Coyote a publié vendredi la mise à jour tant attendue de son application d’« aide à la conduite » pour iPhone : la nouvelle version apporte enfin la prise en charge de CarPlay. Nous l’avons essayée ce week-end.

Le prototype présenté il y a 1 an, la version finale diffère

Présenté à la Worldwide Developers Conference 2013 d’Apple (WWDC) puis lancé au Geneva International Motor Show 2014, CarPlay est une solution permettant d’afficher sur l’écran de véhicules compatibles une version simplifiée de certaines applications iPhone. C’est l’équivalent pour les iPhone d’Android Auto pour les smartphones Android. Ces solutions permettent de mieux intégrer son téléphone à sa conduite, de profiter d’un grand écran et parfois de commandes physiques, en remplacement d’un support obstruant une buse de ventilation et d’un câble de recharge traversant la planche de bord.

Jusqu’à la sortie d’iOS 12 en septembre 2018, Apple s’était réservé l’exclusivité de Plans comme seule application de guidage disponible sur CarPlay. Mais l’entreprise avait annoncé en juin à la WWDC 2018 que la nouvelle version d’iOS ouvrirait CarPlay à des applications tierces. Google Maps et Waze avaient été mises à jour quelques jours seulement après la sortie d’iOS 12, suivies par Sygic en octobre, puis par TomTom Go, qui n’avait pas reçue de mise à jour significative depuis plus d’un an, en juin.

La seule application d’« aide à la conduite » sur CarPlay

Toutes les applications précitées sont essentiellement des applications de guidage conventionnelles qui sont relativement interchangeables. Les gros rouleurs attendaient donc de pied ferme le portage de la seule application d’« aide à la conduite » du marché. Avant d’être une application de guidage, Coyote est effectivement un service signalant les excès de vitesse, les radars (donc les « dangers ») et les perturbations. Il s’appuie sur une communauté abonnée, donc dévouée.

Coyote avait annoncé dès juillet 2018 que son application mobile serait compatible CarPlay. Après plusieurs reports, elle l’est enfin depuis le 11 juillet, un an presque jour pour jour après l’annonce. Nous nous sommes empressés de la tester.

 

Une formule plus chère

Pour commencer, Coyote est l’une des rares applications du marché (avec Sygic) à taxer CarPlay. Pour en profiter, il faut souscrire à la nouvelle formule Coyote Extend, qui est facturée 10 euros/mois sans engagement ou 100 euros/an, après une période d’essai de 30 jours et une offre de lancement de 60 euros pour la première année (soit le tarif de la formule existante).

Coyote Extend inclut et remplace les options AppinCar, AppRadio et MirrorLink, des solutions équivalentes utilisées par l’application Android. Ces options étaient jusqu’alors proposées sous la forme d’un achat unique de 20 euros, une tarification qui paraissait plus légitime pour des fonctions dont il fallait amortir le développement, mais qui n’engendraient pas de frais récurrents à long terme.

Les abonnements facturés 13 à 19 euros/mois pour les appareils autonomes Coyote Mini et Coyote Nav+ incluent toujours l’application mobile, mais sans les options de la formule Extend. S’ils veulent bénéficier de CarPlay, les abonnés ne peuvent pas payer seulement la différence, ils doivent payer plein pot une formule Coyote Extend, qui fait en partie doublon.

Le minimum

Une fois abonné, on découvre un mix du mode carte de l’application mobile Coyote et de l’interface CarPlay des autres applications de guidage. On retrouve donc le design caractéristique des pictogrammes et des cartes Here, mais l’interface générique d’Apple pour le choix d’une destination et l’affichage de la barre d’état (heure d’arrivée, distance et temps restants).

Coyote affiche en plus la limitation de vitesse et l’allure actuelle, dans un compteur qui vire du vert au rouge en cas de dépassement, ainsi que la fameuse barre des « éclaireurs » (nombre, distance minimale et indice de confiance des utilisateurs qui vous précèdent), et un bouton permettant de signaler une « zone de danger temporaire » (un radar mobile) ou une perturbation à la communauté.

Les alertes s’affichent en bas à gauche à la place de la barre d’état, mais sans le nombre de confirmations ni le temps écoulé depuis la dernière confirmation, et les « zones de danger » s’affichent en surimpression sur la carte, avec des repères aux quatre quarts de chaque zone (le radar se situant toujours à hauteur du 3e repère). Ces repères sont affichés seulement si aucune destination n’est entrée (sans doute une erreur de jeunesse).

La barre de prévisions initialement prévue et le mode « Expert », qui n’affiche que les alertes, ne sont pas proposés. Coyote nous explique que ce n’est pas autorisé par les règles, réputées strictes, d’Apple.

Coyote pour CarPlay fait donc l’essentiel. Il satisfera ceux qui veulent simplement éviter de se faire flasher par inattention sur leurs trajets, avec des alertes plus fiables et plus visibles que sur Waze pour CarPlay. Il ne détournera probablement pas les utilisateurs les plus exigeants et les possesseurs de boîtiers. Ces derniers ont intérêt à attendre la sortie d’iOS 13 en septembre 2019 (avec lequel Coyote ne fonctionne pas encore), qui permettra d’utiliser Coyote sur l’écran de son iPhone tout en utilisant une autre application de guidage sur CarPlay.

La caméra est moins intelligente que sur Apple Plans