Le tribunal de Commerce de Paris a tranché une partie du conflit entre Altice et Iliad : BFMTV n’a désormais plus le droit d’évoquer le litige qui l’oppose à Free sur ses antennes.

Les bisbilles commerciales entre Altice (SFR, BFMTV…) et Iliad (Free) continuent. Le nouvel épisode en date concerne la décision du tribunal de Commerce de Paris qui a ordonné aux différentes chaînes du groupe Altice de ne plus aborder ce litige commercial à l’antenne selon les informations de La Lettre A.

Un combat médiatique

À défaut d’avoir trouvé un accord commercial avec Altice pour la diffusion des chaînes du groupe (BFM et RMC), Free a coupé les flux en question sur les Freebox de ses abonnés le 27 août dernier. Depuis, c’est une guerre de communication qui oppose les deux groupes, chacun tentant de rejeter la faute sur l’autre et profitant de ses forces pour faire peser la balance de son côté.

Du côté d’Altice, le groupe en profite pour mettre en avant les services de sa toute nouvelle Box 8, tentant de faire de l’ombre à la Freebox Delta, cette dernière ne disposant pas du bouquet de chaînes d’Altice. Une technique qui n’a apparemment pas été appréciée par Iliad qui a saisi le tribunal de Commerce de Paris.

La chaîne est désormais muselée sur le sujet

Comme le souligne UniversFreebox, Xavier Niel, directeur général de Free, s’était insurgé du traitement de l’affaire sur la chaîne d’information en continu : « vous avez tous pu apprécier sur l’antenne de BFMTV l’objectivité du traitement de cette affaire-là. Je suis sûr qu’en regardant BFM vous continuerez à être informés sur ce dossier et en toute objectivité ».

Ce ne sera néanmoins pas le cas puisque la chaîne est désormais muselée sur le sujet et ne peut plus aborder ce litige du tout afin d’éviter tout biais lié à un conflit d’intérêts. Cette décision vise avant tout à éviter qu’un parti utilise sa force médiatique pour changer l’opinion publique à son avantage et que ce litige reste commercial.

Le bras de fer va désormais continuer entre les deux géants des médias et des télécoms, avec un avantage pour Free, soutenu par Orange.