États-Unis : Joe Biden pourrait bannir des apps chinoises, mais pas comme Donald Trump

Ah, diplomatie !

 

Aux États-Unis, un décret de Joe Biden pourrait lui permettre de bannir des applications chinoises à l'instar de ce qu'a fait son prédécesseur Donald Trump. Cependant, la méthode serait un tantinet plus diplomatique.

Joe Biden

Joe Biden est prêt à bannir des applications chinoises tout en leur laissant une petite chance avant d’agir // Source : BarBus sur Pixabay

Récemment, TikTok et WeChat ont pu se réjouir de l’annulation de l’embargo américain voulu par Donald Trump du temps où il était président. Le nouveau résident de la Maison-Blanche, Joe Biden, a en effet révoqué la décision de son prédécesseur à l’encontre de ces applications chinoises.

Toutefois, les tensions entre Washington et Pékin sont loin de s’apaiser. En témoignent les sanctions à l’encontre de Huawei qui ne sont pas prêtes d’être levées. Et pour en revenir aux applications chinoises, l’administration de Joe Biden veut se montrer ferme et intransigeante à leur égard pour bien s’assurer qu’elles ne posent pas de problème en termes de cybersécurité.

Bannissements et citations à comparaître

En citant des sources proches du dossier, Reuters nous apprend ainsi que dans un décret visant à protéger les données privées des Étasuniens, Joe Biden pourrait forcer certaines applications chinoises à prendre des mesures plus strictes en ce sens si elles veulent éviter un bannissement du marché américain.

Les responsables de ces applications pourraient même recevoir des citations à comparaitre devant le département du Commerce afin de montrer patte blanche devant les autorités. Ces mesures s’inscriraient dans un projet national de défense contre les tentatives d’espionnage et de déstabilisation émanant de Chine et de Russie.

TikTok et WeChat pas totalement sortis d’affaire

Concrètement, c’est Gina Raimondo, secrétaire des États-Unis au Commerce, qui pourra décider de quelle application mérite d’être examinée dans ce cadre, mais il y a des critères. Les plateformes qui pourront être ciblées doivent être « détenues, contrôlées ou gérées par une personne ou une entité qui soutient les activités militaires ou de renseignements d’un adversaire étranger comme la Chine ou la Russie », lit-on dans Reuters.

À cet égard, TikTok et WeChat pourraient donc à nouveau être dans le collimateur des États-Unis pour un potentiel bannissement ou, au moins, un encadrement plus strict.

Joe Biden un peu plus diplomate que Donald Trump

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que l’administration de Joe Biden ne cherche pas à faire de cadeaux à la Chine. Toutefois, dans la méthodologie, le nouveau président des États-Unis semble adopter une stratégie plus diplomate que Donald Trump.

Joe Biden, président des États-Unis

Joe Biden, président des États-Unis // Source : David Lienemann – Wikimedia Commons

En effet, une application soupçonnée et appelée à comparaître aura trente jours pour faire opposition ou pour proposer des mesures permettant de mieux sécuriser les données qu’elle traite. Pour le dire autrement, Joe Biden semble être prêt à discuter avant de bannir, quand Donald Trump pouvait avoir tendance à bannir avant de discuter.

Un décret visant surtout la Chine

Deux administrations, deux écoles, mais la même ambition de ne pas plier face à la Chine. Les enjeux géopolitiques sont plus importants face à Pékin que Moscou, puisque les utilisateurs américains se servent plus souvent d’apps chinoises que russes.

Dans la liste des apps potentiellement concernées par le décret de Biden, on peut citer des services comme AliPay (Ant Group), les apps du géant Tencent ou encore WPS Office (Beijing Kingsoft Office Software).

Ne nous mentons pas, peu d’entre nous ont les bons réflexes de sécurité. Pourtant, nos smartphones, nos tablettes et nos PC abritent de très nombreuses données privées. Vous avez donc sûrement intérêt à suivre ces…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles