Après ChatGPT, MarioGPT génère des niveaux de jeux inédits

 

Une équipe de chercheurs de l'université de Copenhague a développé une IA pour générer des niveaux de Super Mario Bros selon une série de mots entrés par l'utilisateur. Un outil plus scientifique que vidéoludique.

Source : Université IT de Copenhague

Même les jeux vidéo Mario peuvent être générés indéfiniment ! Après que ChatGPT ait popularisé l’usage d’intelligence artificielle pour générer des réponses complexes aux demandes des utilisateurs, MarioGPT prouve que la recette peut aussi s’appliquer au jeu vidéo.

C’est ce que démontrent six chercheurs de l’université des technologies de l’information de Copenhague dans un article académique pré-publié en ligne le 12 février dernier. Basé sur les deux premiers jeux Mario (Super Mario Bros et Super Mario Bros : The Lost Levels, sortis en 1985 et 1986), leur outil permet de générer des niveaux 2D aléatoires, mais jouables, du héros de Nintendo, tout en s’adaptant aux envies des utilisateurs.

« Many pipes, many ennemies, little blocks »

Si créer des niveaux inédits pour le plombier moustachu était déjà possible avec la série de jeux Super Mario Maker ou via d’autres générateurs de niveaux non officiels, MarioGPT est le premier à « générer des niveaux variés, mais pouvant aussi être basés sur des propositions textuelles pour contrôler la génération de niveaux », expliquent les chercheurs dans l’introduction de leur article.

En effet, le contenu produit par MarioGPT est lié à des « prompts », ces combinaisons de mots plus ou moins réfléchies que l’on tape dans la barre de recherche d’une IA génératrice d’images comme Dall-E afin d’obtenir des résultats plus ou moins précis.

Dans le cas de MarioGPT, l’IA permet de jouer sur la fréquence de certains éléments de jeu, des ennemis, ou encore sur la hauteur générale du niveau. L’article des chercheurs donne quelques exemples : « beaucoup de tuyaux, beaucoup d’ennemis, peu de blocs, basse altitude ».

Le fonctionnement détaillé de MarioGPT // Source : Université IT de Copenhague

Une méthode différente de ChatGPT

Pour y arriver, les chercheurs danois se sont basés sur le modèle d’intelligence artificielle GPT-2, précise le média en ligne TechCrunch: une version antérieure à celle utilisée par ChatGPT et moins douée pour imiter le langage humain.

Mais ce n’est pas un problème dans le cas de MarioGPT, puisque le groupe d’universitaires l’a plutôt utilisé pour générer du code informatique à grande vitesse : MarioGPT a progressivement appris à identifier des motifs de code similaires (éléments de gameplay, ennemis, etc.) avant de les répéter selon la logique du jeu.

Disponible gratuitement… pour les initiés

Si vous souhaitez tester le programme, il est disponible gratuitement sur Github… mais ce sera un peu plus complexe que d’utiliser ChatGPT. MarioGPT nécessite quelques bases en développement de jeux vidéo et de savoir exécuter du code en Python 3.8, détaille le site d’information Slash Gear.

De même, les niveaux de jeux générés se limitent à un seul type d’ennemis générés à la fois, plutôt que de varier goombas et koopas. Car l’objectif de MarioGPT reste plus scientifique que ludique : prouver que la génération procédurale de jeux vidéo par prompts est possible.

Deux exemples ratés de génération de niveaux.

Mais les universitaires danois ne ferment pas la porte à une amélioration de leur outil. Comme l’explique le chercheur Shyam Sudhakaran dans son interview pour TechCrunch, « à l’avenir, avec des ensembles de données plus importants et des prompts plus compliquées, nous devrons peut-être utiliser un modèle plus sophistiqué comme GPT-3. »


Nos confrères de Numerama lancent Watt Else, leur newsletter dédiée à la mobilité du futur. Inscrivez-vous par ici pour être certain de recevoir le prochain numéro !