’Asus Zenfone 9 frappe fort et devrait plaire au grand nombre. Le constructeur taïwanais a fait du beau travail.
écran
9
Il n’y a pas grand-chose à reprocher à l’écran de l’Asus Zenfone 9, à la fois bien calibré, agréable à utiliser au quotidien et extrêmement fluide grâce à son taux de rafraîchissement de 120 Hz. Mini bémol : les petites bordures.
logiciel
7
ZenUI basée sur Android 12 offre une expérience logicielle agréable et accessible pour les néophytes. Quelques petits éléments sont cependant perfectibles (gestion des notifications, intitulé des paramètres rapides, capteur de luminosité ambiante), qui, au cumulé, lui font perdre des points.
caméra
6
C’est LE point faible de cet Asus Zenfone 9 : ses performances photographiques trop en retrait par rapport à la concurrence. L’absence d’un capteur avec zoom optique est un grand manque. Le grand-angle et l’ultra grand-angle sont corrects, mais sans plus.
performances
9
Au jour où nous publions ces lignes - 28 juillet 2022 -, l’Asus Zenfone 9 est l’un des smartphones les plus puissants du marché grâce au Snapdragon 8+ Gen 1. Rien ne le fait flancher, ni même une partie de Fortnite avec les paramètres graphiques poussés à fond. Attention, juste, à la légère chauffe.
autonomie
9
Oui, un smartphone compact avec une belle autonomie, cela existe. L’Asus Zenfone 9 en est la preuve vivante, lui qui peut aisément tenir une journée et demie avec un usage mixte. La charge de 30 W peut sembler un poil juste, mais cela fait l’affaire.
Réparabilité
8,2
/10
INDICE DE RÉPARABILITÉ
Note finale du test
Très bon
8 /10
Si vous cherchez un smartphone compact haut de gamme à la fois très puissant et endurant, alors cet Asus Zenfone 9 est à prendre en considération. Entre sa journée et demie d’utilisation et un processeur capable de tout faire tourner, il dompte aisément certains de ses concurrents.

En revanche, ne soyez pas tatillon sur la photo : c’est son plus gros point faible, la faute à un manque de polyvalence (aucun capteur avec zoom optique) et un résultat global correct, mais sans plus. À ce prix, les Samsung Galaxy S22 et Google Pixel 6 Pro font franchement bien mieux.

Il n’empêche, son écran de très bonne facture et sa succulente prise en main due à son petit format rehaussent le niveau, le tout couplé à une interface logicielle accommodante, mais légèrement perfectible. Avec une belle promotion, cet Asus Zenfone 9 pourrait faire de l’œil à plus d’un et plus d’une.

Points positifs de l'Asus Zenfone 9

  • Gabarit, prise en main et prise jack

  • Écran digne d'un haut de gamme

  • Performances à couper le souffle

  • Autonomie au top pour un compact

Points négatifs de l'Asus Zenfone 9

  • Bordures de l'écran

  • Fonctions logicielles perfectibles

  • Manque de polyvalence photographique

  • Pas de charge sans fil

Les derniers articles