Avec Messenger Rooms, Facebook s’attaque à Zoom et Houseparty

 

Facebook lance Messenger Rooms, un nouveau service de visioconférence pouvant réunir jusqu’à 50 personnes simultanément. Avec Rooms, le géant américain s’attaque à Zoom et Houseparty, deux concurrents qui connaissent un franc succès depuis le début du confinement.

messenger rooms facebook

Facebook lance Messenger Rooms, un nouveau service de visioconférence // Source : Facebook

Vous reprendrez bien un peu de visioconférence ? Alors que l’offre de services du genre ne manque pas d’acteurs, Facebook se lance dans l’aventure avec Messenger Rooms.

L’occasion était trop belle. Alors qu’une grande partie de la population mondiale se retrouve coincée chez elle, les services de visioconférence figurent parmi les grands gagnants du confinement. Zoom par exemple est passé de 10 à 300 millions d’utilisateurs en quelques semaines à peine, et ce malgré de graves problèmes de sécurité (vidéos privées diffusées sur le web). Houseparty (utilisé pour les apéros visio) et Google Meet (remplaçant de Hangouts Meet) figurent aussi parmi les services les plus plébiscités.

Messenger

Messenger

Messenger Rooms : jusqu’à 50 participants

Pour distinguer Messenger Rooms de la concurrence, Facebook met en avant la possibilité de réunir jusqu’à 50 participants sur un seul chat. Autre avantage : Messenger Rooms est accessible depuis Facebook, WhatsApp, Instagram et même Portal, ses enceintes connectées avec caméras intégrées. Cerise sur le gâteau, détenir un compte Facebook pour accéder à Messenger Rooms n’est pas obligatoire. Mark Zuckerberg explique sur blog officiel de l’entreprise que le service est « conçu pour être spontané ». Et d’ajouter :

Je peux juste garder une fenêtre ouverte et des personnes que je n’aurais peut-être par pris la peine d’appeler peuvent faire un saut par là. Je crois que c’est ce qui nous manque en ce moment.

Précision importante, Messenger Rooms n’a aucun rapport avec Rooms, une autre application lancée par Facebook il y a quelque temps. Cette dernière permettait à des individus qui ne se connaissent pas de discuter par chat sur un thème précis. Rien à voir donc, à tel point que l’on se demande pourquoi Facebook a opté pour deux noms aussi proches.

Pas de chiffrement pour le moment

Lorsque Facebook lance un nouveau service, la question de la sécurité et de la vie privée s’impose d’elle-même. Oui, le scandale de Cambridge Analytica colle encore à la peau du géant californien.

Mauvaise nouvelle pour les plus méfiants, Messenger Rooms n’intègre pas de systèmes de sécurité avancés. Ainsi, les conversations ne sont pas chiffrées de bout en bout. « Un défi trop important » explique Mark Zuckerberg. Néanmoins, l’entreprise y travaille et promet l’arrivée des conversations chiffrées d’ici quelques semaines.

En revanche, Facebook assure protéger vos informations personnelles des autres participants. « Lorsque vous rejoignez une salle via Facebook ou Messenger, les participants avec lesquels vous n’êtes pas ami sur Facebook pourront voir et entendre tout ce que vous dites ou partagez dans la salle, mais ils n’auront pas accès votre profil ou à d’autres informations dans d’autres parties de Facebook » assure Mark Zuckerberg.

Facebook indique également que les administrateurs des discussions pourront exclure n’importe qui de la conversation (ce qui le distingue de Zoom) et sécuriser l’accès avec un mot de passe. Enfin, Facebook assure que les conversations passées (flux audio et vidéo) sur Messenger Rooms ne seront pas utilisées à des fins publicitaires. Si Facebook le dit…

Les derniers articles