Google a revu les conditions d’utilisation du Play Store afin de les rendre plus strictes. Sexe, drogue, haine et lootbox sont désormais beaucoup plus encadrés, rappelant un peu ce qui se fait déjà du côté d’Apple sur l’App Store.

Le règlement des applications du Google Play Store est désormais plus astreignant pour les développeurs. Le contenu des applications doit désormais être moins subversif sur de nombreux sujets. Certains points ont déjà fait polémique, notamment concernant les applications permettant d’acheter dans la marijuana dans les pays où cette pratique est légalisée.

Mais ce n’est pas le seul changement dans les règles du Google Play Store comme le souligne Android Police. En effet, le contenu à caractère sexuel, les discours de haine et les lootbox sont désormais encadrés avec une plus grande fermeté.

Un voile sur la nudité

Concernant le contenu à caractère sexuel, Google a toujours refusé que soient représentés sur le Google Play Store les « représentations d’actes sexuels ou de poses suggestives », les « images promotionnelles de jouets sexuels (sextoys) », le « contenu représentant, décrivant ou incitant à la zoophilie », ou encore les « applications faisant la promotion de services d’hôtesses ou d’autres services susceptibles d’être interprétés comme une proposition de relations sexuelles en échange de rémunération ».

À cela s’ajoutent désormais les interdictions suivantes — qui n’ont pas encore été reportées sur la page française des règles du Play Store :

  • Les représentations de la nudité dans lesquelles le sujet est nu ou légèrement vêtu et dans lesquelles le vêtement ne serait pas acceptable dans un contexte public approprié.
  • Les représentations, animations ou illustrations d’actes sexuels ou de poses sexuellement suggestives.

Il est également interdit pour les développeurs d’encourager les utilisateurs à partager du contenu sexuel répréhensible.

Ces nouvelles règles pourraient obliger certains développeurs à revoir le fonctionnement de leur application (comme cela a déjà été le cas pour Twitter, Tumblr ou Reddit qui ont dû cacher les contenus explicites derrière un filtre à activer), et faire disparaître certaines applications et jeux au caractère plus que suggestif.

La haine des conspirations

Dans un autre registre, les discours de haine ont également été définis plus en profondeur. Google bannit ainsi les « contenus ou discours essayant d’encourager les autres à croire que les gens devraient être haïs ou discriminés parce qu’ils font partie d’un groupe protégé » ou encore les « applications qui contiennent des théories sur un groupe protégé possédant des caractéristiques négatives (par exemple, malveillantes, corrompues, malveillantes, etc.), ou déclarent explicitement ou implicitement que le groupe est une menace ».

Les lootbox réglementées

Enfin, le système de lootbox (les achats de cadeaux aléatoires) doit également être plus transparent à partir de maintenant. Si le sujet a fait polémique en 2018, il était moins présent ces derniers mois, ce qui n’empêche pas Google de revoir sa politique à ce sujet.

Désormais, les éditeurs devront « divulguer clairement les chances de recevoir un objet [dans une boite surprise] avant leur achat ». On retrouve là un choix déjà adopté par Apple sur l’Apple Store en décembre dernier.

Le principe de lootbox étant omniprésent dans les jeux mobiles, cela va obliger un grand nombre de développeurs à ajuster leurs applications afin de faire apparaître cette nouvelle information. Un changement qui pourrait bien réduire les achats in-app de certains jeux…

Interdiction des lootboxes : le jeu mobile a de quoi s’inquiéter