Introduction

Il n’est pas facile de succéder au Moto X. L’ancien téléphone de Motorola était en effet considéré comme l’un des meilleurs smartphones de sa génération. Non seulement ses composants étaient de qualité (écran AMOLED, compatibilité 4G, interface logicielle de grande qualité), mais en plus son prix, situé sous la barre des 400 euros, en faisait un appareil à l’excellent rapport qualité-prix. Alors quand Motorola a annoncé un nouveau Moto X qui succombait à la mode des grands écrans et dont le prix était supérieur à 500 euros, nous avons été très perplexes. À raison ? La réponse, comme d’habitude, se trouve dans son test.

Moto X test frandroid 1

 

Fiche technique :

ModèleMotorola Moto X
Version Android 4.4.4
Taille d'écran5,2 pouces
Définition1920 × 1080 pixels
Densité de pixels423 PPP
TechnologieSuper AMOLED
Traitement anti-rayuresCorning Gorilla Glass 3
SoCQualcomm Snapdragon 801
Processeur (CPU)Krait 400 @ 2,5 GHz
Puce Graphique (GPU)Adeno 330
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR3
Mémoire interne (ROM)16 Go (10 Go réellement accessible) ou 32 Go
Micro-SDNon
Appareil photo (dorsal)13 mégapixels
Appareil photo (frontal)2 mégapixels
Enregistrement vidéoUHD / 4K @ 30 FPS
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac
Bluetooth4.0
Réseaux4G (LTE-Advanced de catégorie 6)
Bandes 800 / 1800 / 2600 MHz
SIMNano SIM
NFCOui
CapteursLuminosité, Proximité, Gyroscope, Boussole, Accéléromètre, Magnétique
Ports
(entrées/sorties)
Micro USB 2.0
GéolocalisationGPS, A-GPS, Glonass
Résistance à l'eauNon
Batterie2300 mAh non-amovible
Dimensions140,8 × 72,4 × 9,9 mm
Poids144 grammes
CouleursBlanc, Noir, Marron, Ardoise, Rouge, Violet, Orange et différents tons de bois et de cuir
Prix conseillé519 euros (version 16 Go) ou 589 euros (version 32 Go)

Qu’est-ce qui différencie ce nouveau Moto X (ou Moto X de deuxième génération) des autres téléphones haut de gamme sortis cette année ? À bien regarder la fiche technique, pas grand-chose. On retrouve le traditionnel combo Snapdragon 801 / 2 Go de RAM que l’on a croisé tout au long de l’année sur les smartphones concurrents. Son appareil photo ne propose rien non plus de révolutionnaire et son écran est tout à fait dans la norme des Galaxy S5, HTC One (M8) et autre Xperia Z3 croisés précédemment, à savoir une diagonale de plus de 5 pouces et une définition full HD. Tout juste remarque-t-on un écran Super AMOLED, là où les autres téléphones optent généralement pour du LCD, ainsi qu’une batterie un peu en retrait de 2300 mAh alors que 2500 ou 3000 mAh sont plus communs avec des écrans de 5 pouces. Bref, sur le papier, le nouveau Moto X est un smartphone haut de gamme de plus, certes un peu moins cher que ses adversaires. Mais Motorola n’est pas un constructeur comme les autres.

 

Ce que le Nexus 6 aurait dû être

Vous trouvez le Nexus 6 trop grand ? Le Moto X 2014 vous conviendra probablement, du fait que son form-factor est similaire, avec son dos bombé et ses haut-parleurs métallisés bien visibles, même un peu proéminents, ce qui évite de rayer l’écran s’il est posé sur une surface plane. L’appareil est tout de même plus grand que son prédécesseur : quand le premier du nom mesurait 129,3 × 65,3 × 10,4 mm pour 130 grammes, l’édition 2014 affiche 140,8 × 72,4 × 10 mm pour 144 grammes. Pour cette petite augmentation en hauteur et en largeur, on a droit à un écran de 0,5 pouce plus grand, passant de 4,7 pouces à 5,2 pouces. S’il n’est pas démesurément grand, le Moto X 2014 a donc perdu la compacité qui caractérisait son édition 2013.

Moto X test frandroid 8
Moto X test frandroid 6

Au chapitre des améliorations, on notera plusieurs éléments. D’abord, l’emploi de matériaux nobles, à commencer par du métal tout autour de l’appareil. Les tranches sont arrondies, l’écran est légèrement bombé, tout comme le dos du téléphone : en main, c’est le confort incarné. L’arrivée de Moto Maker à l’international accroît cette impression de qualité, puisqu’il est possible de choisir des matériaux un peu plus originaux que le plastique pour habiller le dos de l’appareil. Parmi eux, diverses essences de bois bienvenues, mais aussi du cuir à choisir dans plusieurs teintes. Le rendu est plus qu’élégant, mais ne nous leurrons pas : il n’est pas certain que ce choix (facturé 30 euros de plus qu’une customisation standard) sera valable sur le long terme. Dans un sac où les trousseaux de clés vivent une joyeuse existence, ce cuir s’éraflera malheureusement bien vite.

Moto X test frandroid 12

 

Moto X test frandroid 9

Un point sur la connectique : la prise micro-USB (2.0) est centrée sur la tranche inférieure du téléphone. Au-dessus, on trouvera la prise jack ainsi que la trappe dédiée à la nano-SIM. Le bouton Power et la barre de réglage du volume se trouvent sur l’arête droite, et on relèvera l’excellente finition de la première touche, striée pour mieux accrocher le doigt. Parmi cette foule de bons points, le seul défaut que l’on trouvera à ce Moto X, c’est certainement son logo situé au centre de sa coque. Cette pastille ressemble à s’y méprendre à un gros bouton (qu’on verrait bien affecté au déclenchement de l’appareil photo, par exemple), mais il n’en est rien. C’est dommage et franchement peu esthétique.

Moto X test frandroid 10

 

 

Un écran AMOLED intelligemment exploité

Le Moto X dispose d’un écran Super AMOLED d’une diagonale de 5,2 pouces avec une définition 1080p (1920 × 1080), soit une résolution de 423 ppp. L’écran du Moto X est dans l’ensemble très bon. Il bénéficie de tous les avantages de l’AMOLED. Les couleurs bénéficient d’un contraste bien supérieur aux écrans LCD et la luminosité est largement suffisante pour y voir clair en permanence. Autre avantage de l’AMOLED, le noir ne consomme pas d’énergie. Et Motorola a utilisé cette spécificité de l’écran pour reprendre l’une des fonctionnalités les plus intéressantes de l’ancien Moto X, l’Active Display (désormais appelé Moto Display), qui permet de savoir si l’on a des notifications sur son téléphone sans avoir à l’allumer.

Moto X test frandroid 7

Cet écran est de qualité. Les couleurs sont éclatantes, les angles de visions sont irréprochables et son toucher est très agréable. Avec ses 423 ppp, le rendu est sans faille et vraiment digne des smartphones haut de gamme concurrents. On soulignera simplement deux défauts. Le premier, c’est sa légère tendance à tirer sur le jaune. Un défaut particulièrement visible sur les couleurs très claires et qui saute aux yeux quand, par exemple, on compare l’écran du Moto X à celui du Galaxy Note 4. Le deuxième provient du manque de réglages de cet écran. On aurait en effet aimé pouvoir, comme sur les téléphones de Samsung, avoir le choix entre différents profils de mode d’écran pour modifier la saturation des couleurs. Tout le monde n’est pas forcément amateur des couleurs « pétantes » de l’AMOLED. Une critique assez subjective, je le concède.

 

 

Une partie logicielle irréprochable

La partie logicielle était déjà particulièrement soignée sur l’ancien Moto X et a bénéficié des mêmes attentions sur ce nouveau modèle. D’un point de vue global, il faut savoir que le Moto X est installé sous la dernière version d’Android (du moins pour quelques jours encore), Android Kitkat en version 4.4.4. Le constructeur a d’ailleurs promis de passer très rapidement son téléphone sous Android 5.0 Lollipop. On ne le répètera jamais assez, mais acheter un produit Motorola, c’est avoir la certitude que son téléphone va très rapidement disposer de la dernière mise à jour d’Android. C’est actuellement le fabricant de smartphone le plus rapide en la matière.

moto x logiciel 1

En apparence, Motorola n’a pratiquement pas touché à Android, qui ressemble beaucoup à une version stock. Mais dès que l’on commence à fouiller un peu les paramètres et surtout les possibilités de personnalisation de son téléphone on s’aperçoit que Motorola a amélioré point par point une bonne partie des manques d’Android.

On le disait un peu plus haut, Motorola a parfaitement exploité l’écran AMOLED du téléphone avec le Moto Display. Concrètement, grâce aux trois capteurs placés sur la façade du téléphone (que l’on aperçoit très bien sur la version blanche, mais qui sont invisibles sur la version noire), le téléphone va capter en permanence les moindres mouvements de l’utilisateur. Placer sa main devant le téléphone ou tout simplement bouger devant le téléphone va alors afficher une très discrète notification blanche sur fond noir, qui ne va pas où très peu consommer de batterie du fait de l’écran AMOLED. Il suffit ensuite de bouger le cadenas du téléphone pour choisir de l’ignorer, d’aller directement sur l’application ou de déverrouiller le téléphone. Si cela peut paraître gadget à l’écrit, dans la pratique, croyez-moi, on a beaucoup de mal à revenir à un écran classique après y avoir goûté.

Moto X test frandroid 3
Moto X test frandroid 4

Motorola a également inclus dans le menu des paramètres une véritable batterie de menus d’aides et de personnalisation du téléphone. Comme pour l’ancien Moto X, le téléphone écoute en permanence l’utilisateur. Par défaut il suffit de dire « Ok Google » pour que Google Now se réveille et commence à écouter la demande de l’utilisateur. Une fonction qui marche admirablement bien, au point de reconnaître le « Ok Google » des publicités que l’on peut voir en ce moment à la télévision. Motorola a d’ailleurs poussé le vice un peu plus loin en proposant carrément de renommer oralement « Ok Google » en ce que l’on souhaite. Bon, dans les faits, ça ne marche pas toujours très bien. J’ai tenté (naïvement) de le renommer en « GoGo Gagdet-o téléphone », puis en « debout feignant » sans que le téléphone puisse le reconnaître systématiquement. En fait, il faut que la phrase de réveil ne soit trop ni trop longue, ni trop courte et qu’elle soit reconnaissable très facilement. Ainsi « debout gros feignant » est plus facilement reconnaissable pour le téléphone que « debout feignant ». Soit.

moto voice motox test frandroid

Pour bénéficier des fonctionnalités de personnalisation de Motorola, il est toutefois nécessaire de créer un Motorola ID. Rien de plus simple pour cela, Motorola propose de le lier à son compte Google. Une fois fait, il est alors possible de paramétrer très précisément son téléphone. On peut ainsi couper les notifications durant une plage horaire précise (le soir entre 22h30 et 7 heures du matin, par exemple), faire lire les SMS par le téléphone lorsqu’on est au volant, associer le téléphone à des objets Bluetooth afin de ne plus à avoir d’écran de verrouillage quand ils sont proches du téléphone, etc, etc. Motorola a presque caché toutes ces fonctions de personnalisation dans le menu des paramètres. Il faut donc prendre le temps de bien tout regarder pour savoir ce que propose le téléphone. Un presque sans faute, donc.

moto x test aide android frandroid

On terminera ce tour du propriétaire par l’une des applications les plus pratiques du téléphone : Motorola Connect. Pour faire simple, c’est une application préinstallée sur le téléphone qui nécessite d’installer une extension sur le navigateur web Chrome. Une fois l’extension ajoutée, les SMS, les appels sont notifiés directement sur le PC. Il est également possible de connaître l’état de la batterie du téléphone et de répondre ou d’envoyer des SMS depuis le navigateur. Ce n’est pas encore aussi poussé que Pushbullet, par exemple, mais c’est un excellent moyen de combler les manques d’Android en matière de continuité.

moto connect

 

Performances : un Snapdragon 801 au top

La fiche technique du Moto X est plutôt intéressante puisque la nouvelle version délaisse le S4 Pro pour un Snapdragon 801 qui promet d’être plus performant dans tous les usages. La définition de l’écran passe du HD (720p) au Full HD (1080p) et il fallait donc une puce plus puissante pour traiter les informations et notamment dans le domaine vidéoludique. Nous avons donc lancé les benchmarks habituels : AnTuTu pour les performances synthétiques, PCMark pour les performances applicatives et 3DMark ainsi que GFXBench pour les performances graphiques. Nous avons ensuite testé les performances en pratique avec les jeux Real Racing 3 et Nova 3.

Dans les benchmarks, le Moto X a été comparé à plusieurs concurrents qui partagent la même architecture (un Snapdragon 801) ainsi que la même définition d’écran (Full HD). Sans grande surprise, le Moto X obtient à peu près le même score que ses autres concurrents.

 Moto X (2014)Xperia Z3Galaxy S5Oppo Find 7a
AnTuTu43 40043 80044 00044 000
PCMark4 0503 780-4 367
3DMark (Ice Storm Unlimited)19 60018 10019 80020 139
Manhattan onscreen / offscreen12,7 / 11,9 FPS12,7 / 11,8 FPS12,5 / 12 FPS12,6 / 11,3 FPS
T-Rex onscreen / offscreen29,4 / 27,6 FPS29,7 / 27,4 FPS28,3 / 28,1 FPS29,9 / 28,5 FPS

Dans les jeux, le comportement du Moto X est très bon. Pratiquement aussi bon qu’un Oppo Find 7a, la référence pour les performances en jeu, et légèrement meilleur qu’un Xperia Z3. Pour rappel, les performances des terminaux peuvent varier entre les benchmarks et les jeux puisque ces derniers sollicitent le SoC pendant plus longtemps. Ainsi, sur notre partie de Real Racing 3 de 15 minutes, le framerate (nombre d’images par seconde) moyen a atteint 38 FPS. Ce n’est pas la perfection, mais c’est largement mieux que la majorité des smartphones. À titre de comparaison, l’Oppo 7a avait une moyenne de 44 FPS sur ce même test alors que le Galaxy Note 4 récemment testé peinait à dépasser les 25 FPS !

Real Racing 3_20140801_135653

Sous Nova 3, le constat est similaire : la nouvelle cuvée du Moto X se débrouille vraiment bien puisqu’il maintient un framerate supérieur à 40 FPS, n’ayant pas à rougir face au Find 7a qui possède à peu près les mêmes performances. Le seul point négatif, c’est la stabilité du framerate qui est de 76 %. Le mieux est bien sûr de se rapprocher de 100 %, ce qui signifie que le framerate est constant et ne baisse pas ou n’augmente pas de manière brutale, handicapant alors l’expérience utilisateur. À titre de comparaison, le Xperia Z3 est moins bon sur ce test avec un chiffre de 64 %.

GameBench FPS Moto X 2014

Une meilleure stabilité procure moins de sensation de lag

Comment expliquer ces bonnes performances ? Encore une fois et comme d’habitude, il faut regarder un peu plus en détail ce qui se passe au niveau du processeur (CPU) et de la puce graphique (GPU) pendant les sessions de jeu. Les terminaux qui parviennent à maintenir de bonnes performances sont ceux dont les fréquences du couple CPU / GPU restent élevés pendant l’intégralité du test. Le Moto X fait justement parti de ceux là. Pendant les 15 minutes de Real Racing 3, l’Adreno 330 n’a pratiquement jamais tourné à sa fréquence minimale (200 MHz) et il a plutôt passé la majorité de son temps autour de 400 MHz avec quelques pointes à presque 600 MHz. Idéalement, on aimerait voir une ligne totalement plate à 600 MHz, mais dans la pratique, c’est impossible, du fait de la chauffe et de la consommation que cela entrainerait.

Gamebench GPU Moto X 2014

Une fréquence GPU pas forcément stable, mais assez élevée

 

Une mémoire interne bien trop faible

Il y a peu de choses à redire à propos de l’aspect communication et réception du Moto X. La qualité sonore est bonne et aucun défaut particulier ne m’a choqué lors des quelques appels que j’ai passés. Même constat pour la partie GPS, dans la norme avec une réception des signaux satellite qui s’est établie en 87 secondes sur GPS Data, à froid (sans Wi-Fi ni connexion 3G ou 4G).

gps connexion memoire moto x frandroid

On sera en revanche beaucoup plus critique concernant l’aspect multimédia. Non pas que les haut-parleurs du téléphone soient mauvais, bien au contraire, mais c’est plutôt la mémoire interne du téléphone, bien trop limitée qui nous gêne. C’est indéniablement le plus gros point faible du téléphone. Sur notre version 16 Go (la plus commune, la version 32 Go n’étant vendue que sur le site de Motorola), sur un téléphone fraîchement installé, il ne restait de base que 10 Go de libres. C’est très peu, d’autant plus qu’il est impossible d’étendre la mémoire avec une carte SD, le Moto X ne possèdant aucun port du genre. Il faut donc se rabattre obligatoirement sur les services de Cloud, pratiques pour tout ce qui est relatif aux fichiers, mais qui ne résoudra pas les problèmes de mémoire dus à l’installation d’applications.

 

Une partie photo décevante

Pour ce nouveau Moto X, Motorola a légèrement augmenté le nombre de millions de pixels du capteur arrière. On passe donc d’un capteur de 10,5 MP à 13 MP. La partie photo est bien souvent le point le plus critiquable des smartphones de Motorola. Et c’est hélas encore le cas avec ce nouveau Moto X.

N’enterrons toutefois pas cet appareil photo trop vite. Il a tout d’abord le mérite d’être assez vif. Que ce soit en mode automatique avec le HDR activé, la capture est très rapide. Le deuxième bon point de cet appareil photo, c’est que les clichés sont dans l’ensemble très nets… Du moment qu’on ne se risque pas à faire le point sur des objets présents au premier plan. La mise au point semble en effet avoir un peu de mal à repérer correctement et à faire le point sur des objets proches du téléphone. Les couleurs sont du reste assez fidèles, à condition toutefois de bénéficier d’une bonne luminosité. À ce titre, une grande partie de nos clichés a été sauvée par le mode HDR qui rehausse considérablement la luminosité. Bref, si cet appareil photo ne démérite pas complètement, il s’avère à l’usage beaucoup moins performant que ce que l’on peut trouver chez la concurrence.

1
2
4

Sans HDR

 

5

Avec le HDR activé

 

6

 

7
8

 

Dernier point de déception, Motorola n’a vraiment fourni aucun effort au niveau logiciel. Il s’agit en fait de l’interface de base fournie avec Android, sans aucun ajout d’option. Passé le mode panorama, le mode HDR et quelques changements de format, on ne peut pas faire grand-chose de plus. Pas de filtres, pas de réglage d’ISO, tout juste ce menu circulaire et très sommaire qu’on aurait aimé bien plus fourni. Il faudra donc passer par une application tierce. Quel dommage…

options photo moto x test frandroid

 

Une autonomie perfectible

L’autre point faible du Moto X tient à sa batterie. Celle-ci possède une capacité de 2300 mAh, ce qui est un peu faible pour supporter un grand écran en Full HD. Au quotidien cette batterie a rapidement prouvée sa légèreté. Passé une journée de plus de 12 heures il ne reste plus qu’une petite dizaine de pourcents pour tenir. L’autonomie du téléphone est plutôt correcte à condition de ne pas recevoir des dizaines et des dizaines de notifications. Nous avons testé son autonomie après l’avoir entièrement chargé et passé durant une heure une vidéo YouTube en plein écran avec le son au maximum. Le Moto X n’a alors perdu que 16 % de batterie. Ce qui est dans la moyenne haute. Notons pour finir qu’il n’est pas possible d’activer le pourcentage de batterie dans la barre d’état du téléphone. Un oubli vraiment idiot.

batterie moto x test frandroid

 

 

Verdict Motorola Moto X

design
9
Le Moto X 2014 est un très bel appareil, un peu massif certes, mais d’une finition irréprochable, du moins dans sa version de base. Il bénéficie indubitablement de Moto Maker, cet outil de personnalisation en ligne permettant de modifier la couleur de ses éléments métalliques et de lui ajouter une coque en bois, en cuir ou en plastique de couleur. On émettra tout de même quelques réserves sur ces coques en cuir précisément, les plus chères du catalogue, mais aussi les plus fragiles. Mais Moto Marker est vraiment un atout indéniable.
performances
8
Les performances du Moto X sont vraiment bonnes, que ce soit en utilisation qutodienne, dans les benchmarks mais aussi dans le domaine vidéoludique. En revanche, on voit que certains jeux gourmands parviennent encore à faire peiner le Snapdragon 801. Motorola aurait alors pu choisir le Snapdragon 805 qui remplace le petit frère avec son Adreno 420 qui aurait fait des merveilles sur un terminal dont la dissipation thermique semble bien gérée pour éviter de faire chuter les performances lors des "longues" sessions.
logiciel
9
Motorola signe une fois de plus une partie logicielle qui frôle l’excellence. Non seulement le téléphone est installé sous Android 4.4.4 en version pure et sera régulièrement et rapidement mis à jour (Lollipop est déjà prévu), mais en plus il dispose d’une demi-tonne d’options et de fonctionnalités (parfois un peu trop cachées) qui comblent très intelligemment les manques d’Android. On aurait aimé que le pourcentage de batterie soit visible.
écran
8
L’écran du nouveau Moto X est une belle réussite. Motorola a soigné son affichage et cet écran dispose d’une très belle luminosité, d’angles de visions généreux et de couleurs très profondes. Peut-être même un peu trop pour les détracteurs des écrans Amoled. Seule ombre au tableau, les blancs sont un peu trop jaunes. Un détail.
caméra
6
L’aspect photographie du Moto X de deuxième génération est meilleur que celui de son aîné mais on est encore très loin de ce que l’on peut attendre sur un appareil haut de gamme. Outre le manque d’options évident de l’application photo, on lui reprochera une mise au point trop imprécise et des couleurs pas toujours très fidèles en faible luminosité.
autonomie
6
Avec sa batterie de 2300 mAh, l'autonomie du Moto X est médiocre. Il aurait fallu une batterie un peu plus musclée pour supporter l'écran de 5,2 pouces full HD.
Note finale 8/10
Le nouveau Moto X est un excellent téléphone et un digne successeur du Moto X de 2013. Motorola a fait le choix, certes discutable, de produire un téléphone de grande taille (5,2 pouces), mais a réalisé un travail admirable sur le design. Non seulement le nouveau Moto X est un plaisir à prendre en main grâce à une ergonomie de design très soignée, mais le téléphone est en plus inattaquable sur le terrain du look puisqu’on peut le personnaliser à volonté grâce à Moto Maker. Son écran, toujours en AMOLED, a également bénéficié de toutes les attentions du constructeur et s’il n’est pas sans défaut (notamment à cause d’un très léger jaunissement), il est à la hauteur de ce que l’on peut attendre sur un smartphone haut de gamme.

Et que dire de l’aspect logiciel, pratiquement parfait. Motorola a conservé sa surcouche intelligente qui avait fait le succès du premier Moto X. Installé sous Android 4.4.4 avec une interface d’apparence pure, Motorola a comblé les principaux manques de l’OS de Google avec une foule d’options, de fonctionnalités et d’applications discrètes. Gestures, personnalisation du téléphone, continuité avec le PC, utilisation intelligente de l’écran, tout a été fait pour répondre aux attentes des amoureux des smartphones. Dommage, mille fois dommage, que la mémoire interne soit si limitée.

Un smartphone presque parfait donc ? Non, hélas, Motorola n’a visiblement pas jugé bon de faire des efforts sur la partie photo et l’autonomie. Pour la seconde, on peut à la rigueur comprendre que faire rentrer une grosse batterie dans une coque au design aussi travaillé soit compliqué. Mais dans ce cas-là, pourquoi avoir choisi un écran de 5,2 pouces et ne pas l’avoir légèrement rétréci ? Pour la photo en revanche Motorola est inexcusable et l’on sent bien que le constructeur a pratiquement abandonné le sujet. Application basique au possible, options inexistantes et clichés très moyens viennent ternir un bilan pourtant enthousiasmant.

Alors à qui s’adresse le Moto X ? On le disait un peu plus haut, il s’adresse à ceux qui sauront apprécier la finesse de la couche logicielle de Motorola, les beaux téléphones et qui ne font peu de photos. On le déconseillera aussi vivement à ceux pour qui l’espace de stockage sur un téléphone est quelque chose de primordial. Avec 10 Go de libre et sans port carte SD, le Moto X est plutôt chiche de ce point de vue. Il n’empêche, il est vraiment difficile de ne pas aimer ce smartphone. Beau, intelligent, personnalisable, puissant, on se demande bien pourquoi ce n’est pas lui le véritable Nexus 6.
  • Points positifs
    • Un design très réussi
    • Moto Maker, parfait pour rendre son téléphone unique
    • Couche logicielle tout simplement parfaite
    • Un très bel écran
    • D’excellentes performances
    • Prix un peu plus doux que ses concurrents
  • Points négatifs
    • La partie photo, décevante
    • Mémoire interne très limitée et non extensible avec une carte SD
    • Autonomie en retrait
    • Pas de pourcentage de batterie visible