Introduction

Sur FrAndroid, nous avons déjà eu l’occasion de tester le Huawei P20 Pro, à l’impressionnant triple capteur photo, mais aussi le P20 Lite, la version abordable de ce cru. Il ne restait plus qu’à voir ce que valait le modèle sans suffixe : le Huawei P20.

Modèle Huawei P20
Version de l'OS Android 8.1
Interface Emotion UI
Taille d'écran 5,8 pouces
Définition 2244 x 1080 pixels
Densité de pixels 429 ppp
SoC Kirin 970 à 2,36GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-G72 MP12
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 20 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 24 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3400 mAh
Dimensions 149,1 x 70,8 x 7,65 mm
Poids 165 grammes
Couleurs Bleu, Noir, Or
Prix 514€
Fiche produit

Ce smartphone nous a été fourni par Huawei.

Notre test en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Design

Le design du Huawei P20 est totalement différent du P20 Pro… FAUX ! Si on oublie le fait qu’il est plus petit que son illustre frère, ce smartphone adopte lui aussi une apparence très très très inspirée de l’iPhone X. L’encoche est évidemment présente en haut de l’écran et le lecteur d’empreintes se loge sur le bas de la façade avant, mais on notera également les belles finitions, le confort de la prise en main et les bords bien arrondis.

C’est sur la face arrière que l’on pourra différencier le Huawei P20 du P20 Pro. Le premier ne dispose en effet pas d’un troisième objectif. Le bougre se contente « seulement » d’un double appareil photo encastré dans un module dépassant légèrement en relief. Juste en dessous, on trouve l’autofocus laser et le capteur de luminosité ambiante surmontant le flash.

Il n’y a pas de prise jack et le smartphone se recharge via un port USB-C. Pour une description plus complète du design, n’hésitez pas à consulter notre test du Huawei P20 Pro qui, rappelons-le encore une fois, a une esthétique très proche du modèle dont nous traitons ici.

Écran

L’écran TFT LCD de 5,8 pouces profite d’un ratio de 18,7:9 pour une définition de 2 244 x  1 080 pixels très exactement. Huawei n’explique pas cet excédant de 4 pixels en longueur, mais c’est une anecdote sympa à sortir en soirée mondaine pizza-bières si l’opportunité se présente, sait-on jamais.

La qualité de l’écran est très bonne. Comme souvent avec Huawei, les couleurs semblent parfois manquer un peu de naturel, mais un rapide tour dans les paramètres d’affichage du téléphone (tonalités naturelles et température des couleurs) suffit systématiquement à solutionner une fois pour toutes ce détail.

Avec une luminosité maximale de 500 cd/m², les environnements les plus lumineux ne posent pas problème. Notez simplement qu’en mode automatique, l’écran met parfois un peu de temps à adapter sa luminosité aux environnements sombres. Pendant de courtes secondes, il brille un chouia trop fort.

Même si l’appareil n’a pas droit à l’OLED du P20 Pro et que le contraste ne tend donc pas vers l’infini, celui-ci reste excellent avec un rapport de 1582:1. Notre sonde indique par ailleurs une température des couleurs rôdant autour des 7 700K sur les paramètres par défaut. Quant aux angles de vision, ils sont très corrects.

Logiciel

Côté logiciel, on a affaire à exactement la même interface basée sur Android 8.1 Oreo que sur le P20 Pro : EMUI 8.1. Personnalisations, raccourcis et tiroir d’applications (dés)activable sont toujours de la partie.

Le lecteur d’empreintes peut servir de trackpad, effaçant ainsi les boutons de navigation tout en restant assez intuitif. Vous trouverez aussi une option permettant de camoufler l’encoche. Celle-ci réussit d’ailleurs à se faire oublier sur les vidéos en 18:9 — dont l’affichage est mieux géré que sur le P20 Lite —, mais un vrai visionnage en plein écran n’est pas possible, l’espace autour du notch reste vide et le rétroéclairage permet toujours de distinguer le noir de l’écran du noir des bordures du téléphone. Je chipote sur ce détail, car c’est ténu — sauf quand la luminosité est poussée à fond les ballons — et on peut assez facilement passer outre.

La reconnaissance faciale reste aussi efficace — mais toujours moins sécurisée que le lecteur d’empreintes. L’espace de stockage est de 128 Go et le patch de sécurité date de mars au moment où nous écrivons ces lignes.

Retrouvez plus de détails sur la partie logicielle en allant consulter la rubrique dédiée dans le test du Huawei P20 Pro.

Photo

Le Huawei P20 Pro est la nouvelle star incontestée de la photographie au moment où j’écris ces lignes. Le Huawei P20 quant à lui, même s’il n’a pas droit aux mêmes strass, paillettes, champagne et tapis rouge, débarque aussi avec son lot de promesses. L’intelligence artificielle en local pour reconnaître rapidement les scènes photographiées répond présente ici aussi. Celle-ci adapte les couleurs et la luminosité pour embellir l’image et mieux faire ressortir les éléments importants.

On compte deux objectifs photo : un RVB de 12 mégapixels dont le diaphragme ouvre à f/1,8 et un deuxième de 20 mégapixels en monochrome qui ouvre à f/1,6. Et ce que l’on remarque tout de suite, c’est une explosion de couleurs sur les photos en extérieur presque aussi intense que sur la palette d’un artiste farfelu.

C’est vraiment très beau à regarder. Le traitement logiciel et l’IA se font ressentir sur les rendus puisque sur un bon nombre de clichés, on pourrait croire que le HDR est activé alors que ce n’est pas le cas. Sur la photo ci-dessous par exemple, les maisonnettes préservent toutes leurs couleurs sans que le ciel ne devienne surexposé. La dynamique est souvent excellente.

Parfois, les photos sont même trop belles. « Qu’acoustiqué-je ? », me diriez-vous. « « Se plaindre d’une trop bonne qualité ? Il est timbré ce zigoto ! ». Blessé dans mon orgueil par vos paroles acerbes, je n’en laisserais rien transparaître et vous répondrais d’un insolent « Que nenni ! ».

Concrètement, à certaines reprises, le capteur voit la réalité bien plus belle qu’elle ne l’est réellement. Cela se ressent tout particulièrement sur des dominantes de bleu (le ciel) ou de vert (l’herbe). À titre d’exemple, le même bout de mur apparaît sur les deux photos qui suivent. Sur celle de gauche, il ne partage l’image qu’avec le ciel couvert. Sur celle de droite, j’ai abaissé mon angle de prise de vue pour capture également le sol. Cette introduction de vert un peu trop vert dans le cadre se ressent beaucoup, même sur les pierres du mur qui revêtent un aspect sensiblement différent. Le rendu est aux antipodes de la laideur, mais il s’éloigne un peu des réelles tonalités de cette scène.

Notons par ailleurs que le niveau de détail est, dans l’ensemble, très bon notamment sur les photos rapprochées. Sur cette fleur, l’effet de flou pourrait être un peu plus précis, mais le rendu est fort appréciable. En bref, on apprécie énormément la qualité photo du Huawei P20.

En intérieur, quand les conditions lumineuses sont clémentes, le double capteur photo réussit à s’en sortir de manière très convenable et les images sont généralement beaucoup plus proches de la réalité qu’en extérieur. La dynamique est un tantinet moins bien gérée, mais le résultat reste plus que satisfaisant.

Le mode Grande Ouverture est évidemment présent et permet de jouer avec l’effet flou/net d’une photo même après la prise de vue. Cette fonctionnalité s’est révélée vraiment plaisante à utiliser, notamment par sa finesse. L’algorithme a été amélioré et ça se voit. L’effet flou épouse parfaitement les contours de l’objet photographié.

En faible luminosité, il est indéniable que le Huawei P20 réussit à voir plus que l’œil humain. Dans cette sombre allée, les inscriptions sur la camionnette et la voiture au bout étaient quasi invisibles. L’image a le mérite de les faire apparaître. Le bruit est toutefois bien présent, mais ce n’est pas catastrophique.

La tendance du double capteur à embellir la réalité se fait encore ressentir à certains moments. La photo donne d’ailleurs l’impression d’une scène assez éclairée malgré la nuit, alors qu’elle ne l’était pas tant que cela.

Enfin, les photos en monochrome sont toujours aussi bien soignées avec de belles nuances dans les tons de gris.

Pour les selfies, le capteur de 24 mégapixels est très correct. Il met toujours bien en avant votre visage, mais le décor peut facilement cramer.

Et surtout, on peut s’amuser avec une option gadget qui simule des conditions de prise de vue semblable à un studio. Les effets de lumière sur le visage changent et c’est rigolo. Complètement gadget et pas parfait, mais rigolo.

Performances

Le Huawei P20 partage le même Kirin 970 que le P20 Pro, il dispose cependant de 4 Go de RAM contre 6 pour la version supérieure. Est-ce que cela engendre de grosses différences au niveau de l’expérience utilisateur ? Pas vraiment, du moins pas tout de suite. Le Huawei P20 s’essoufflera probablement un peu plus rapidement que son grand frère sur le très long terme.

Mis à part ces considérations, le Huawei P20 réussit à atteindre des performances extrêmement similaires à celles du P20 Pro. Autrement dit, il est très à l’aise sur les jeux les plus gourmands pour assurer une excellente qualité d’affichage, avec une stabilité globalement très bonne. Par-ci, par-là, le nombre d’images affichées par seconde peut légèrement chuter, mais c’est toujours très brefs et sur des séquences particulièrement animées — je pense notamment aux combats très animés sur Lineage 2 Revolution.

 Huawei P20Huawei P20 ProHuawei P10Samsung Galaxy S9 (FHD+)Xperia XZ2
SoCKirin 970Kirin 970Kirin 960Exynos 9810S845
AnTuTu 7.x203 591209 894156 562242 627264 401
PCMark 2.06 9997 2336 2785 4188151
3DMark Slingshot Extreme3 0002 8741 7353 2444673
3DMark Slingshot Extreme Graphics3 0462 8651 6783 5325122
3DMark Slingshot Extreme Physics2 8502 9051 9702 5253576
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)23 / 23 FPS23 / 23 FPS17 / 15 FPS26 / 28 FPS33 / 35 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)56 / 65 FPS55 / 62 FPS31 / 29 FPS57 / 73 FPS59 / 81 FPS
Lecture / écriture séquentielle833 / 195 Mo/s826 / 196 Mo/s748 / 187 Mo/s820 / 204 Mo/s680 / 200 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire37,8k / 41k38k / 40k IOPS43,8k / 38k32,7k / 5,8k IOPS38,4k / 4,3k IOPS

Sur un jeu tel que PUBG, j’ai pu jouer une bonne demi-heure (et atteindre le lot des 20 derniers survivants malgré mon skill lamentable) sans jamais observer de problème si ce n’est que, sur les tâches les plus complexes, le smartphone chauffe extrêmement rapidement. Pendant quelques secondes, on en vient même à craindre des pics surélevés de température avant que la dissipation se mette en marche de manière efficace. Le dos de l’appareil reste chaud, mais ne brûle pas.

On retiendra donc un smartphone qui mérite amplement sa place dans le haut de gamme des smartphones les plus performants, mais les puristes des jeux mobiles 3D et gourmands seront sans doute plus intéressés par des appareils dotés d’un Snapdragon 845, une puce un peu plus alléchante sur ce point-là.

Autonomie

Avec une batterie de 3 400 mAh, le Huawei P20 semble avoir, sur le papier, les épaules assez solides pour promettre une belle autonomie. Sur la pratique, le constat n’est pas aussi enthousiasmant que l’on aurait pu le penser, mais le smartphone est tout de même vraiment satisfaisant.

S’il ne convient pas à ceux qui cherchent le terminal le plus endurant possible, il tient bien la route pour une utilisation classique. Notre protocole de test n’étant pas encore bien adapté à l’interface EMUI, il ne faut pas trop se fier aux petits 5 heures et 31 minutes obtenus par le P20 pendant cette épreuve.

Nous allons plutôt nous concentrer sur quelques usages qui permettront de vous faire une idée. Sur une vidéo YouTube d’une heure, consommée sur un réseau Wi-Fi, le smartphone chargé à bloc perd 11 % de sa batterie. Un résultat qui ne fera tomber personne de sa chaise, mais qui est très loin de décevoir.

Une partie de 20 minutes sur PUBG en 4G ponctionne 10 à 13 % de batterie. Une performance à saluer.

Plutôt que des mots, c’est une moue approbatrice qui décrirait le mieux l’autonomie du Huawei P20 — comme lorsque vous mangez une excellente tarte aux pommes au restaurant, mais que vous préférez quand même celle de votre grand-mère. La recharge rapide est par ailleurs efficace et permet de passer de 10 à 90 % de batterie en une heure — en passant notamment de 10 à 78 % pendant les 40 premières minutes de charge.

On apprécie aussi les options permettant de tenir plus longtemps sans charge en baissant la définition de l’écran ou de ne laisser qu’une petite poignée d’applications fonctionner dans les cas les plus extrêmes.

Réseau et communication

Le Huawei P20 est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises et, je n’ai jamais eu de mal à capter le réseau d’Orange — d’ailleurs j’ai même remarqué que j’accrochais ce dernier plus facilement que d’habitude dans le métro parisien. Au-delà de ça, la qualité des appels est exemplaire et il a fallu la sirène d’une voiture de police à quelques pas de moi pour que mon interlocuteur perçoive autre chose que ma seule voix.

Par ailleurs, il n’y a rien à signaler sur le GPS et la boussole très souvent calibrée pile-poil comme il fallait.

Prix et disponibilité

Le Huawei P20 est disponible au prix de 649 euros.

Galerie photo

Test Huawei P20 Le verdict

design
8
Bonne finition, design élégant et matériaux de qualité. Voilà ce qui permet au Huawei P20 de séduire l'œil de l'utilisateur et d'offrir une belle prise en main. On retiendra également qu'il ressemble beaucoup un iPhone X — bonjour encoche — et qu'il n'apporte rien d'original.
écran
8
L'écran du Huawei P20 offre une expérience très agréable grâce à un bon contraste et une luminosité élevée. La seule chose que l'on pourrait regretter, c'est l'absence de l'affichage OLED du P20 Pro qui permet d'oublier plus facilement l'encoche grâce à ses noirs parfaits. Mais ne boudons pas notre plaisir : la dalle TFT LCD s'en sort très bien.
logiciel
8
La combinaison EMUI 81 et Android 8.1 Oreo mise gros sur les personnalisations et c'est très appréciable. Certains éléments esthétiques peuvent perturber et on aimerait que l'interface accélère encore plus son évolution vers une esthétique plus moderne et épurée.
caméra
9
Mis à part le fait qu'il a tendance à embellir la réalité plus que de raison, le Huawei P20 est très bon en photographie. Il n'atteint pas la perfection du P20 Pro, mais il n'a pas du tout à rougir. Il représente tout aussi bien la très forte montée en puissance de Huawei dans ce domaine et se place comme l'une des références à challenger en 2018.
performances
9
Fluide, efficace, performant. Le Kirin 970 plait énormément par sa fiabilité. En jeu, il s'en sort très bien, mais il souffre très légèrement de la comparaison avec le Snapdragon 845 qui s'en sort un peu mieux sur les jeux vidéo. Mais la puce de Huawei reste indubitablement excellente, malgré sa tendance à faire chauffer le téléphone un peu trop rapidement.
Note finale du test 8/10
Le design du Huawei P20 ? Il est super. Son autonomie ? Elle est super. Son écran ? Super aussi. Difficile de trouver un défaut majeur au Huawei P20. Ce dernier réussit à atteindre une belle qualité sur chaque aspect. Il se permet même le luxe d'offrir des performances photo très élevées — même si elles restent sensiblement moins impressionnantes que le P20 Pro. Et finalement, c'est assez logique. Les images produites par le Huawei P20 en font l'un des meilleurs smartphones dans le domaine de la photo.

« Super » est donc le maitre-mot à retenir pour décrire le Huawei P20. Pas besoin de qualificatif abracadabrantesque que l'on réservera plutôt au Huawei P20 Pro. Ici, nous avons affaire à un smartphone équilibré aussi simple que satisfaisant dans le haut de gamme. On regrettera l'esthétique peu audacieuse bien trop proche de l'iPhone X, l'absence de prise jack ou l'interface améliorable.

Mais quand on vous demandera comment est votre Huawei P20, vous pourrez répondre très simplement : « il est au poil ». Et c'est tout ce que l'on demande à un smartphone.
  • Points positifs
    • Un très bon appareil photo
    • Un bel écran
    • Une autonomie très correcte
    • Confortable en main
  • Points négatifs
    • Peu original dans son design
    • Une interface qui peut encore être améliorée
    • Pas de prise jack