Confinement : les films en salles de cinéma pourraient arriver directement chez vous

Tant pis pour la chronologie des médias !

 

La loi d'urgence contre le coronavirus adoptée par le Parlement français prévoit que les films censés être exploités dans les salles de cinéma à l'heure actuelle pourront être diffusés sur des plateformes de vidéos à la demande pendant la période de confinement.

Les films à l'affiche chez vous à la maison

Un cinéma français avec ses films à l’affiche

En raison de la pandémie du Covid-19, tout le monde est appelé à rester aussi confiné que possible chez soi pour contrer la propagation du virus. Aussi, tous les commerces non essentiels à la vie du pays sont fermés. Parmi eux, on compte les salles de cinéma. L’industrie du 7e art est donc en pause.

Ainsi, les films qui étaient actuellement à l’affiche et ceux qui s’apprêtaient à sortir au cinéma ne sont donc pas disponibles — du moins, pas par des canaux légaux. Toutefois, comme l’explique le journal Les Échos, le Parlement français a adopté une loi d’urgence sur le Covid-19 permettant à ces métrages d’être visionnés directement à la maison.

En effet, la loi en question autorise le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) à aménager la chronologie des médias pour faire en sorte que les films qui étaient exploités au 14 mars dans les salles obscures puissent dès à présent être proposés sur des services de vidéos à la demande — avec paiement à l’acte et pas par abonnement — ou en DVD. « Les films qui devaient sortir prochainement auront aussi cette possibilité », lit-on dans Les Échos.

Une exception à la chronologie des médias

Pour rappel, la chronologie des médias en France détermine le moment auquel un film peut être exploité sur telle ou telle plateforme après sa sortie en cinéma. Sur le papier, ce dispositif (régulièrement critiqué) permet de protéger l’industrie et d’éviter aux cinémas d’entrer en concurrence avec les chaînes TV, les plateformes SVoD et les vendeurs de DVD et Blu-ray. C’est d’ailleurs en partie pour cela que Canal+ s’est vu interdire un passage intégral en clair.

« À période exceptionnelle, il nous faut apporter des réponses exceptionnelles », expliquait à ce sujet Dominique Boutonnat, le président du CNC, qui soutient cette mesure. Toutefois, il faut que les ayants droit de chaque film demandent une sortie en e-cinema pour qu’elle puisse être appliquée.

En outre, chaque demande sera traitée au cas par cas. En d’autres termes, il ne faut pas s’attendre à ce que la totalité des films concernés arrive bel et bien sur des plateformes de vidéos à la demande.

Comme vous l’avez lu hier soir, Disney a décidé de retarder le lancement de la plateforme de sVOD Disney+ au 7 avril (au lieu du 24 mars) suite à une demande du gouvernement. Cette décision a déçu beaucoup de personnes…
Lire la suite

Les derniers articles