Introduction

Le Huawei P20 Pro est la grande star du début d’année 2018. Mais dans l’ombre du flagship se cache le modèle plus modeste : le Huawei P20 Lite. Plus accessible en termes de prix, celui-ci mérite-t-il le même engouement ? C’est ce que nous allons voir dans notre test.

Mise à jour : Le Huawei P20 Lite a été mis à jour quelques temps après la publication de notre test le 29 mars 2018. Celle-ci apporte des optimisations de performances, améliore le bokeh et permet au smartphone de mieux gérer son encoche.

Fiche technique

Modèle Huawei P20 Lite
Version de l'OS Android 8.0
Interface Emotion UI
Taille d'écran 5,84 pouces
Définition 2280 x 1080 pixels
Densité de pixels 432 ppp
SoC Kirin 659 à 2,36GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali T830 MP2
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:16 Mégapixels, Capteur 2: 2 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 16 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + LE + EDR + A2DP
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 148,6 x 71,2 x 7,4 mm
Poids 145 grammes
Couleurs Rose, Bleu, Noir, Or
Prix 296€
Fiche produit

Ce smartphone nous a été donné par Huawei.

Design

De loin, il ressemble aux P20 Pro et P20. Mais en y regardant de plus près, on voit tout de suite que le Huawei P20 Lite ne joue pas dans la même catégorie que ses deux illustres frères. Il partage néanmoins un trait commun avec eux : l’encoche sur son front, stigmate de la vague déferlante appelée « tendance du marché » que la fratrie tout entière s’est prise de plein fouet.

Si les sorciers s’attardent sur la cicatrice de Harry Potter, chez nous autres, les moldus, c’est bien le notch de certains smartphones Android qui intriguent. Sur le Huawei P20 Lite, je ne m’attarderai pas particulièrement à essayer d’expliquer si cette incrustation est belle ou non. Sachez simplement qu’elle est très loin de passer inaperçue, car même sur un fond noir elle reste très facilement distinguable ton sur ton. Et ça, c’est tout de même assez dommage.

Quittons un peu le détail pour l’aperçu général. Le Huawei P20 Lite est un joli smartphone. Rien de transcendant, mais son écran occupe une belle partie de la surface avant. Ce n’est toutefois pas suffisant pour supprimer toutes les bordures. Sans choquer les yeux, elles restent bien visibles tout autour de la zone d’affichage.

La bande du bas est la plus épaisse et loge le logo de Huawei. À l’arrière, l’ensemble en verre reste assez classique. Le double appareil photo — placé à la verticale en haut à gauche — dépasse légèrement en relief sans perturber la sobriété du design. La poussière s’accroche malheureusement un peu trop facilement sur les rebords du module photo.

La surface en verre héberge aussi le lecteur d’empreintes à la forme arrondie. Tout le long de la bordure gauche, on peut lire la marque du P20 Lite et les informations sur l’ouverture des diaphragmes respectifs des deux appareils photo.

Rien à signaler sur la prise en main : agréable grâce à de bonnes finitions.

Sur la gauche, il y a le tiroir hybride double nano SIM ou microSD + nano SIM, les traditionnels boutons de déverrouillage et du volume se trouvent à droite. En bas, connecteur USB Type-C, prise jack et grille de haut-parleur cohabitent.

Écran

Le P20 Lite dispose d’un écran IPS LCD de de 5,84 pouces au ratio 19:9. Celui-ci profite d’une définition Full HD+ de 2 280 x 1 080 pixels. Globalement, il est satisfaisant au quotidien, quoique sa température des couleurs par défaut tire un peu trop sur le bleu. Mais la seule fois où j’ai vraiment rencontré quelques difficultés pendant l’utilisation, c’était lors d’une journée très ensoleillée, entre 13 et 15 heures, où les rayons de l’astre central de notre système tapaient particulièrement fort sur notre chère planète bleue.

D’ailleurs, la luminosité maximale de l’écran atteint les 500 cd/m², ce qui est largement suffisant dans la très grande majorité des cas. Mon exemple était une situation très singulière. Par ailleurs, le contraste affiche un bon rapport de 1516:1.

La température un peu frisquette de 8 500 K peut, comme toujours sur EMUI, être réglée minutieusement dans les paramètres. On notera simplement que les angles de vision ne sont pas tout à fait optimaux, mais ça reste acceptable.

Logiciel

Android 8.0 Oreo combiné à EMUI 8.0. Rien de bien nouveau sous les tropiques, si ce n’est que les gestes intelligents disponibles sur les haut de gamme Mate 10 Pro, les deux autres P20 ou encore le Honor View 10 ne sont assez limités sur le Huawei P20 Lite. On ne peut ainsi pas réaliser une capture d’écran partielle avec l’articulation de son doigt.

La plupart des personnalisations sont toutefois maintenues avec la possibilité de gérer la grille des icônes, de choisir d’activer ou non le tiroir d’applications ou de modifier le thème, les widgets et les transitions.

Depuis le Mate 10 Pro, EMUI a fait de beaux progrès en termes de sobriété pour devenir plus intuitif. Néanmoins, j’entends encore plusieurs personnes pester sur le fait que l’interface a une apparence trop éloignée d’un Android épuré. À vous de voir si le design des icônes et de l’interface en général vous convient — à noter que sur le P20 Pro, des changements notables ont été apportés pour le meilleur ou pour le pire, Maxime vous dira tout ça dans son test. Le menu des paramètres quant à lui gagnerait à se simplifier encore un peu plus, mais il faut peu de temps pour s’y retrouver assez facilement.

Certains éléments m’ont particulièrement marqué pendant l’utilisation de ce téléphone. Le premier, négatif, c’est que certaines animations sont beaucoup trop lentes. Au démarrage, par exemple, après avoir entré le code PIN et le schéma de déverrouillage, le P20 Lite prend tout son temps pour se réveiller et afficher l’écran d’accueil.

Quand le téléphone était à l’œuvre sur AnTuTu ou GFXBench, j’ai voulu baisser le son pour ne pas déranger mes collègues et la latence entre le moment où j’appuyais sur le bouton et celui où la jauge s’animait était tristement impressionnant. Autrement dit, quand il est utilisé intensivement, le téléphone ne semble plus pouvoir gérer des choses ultras simples sans accroc.

Mais pour me faire oublier cette lenteur cadavérique, le P20 Lite est doté d’un système de reconnaissance faciale très réactif — à tel point qu’il m’est même arrivé de déverrouiller le smartphone sans vraiment le vouloir. Il ne s’agit malheureusement pas d’une solution aussi sécurisée que le capteur d’empreintes. Aussi, si vous êtes plongé dans une profonde obscurité, il ne fonctionne pas — mais vous pouvez quand même l’utiliser dans des environnements à la luminosité relativement faible et avec une écharpe et une casquette.

L’impact de l’encoche

L’encoche. La fameuse. Venons-en au problème de celle-ci : tout n’a pas été très bien pensé.

Certes, on gagne un peu d’espace en encastrant la barre d’état tout en haut et aucun symbole n’est bêtement rogné — contrairement à certaines copies croisées pendant le MWC. Bien. Néanmoins, il suffit de recevoir un nombre de notifications un peu trop élevé pour voir certaines icônes disparaître.

En activant le Bluetooth, le Wi-Fi et le NFC, on ne laisse plus de place aux notifications. Ci-dessous, sur la capture de gauche, je ne vois que l’appel manqué, alors que j’avais également reçu un SMS. Il a fallu que j’abaisse le panneau pour effacer l’appel manqué et enfin voir la bulle m’indiquant la réception d’un message (image de droite).

Lors d’une utilisation horizontale, sur un jeu ou une vidéo en 18:9 sur YouTube, l’espace dégagé de part et d’autre du notch reste vide malgré tout, car la zone d’affichage est plus grande avec un ratio 19:9. En résulte une désagréable impression d’asymétrie entre la bande noire de gauche et celle de droite puisque la couleur noire reste rétroéclairée sur une dalle IPS LCD.

Aurait-il été préférable d’avoir un vrai affichage plein écran avec l’encoche qui vient grignoter un bout de l’image ? Pas forcément, mais quitte à imposer le notch, il aurait été appréciable de laisser l’utilisateur choisir la solution qu’il préfère (ou plutôt qui l’embête le moins). On peut évidemment tout simplement opter pour un visionnage en 16:9 si les bandes noires très larges sur les côtés ne vous gênent pas.

Notons qu’après publication de notre test, une mise à jour permet désormais de camoufler le notch avec une barre noire artificielle, à l’instar de ce qui était déjà proposé sur les P20 et P20 Pro.

 Photo

Le Huawei P20 Lite est doté d’un double appareil photo de 16 et 2 mégapixels. Les images que l’on obtient avec peuvent être très jolies à regarder grâce à des couleurs très vives en extérieur. Quoique. Elles m’ont paru parfois trop vives. Le jaune est encore plus jaune, le vert est encore plus vert. Et au final, les clichés ont un léger aspect surréaliste, certes agréable, mais peut-être un peu trop éloigné de la réalité.

Par ailleurs, la finesse des détails est un petit peu trop juste, sans être mauvaise. Disons que le piqué des photos manque un peu d’intensité, c’est un tantinet trop lissé à certains endroits.

En intérieur, la qualité pêche un peu quand l’éclairage est inégal. Loin d’être catastrophique, la mise au point devient un peu plus difficile à effectuer. Le résultat reste acceptable, sans plus.

Le mode Grande Ouverture est toujours présent et permet de jouer avec l’effet flou/net avant et après la prise de vue.

En faible luminosité, les lignes se floutent à vue d’œil. Les éléments essentiels sont préservés, mais la baisse de qualité reste bien marquée. Le bruit est très présent et trop d’informations sont perdues dans l’image.

Quand il fait extrêmement sombre, le double capteur devient partiellement aveugle, mais on ne lui en voudra pas particulièrement sur ce point.

Sur l’image de gauche, on est censé voir un tuyau d’aération…

Le capteur avant de 16 mégapixels, quant à lui, fournit une belle qualité. Le visage ressort bien, même si le décor a tendance à être surexposé. Mais dans un égoportrait ce n’est pas l’environnement qui compte.

Performances

Le Kirin 659 est associé à 4 Go de RAM. Une configuration déjà croisée et le verdict reste ici le même : largement suffisant pour l’immense majorité des utilisateurs et à éviter pour les amateurs de jeux mobiles gourmands. Sur PUBG par exemple, j’étais bien forcé de me contenter de réglages graphiques au plus bas pour que la stabilité n’en pâtisse pas trop — en contrepartie les textures étaient très grossières, rendant les ennemis difficiles à discerner.

Même en réglages moyens, le Huawei P20 Lite montrait de sérieuses limites avec beaucoup trop de saccades. Sur 15 à 20 minutes de jeu, le smartphone commençait d’ailleurs à chauffer, mais sans brûler.

 Huawei P20 LiteHonor 9 LiteHuawei P SmartSony Xperia XA2
SoCKirin 659Kirin 659Kirin 659Snapdragon 630
AnTuTu v788 156 points88 512 points88 771 points89 185 points
PCMark 2.04 910 points4 889 points4 859 points5 054 points
3DMark Sling Shot Extreme240 points335 points306 points820 points
3D Mark SSE (Graphics) 193 points272 points247 points712 points
3D Mark SSE (Physics) 1 716 points1 757 points1 787 points1 755 points
GFXBench (Car Chase, offscreen / onscreen)3,2 / 3,2 FPS3,2 / 3,2 FPS3,2 / 3,3 FPS5,9 / 5,5 FPS
GFXBench (Manhattan 3.0 offscreen / onscreen)8,3 / 8,7 FPS8,7 / 8,8 FPS8,8 / 8,7 FPS15 / 14 FPS
Lecture / écriture séquentielle308 / 219 Mo/s265 / 133 Mo/s266 / 135 Mo/s273 / 126 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire17k / 12k IOPS17,4k / 17,2 k IOPS17k / 17,5k IOPS11,2K /3,4K IOPS

L’objectif de cet appareil est de fournir une expérience agréable aux utilisateurs modérés qui ne courent pas après la surenchère de puissance. Malheureusement, en 2018, le Kirin 659 souffre de la concurrence avec le Snadragon 630 plus efficace qui équipe, entre autres, le Sony Xperia XA2 vendu à un tarif similaire.

Par ailleurs, il ne propose rien de plus que le Honor 9 Lite — il fait même moins bien sur certains benchmarks — alors qu’il coûte une bonne centaine d’euros en plus.

Autonomie

La batterie de 3 000 mAh est convenable. Sans être époustouflante, elle permet de tenir une bonne journée, même en usage assez poussé. Le P20 Lite gère plus ou moins bien son énergie en fonction des situations auxquelles il est confronté. Pour lire une vidéo par exemple, son autonomie est assez honorable. Un contenu YouTube d’une heure consommé sur le réseau 4G draine ainsi environ 12 % de la batterie. Une perte qui n’a rien de décevant. Au contraire, il faut préciser que la 4G est plus énergivore que le Wi-Fi. Autrement dit, le téléphone saura préserver entre 3 et 5 % de batterie sur le réseau de votre maison, lieu de travail ou université.

Sur un jeu 3D, par contre, il peut s’épuiser assez vite. Même sans connexion Internet activée, il peut perdre 6 % de batterie sur une session de 20 minutes d’Asphalt Airborne 8. Ainsi, on retiendra un smartphone « normal » en termes d’autonomie, qui ne déçoit pas.

Soulignons toutefois que l’efficacité énergétique est très rudement mise à mal quand une flopée d’applications sont ouvertes en même temps. Pensez donc à vérifier régulièrement le bouton multitâches. C’est d’ailleurs peut-être pour cela que lors de notre protocole de test ViSer, il enregistre un score ridiculement bas de 5 heures 20 qui ne rend pas du tout hommage à l’autonomie que j’ai pu observer à l’utilisation et que l’on ne prendra donc pas en compte ici.

Le chargeur rapide livré avec le smartphone permet de récupérer 65 % en une heure, ce qui est relativement correct pour un milieu de gamme.

Réseau et communication

Il a fallu que je me tienne face au vent — qui soufflait bien fort ce jour-là — pour que mon interlocuteur commence à entendre autre chose que ma voix seule. Les appels sont très bien gérés, aucun défaut n’est à signaler.

Il en va de même pour le GPS et la 4G que je n’ai jamais eu de mal à accrocher sur le réseau Orange. La bande 700 MHz n’est cependant pas prise en charge.

Prix et disponibilité

Le Huawei P20 Lite est disponible début avril 2018 en France au prix conseillé de 369 euros. Jusqu’au 31 mars, il profite d’une remise de 50 euros à l’achat qui le fait descendre à 319 euros.

Les alternatives

Même avec cette promotion, le Huawei P20 Lite reste bien plus cher que le Honor 9 Lite qui reste beaucoup plus attractif pour des caractéristiques similaires (et sans notch). Par ailleurs, si vous êtes prêt à mettre plus de 300 euros dans un téléphone, l’expérience utilisateur est plus convaincante sur le Sony Xperia XA2 malgré un design moins fin. Avec un effort financier supplémentaire, vous pourrez même vous reporter sur un Samsung Galaxy A8 (2018) qui, depuis qu’il peut se trouve aux alentours de 370 euros, représente un choix très intéressant.

Galerie photo

Test Huawei P20 Lite Le verdict

design
8
Côté design, le P20 Lite ne casse pas la baraque, mais il est finement travaillé et agréable à la prise en main. On n'en demande pas plus. Malgré des contours un peu trop visibles autour de l'écran, il reste élégant. L'élément principal à noter reste sans doute l'encoche présente sur la partie supérieure de l'appareil.
écran
8
Peu de choses à redire du côté de l'écran. Celui-ci convient à la très grande majorité des situations auxquelles nous sommes confrontés au quotidien grâce à un bon contraste, une luminosité maximale suffisante et une température des couleurs facilement paramétrable.
logiciel
6
Entre les quelques latences qui n'augurent rien de très bon pour une utilisation de longue durée et l'encoche qui gêne les notifications, le P20 Lite, sous EMUI 8.0 et Android Oreo se révèle parfois quelque peu agaçant à l'utilisation. Il offre néanmoins des personnalisations esthétiques intéressantes.
caméra
7
Le double appareil photo est correct, mais reste limité. On ne remarque pas de différences particulières par rapport au P Smart ou au Honor 9 Lite. On observe une certaine stagnation à ce niveau-là et on croise les doigts pour que le milieu de gamme profite rapidement des belles innovations photo poussées par le Huawei P20 Pro. Pour les selfies, le P20 Lite fait très bien le job.
performances
6
Comme pour la photo, les performances semble se heurter à un plafond de verre qui rend difficilement justifiable le prix du Huawei P20 Lite. Face à un Snapdragon 630 par exemple, le Kirin 659 souffre de la comparaison.
autonomie
7
Malgré quelques faiblesses, l'autonomie du Huawei P20 Pro saura satisfaire la grande majorité des utilisateurs dont la principale préoccupation est de pouvoir passer une journée entière sans avoir à recharger l'appareil. En cela, il n'y a pas d'inquiétudes particulières à avoir, d'autant plus que la recharge rapide — modeste mais efficace — est de la partie.
Note finale du test 6/10
Le souci du Huawei P20 Lite, c'est qu'il n'apporte pas grand-chose par rapport à d'autres smartphones Huawei/Honor. Le Honor 9 Lite ou le Huawei P Smart sont sans doute de meilleurs P20 Lite que le P20 Lite. Du moins ils coûtent moins cher pour une fiche technique très proche.

Le Huawei P20 Lite est donc un smartphone plutôt bon dans l'ensemble, mais dont le principal intérêt est son encoche. Or, celle-ci a tendance à agacer, car elle empêche certaines notifications d’apparaître dans la barre d'état et l'espace supposément gagné grâce à elle n'est pas exploité sur les jeux ou les vidéos. En outre, l'interface accuse certaines lenteurs.

Heureusement, le P20 Lite se rattrape avec une autonomie et une qualité photo correcte. Aussi, sa solution de reconnaissance faciale est très efficace — mais toujours pas autant sécurisé que le lecteur d'empreintes. Difficile de recommander ce smartphone en sachant que la même marque et sa filiale font aussi bien pour moins cher et qu'il existe des alternatives plus intéressantes chez les concurrents.
  • Points positifs
    • Un design convaicant
    • Un bel écran
    • Une autonomie satisfaisante
  • Points négatifs
    • L'encoche agaçante
    • Quelques lenteurs
    • Des performances limitées
    • Redite plus chère du Honor 9 Lite