TF1 et les opérateurs Orange et Free s’affrontent depuis quelques jours, et la diffusion des chaînes du groupe est ou commence à être coupée. Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Voici toutes les réponses que vous cherchez.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Depuis quelques jours, les relations entre le groupe privé TF1 et les opérateurs Orange et Free s’enveniment. Conséquence ? Les chaînes diffusées par le groupe et services qu’il propose disparaissent petit à petit des Livebox et Freebox à travers la France.

Entre propos percutants et petites feintes discrètes, on peut voir les opérateurs rebondir très rapidement sur la question et monter au créneau. Mais que se passe-t-il vraiment ?

Pour que personne ne soit perdu dans ce conflit risquant de durer encore des semaines, voici une liste de réponses aux questions revenant le plus souvent concernant l’affaire.

Quelles relations entre les groupes TV privés et les opérateurs ?

Retrouver les chaînes de groupes télévisuels comme TF1 ou même M6 sur une box internet comme les Livebox d’Orange ou les Freebox de Free n’est pas une chose magique.

Pour que la diffusion se fasse, les groupes TV signent avec les opérateurs des accords de distribution, contrats établis sur une ou plusieurs années encadrant la diffusion. Dans le cadre d’internet, les groupes TV s’occupent de la diffusion mais également des services associés, et les opérateurs en deviennent les distributeurs.

Bbox Miami

Ainsi, un accord de distribution est créé et intègre autant la diffusion du direct que les services type plateforme de replay, de VOD, ou même certains événements particuliers. Ils peuvent aussi bien concerner une chaîne spécifique que plusieurs chaînes détenues par un même groupe. Ces ventes se font généralement en pack, comme « définition UHD + replay » par exemple, analogues aux abonnements que peuvent faire les consommateurs sur le câble ou le satellite.

Quelle est la source du conflit TF1 et Orange / Free ?

Les accords de diffusion entre les opérateurs et le groupe TF1 arrivaient à échéance au début de l’année 2018, forçant la tenue d’une renégociation entre les entités. TF1 a toutefois opéré un petit changement cette année qui n’a pas nécessairement plu à tous.

Auparavant, l’accord de distribution était simple : la diffusion de ses chaînes en clair (accessibles également par la TNT) était gratuite, tandis que le replay, le retour en arrière et tous les services interactifs devaient être achetés par les opérateurs. Sur ces dernières renégociations, le nouveau patron du groupe TF1, Gilles Pélisson, a estimé que les opérateurs devaient désormais également payer la diffusion des chaînes, celles-ci représentant selon lui un produit d’appel fort pour les abonnés.

Gilles Pélisson

Bouygues Telecom, filiale de Bouygues au même titre que TF1 d’ailleurs, a accepté ces conditions et signé son nouvel accord de distribution le 30 janvier pour un montant inconnu. SFR a lui aussi accepté ces conditions, pour une somme d’un peu plus de 10 millions d’euros selon Le Monde, qui lui permet — au même titre que Bouygues Telecom —  d’accéder à de nombreux services comme la diffusion 4K de certains programmes (notamment la Coupe du Monde) ou le start over, en prime des chaînes en clair bien sûr.

Pour Orange et Free, la situation est différente pour une raison simple : les tarifs pratiqués pour ces accords se basent sur une rémunération par abonné. Orange et Free étant les deux opérateurs ayant le plus d’abonnés en France sur l’internet fixe et les offres triple play, les prix grimpent en flèche. Selon Le Figaro, la demande initiale du groupe TF1 à Orange s’élevait tout de même à 80 millions d’euros. Aujourd’hui, on parle plutôt de 20 millions d’euros, une offre toujours refusée par Orange.

À l’heure actuelle, aucun accord n’a été trouvé entre les différents partis. Les acteurs se mènent une bataille avant tout médiatique, afin de pousser les uns et les autres à revoir leur position à la table des négociations.

Quels chaînes et services disparaissent des Livebox et Freebox ?

Le groupe TF1 a d’ores et déjà suspendu l’accès à son service de replay aux Livebox, ayant un contrôle plus pointu de l’accès à ces services. Pour ce qui est du direct, la situation est plus compliquée : le flux de diffusion étant le même pour tous, TF1 a été obligé d’assigner en justice Orange afin de le forcer à ne plus proposer ses chaînes en clair en direct.

Plus précisément, ce sont ces chaînes, proposées par le groupe TF1, qui disparaissent ou vont être amenées à disparaître sur les Livebox et Freebox :

  • TF1
  • TMC
  • TFX (ex NT1)
  • TF1 Séries Films (ex HD1)
  • LCI

Si les Freebox sont dans l’immédiat moins concernées que les Livebox, c’est tout simplement parce que l’accord de distribution passé entre Free et le groupe TF1 n’est pas encore arrivé à terme. Nous n’avons pas de date précise, mais cela ne saurait tarder. Si rien ne bouge d’ici là, alors les mêmes mesures seront appliquées.

Quelle serait la solution ?

Ce conflit n’a qu’une solution : que les acteurs s’entendent sur une somme. Si l’opinion publique est actuellement lourdement mise à contribution, c’est simplement pour qu’une entité plus faible soit désignée et poussée à plier à la table des négociations. Les groupes en question étant de fortes têtes, c’est là — semble-t-il — la seule solution trouvée à ce point de leurs discussions.

Pour l’utilisateur, la solution au problème est assez simple. Qu’il s’agisse de continuer de profiter de la chaîne par internet ou de repasser par ce bon vieux signal numérique terrestre, les moyens de contourner ces chamailleries sont nombreux : nous avons dédié un dossier à la question.

À lire sur FrAndroid : TF1 contre Orange, Free et Canal : comment contourner l’arrêt de la diffusion

Est-ce que les chaînes resteront coupées ?

Plus le temps passe, et plus il est difficile de répondre un simple « non » à cette question. Dans les faits, Gilles Pélisson n’a pas tort : les chaînes du groupe TF1 sont un produit d’appel pour les opérateurs, qui attirent de nouveaux abonnés en les ayant dans leurs offres. Ce qu’il ne précise pas est que la part des spectateurs de la chaîne passant par internet pour la regarder est elle aussi toujours plus importante, faisant que le groupe ne peut décemment pas se passer de ces yeux tournés vers ses publicités.

Selon les chiffres fournis par le CSA pour le deuxième trimestre 2017, 54% des foyers français reçoivent la TV par l’ADSL, le câble ou la fibre. Une augmentation de 5% comparativement à début 2015. En parallèle, la réception hertzienne (par TNT) ne fait que chuter, représentant aujourd’hui moins d’un quart de la population.

Aussi, il y a fort à parier que TF1 et les derniers opérateurs finissent par collaborer, et que la situation se stabilise très rapidement. Le CSA s’est même proposé d’aider en ce sens.

Cependant… il faut rappeler une tendance : l’accès direct à la diffusion sur internet, sans passer par la TNT ni même une box internet, ne cesse de croître sur ces dernières années en suivant l’évolution des habitudes de consommation des utilisateurs. Avec la croissance des ordinateurs, smartphones et tablettes, mais aussi des téléviseurs connectés, les acteurs intermédiaires tendent petit à petit à s’effacer pour n’être plus qu’une considération des populations vieillissantes.

TF1 vaut-il vraiment le coup ?

La question revenant le plus de notre communauté est véritablement celle-ci : ça vaut vraiment le coup de conserver TF1 ? Une raillerie que nous avons aussi été nombreux à faire au bureau, rares étant les membres de la rédaction à consulter encore la télévision.

Il ne faut toutefois pas oublier que nous ne représentons pas le français moyen, loin de là. Nos parents, grands-parents et de nombreuses familles en France continuent de regarder la télévision traditionnelle, et TF1 est tout simplement la plus grande chaîne française. En 2017, selon les chiffres de Médiamétrie pour la France, la chaîne prenait la tête du classement avec 20% des parts d’audience, suivi de France 2 à 13%. Son concurrent privé M6 prend ensuite la troisième place à 9,5% de PDA.

Le groupe TF1 en lui-même connaît également une belle croissance, ayant enregistré un bénéfice net de 136,1 millions d’euros sur l’année 2017 et une croissance de 3% de son chiffre d’affaires comparativement à l’année précédente. Au total, les chaînes du groupe prennent 27,7% de parts d’audience. Autant dire qu’il ne s’agit pas là d’un acteur que l’on peut facilement ignorer.

On aura une baisse de la redevance ?

L’autre question revenant le plus. La contribution à l’audiovisuel public (également nommée redevance audiovisuelle) payée tous les ans en même temps que la taxe d’habitation, sert à financer les chaînes du service public.

TF1 est une chaîne privée. À ce titre, elle n’est pas financée par la redevance mais bien intégralement par la publicité. Elle n’entre donc pas une seule seconde dans la considération de l’audiovisuel public.

Quels sont mes droits en tant que consommateur ?

Les opérateurs prévoient dans leurs conditions générales d’abonnement que la liste des chaînes et des services est amenée à évoluer au fil du temps. Se faisant, il est impossible de réclamer la moindre réduction du prix de l’abonnement suite à la disparition des chaînes du groupe TF1.

Ceci étant, un changement unilatéral a été fait sur votre offre. Ce changement pourrait motiver une résiliation sans frais d’un abonnement sous engagement de 12 ou 24 mois, grâce à l’article L224-33 du Code de la consommation. Si nous ne pouvons certifier que l’article s’applique dans ce cadre très particulier, il s’agit d’une piste à étudier si vous souhaitez résilier sans frais votre abonnement.