Pourquoi le lancement de Disney+ est-il retardé en France

 

Orange a mis pression sur Disney, via le gouvernement, pour retarder le lancement de Disney+. Le directeur technique d'Orange a donné quelques explications sur Twitter pour mieux comprendre cette décision.

Comme vous l’avez lu hier soir, Disney a décidé de retarder le lancement de la plateforme de sVOD Disney+ au 7 avril (au lieu du 24 mars) suite à une demande du gouvernement. Cette décision a déçu beaucoup de personnes car Disney+ est très attendu dans ce contexte de confinement lié à la crise du coronavirus. Le directeur technique d’Orange a néanmoins souhaité donner quelques explications techniques pour expliquer cette décision.

Selon Jean Luc Vuillemin, Netflix possède son propre centre de données implanté en France, qui est directement connecté aux réseaux des opérateurs et fournisseurs internet. Ce programme nommé Open Connect signifie que l’entreprise américaine a noué des partenariats avec les fournisseurs d’accès Internet (FAI) afin de livrer le contenu grâce à des serveurs OCA (des serveurs optimisés pour la diffusion de vidéos) intégrés et une politique d’interconnexions. Netflix paye donc les opérateurs pour faciliter la diffusion de son contenu. L’ensemble des vidéos de Netflix est hébergé sur des serveurs d’Amazon (AWS, Amazon Web Services) et les séries-films les plus regardés sont poussés chaque soir dans les différents serveurs OCA chez les opérateurs, au plus proche du client. Ces serveurs OCA agissent comme du cache pour diminuer la distance que les données doivent parcourir jusqu’à votre écran.

Disney+ a opté pour une stratégie technique qui pèse davantage sur les réseaux

Pour Disney+, les responsables techniques (Disney Streaming Services) ont opté pour une stratégie multi-CDN (des serveurs et ordinateurs reliés en réseau à travers Internet et qui coopèrent afin de mettre à disposition du contenu à des utilisateurs) qui a plus de poids sur les réseaux des opérateurs, en d’autres termes plus simples : les données doivent parcourir plus de chemins jusqu’à chez vous. Disney n’a pas encore voulu payer les opérateurs pour ces serveurs intégrés et ces interconnexions, ce qui signifie que les liens de peering (échange de trafic Internet entre deux pairs) avec les CDN en question vont être fortement en déséquilibre. Les fournisseurs d’accès à Internet estiment qu’il est naturel que celui qui envoie du trafic paye, ce qui nécessite de mettre en place un contrat de peering entre les opérateurs et les fournisseurs de contenus (dans ce cas Disney+).

Exemple des serveurs intégrés de Netflix

Orange a donc certainement mis pression sur Disney, via le gouvernement qui est actionnaire d’Orange, pour retarder le lancement de la plateforme de sVOD américaine. Pour mieux comprendre le contexte, rappelons que Orange est le seul acteur français classé Tier 1, c’est-à-dire capable de joindre tous les réseaux par une interconnexion directe (peering) sans passer par un transitaire. Orange est donc en position de force face à Disney+ pour imposer ses règles surtout lors d’une crise comme celle que nous connaissons actuellement.

En novembre 2018, Disney annonçait Disney+, son service de streaming de films et séries par abonnement. Avec son énorme catalogue de franchises, il s’agit sans nul doute du concurrent capable de faire le plus d’ombre à Netflix. Il a par…
Lire la suite

Les derniers articles