Test de l’AMD Radeon RX 6800 : un pas de géant dans la bonne direction

Il manque l'ingrédient final

AMD Radeon RX 6800
7 /10

Note de la rédaction

L'AMD Radeon RX 6800 a été présentée en octobre 2020 au prix de 579 euros. Elle est conçue sous l'architecture RDNA2 et possède 16 Go de Mémoire GDDR6. Elle est compatible ray tracing.

Où acheter le
AMD Radeon RX 6800 au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

 

Introduction

Après son retour réussi sur le marché des processeurs, AMD veut aussi récupérer sa place sur celui des cartes graphiques. Avec la nouvelle architecture AMD RDNA 2, et la carte graphique Radeon RX 6800 que nous avons testée, la marque s'en approche grandement.

AMD Radeon RX 6800

AMD Radeon RX 6800 // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Après le lancement des cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 3080 et 3070, voici l’heure du grand rival AMD. Nous avons reçu la Radeon RX 6800 basée sur la nouvelle architecture RDNA 2, que l’on retrouve dans les consoles next-gen comme la PS5, et lui avons fait passer notre batterie de tests. C’est notamment la première génération de carte AMD qui gère le ray tracing calculé avec un support matériel.

NB : ce test a été réalisé avec un modèle prêté par AMD.

Design

Comme premier échantillon de cette architecture, AMD nous a donc envoyé une RX 6800 de son cru. Le design de la carte n’est pas son intérêt primordial, et pour être honnête, il est assez classique pour une carte graphique. On retrouve ainsi un large radiateur recouvert de trois petits ventilateurs ce qui fait prendre deux slots à la carte graphique dans un boitier ATX classique.

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

La carte est alimentée par deux prises molex 8 broches PCI-Express, parfaitement standard. AMD n’a pas opté pour une solution propriétaire comme l’a fait Nvidia avec son nouveau connecteur d’alimentation. Après tout, il n’y a pas vraiment de raisons de changer une équipe qui gagne, et les connecteurs PCI-Express font bien leur travail.

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Pour le reste, à part un marquage Radeon qui s’illumine quand le PC est allumé, on a une carte qui sait rester plutôt sobre et discrète.

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

En plus du port HDMI 2.1 et des deux ports DisplayPort 1.4, on peut noter l’intégration d’un port USB-C VirtualLink par AMD. Cette norme a été abandonnée par Nvidia et Valve, et permet de connecter un casque de VR compatible sans aucun autre câble.

Caractéristiques techniques

 Radeon RX 6800Radeon RX 6800 XTRadeon RX 6900 XT
GPU7 nm Navi 21 XL7 nm Navi 21 XT7 nm Navi 21 XTX
Compute Units607280
Fréquence boost2105 MHz
2250 MHz
2250 MHz
Mémoire16 Go de GDDR6
16 Go de GDDR6
16 Go de GDDR6
Vitesse mémoire16 Gbit/s16 Gbit/s16 Gbit/s
Bus mémoire256 bits
256 bits
256 bits
Bande passante512 Go/s512 Go/s512 Go/s
TDP250 W300 W300 W
Disponibilité18 novembre 202018 novembre 20208 décembre 2020
Prix579 dollars649 dollars999 dollars

La nouvelle architecture RDNA 2

La Radeon RX 6800 est donc notre première carte graphique sous l’architecture AMD RDNA 2. Cette architecture marque un saut générationnel important pour AMD, car c’est la première fois que la marque va proposer du ray tracing accéléré matériellement. Ce n’est pas la seule nouveauté.

L’architecture RDNA 2

L’architecture RDNA 2 // Source : AMD

Outre diverse optimisations au niveau du cache, de la gestion de l’énergie et de certaines méthodes de calcules (notamment au niveau de la Tesselation) ce qui permet à AMD d’annoncer un gain jusqu’à 54% en performance par watt, cette nouvelle architecture bénéficie aussi de nouvelles fonctions. On a déjà cité le ray tracing, mais il faut aussi mentionner le Variable Rate Shading, le Sampler Feedback et le Mesh Shaders. Ce sont autant de fonctions qui seront utilisées par les développeurs sur les jeux de la nouvelle génération, et qui sont également gérées par Xbox, PlayStation et Nvidia. Elles ne promettent pas forcément une révolution graphique chacune, mais plutôt de nouvelles façons de concevoir l’affichage 3D pour un rendu plus optimisé. On pense notamment au Variable Rate Shading, ou VRS, qui permet de belles économies en puissance de calcul. Une puissance qui pourra être réutilisée pour améliorer les effets visuels, ou le niveau de modélisation d’un personnage par exemple.

Smart Access Memory

L’une des nouveautés de l’architecture RDNA 2 demande une configuration AMD Ryzen 5000 pour fonctionner. Il s’agit d’AMD Smart Access Memory qui permet au processeur d’accéder pleinement à la mémoire vidéo de la carte graphique. Cette nouveauté est pour le moment exclusive à l’écosystème AMD, même si Nvidia avoue déjà travailler sur une solution concurrente.

Malheureusement nous n’avons pas pu mettre à l’épreuve

D’une part au moment du test nous n’avons pas sous la main une configuration Ryzen 5000, et d’autre part il est intéressant de tester avec une architecture Intel pour mettre les Radeon et les GeForce sur un pied d’égalité. AMD promet que cette fonction peut apporter jusqu’à 11% de performances en plus selon les jeux. Les processeurs Ryzen 5000 sont plus performants que ce que propose Intel, et si vous souhaitez vous créer une nouvelle configuration, nous vous suggérons d’opter pour une solution Ryzen 5000, indépendamment de la carte graphique.

Une gestion différente du ray tracing

Le nouveau nerf de la guerre pour les cartes graphiques c’est bien entendu ces fameux effets de ray tracing. Quand ils sont bien utilisés, ils peuvent très concrètement augmenter le réalisme d’une scène en créant notamment des reflets ou des ombres bien plus réalistes. Si vous remarquez que les jeux récents sont remplis de flaques d’eau, vous comprenez pourquoi maintenant.

Un RA « Ray Accelerator » par CU « Compute Unit »

Un RA « Ray Accelerator » par CU « Compute Unit » // Source : AMD

Sur cette technologie, AMD a fait un choix très différent de celui de Nvidia. Au niveau de la puce elle-même, le ray tracing est rendu directement au niveau de chaque unité de calculs sur RDNA 2, par un « ray accelerator », alors que Nvidia a décidé de dédier ce calcul à des unités dédiées et séparées de ses « CUDA cores ». Cela signifie notamment que chez AMD, les performances en ray tracing devraient suivre la même échelle que le nombre de « CU » (Compute Unit, unité de calcul) présent sur la puce.

Côté logiciel, l’intégration se fait par DirectX Raytracing, une nouvelle API dont la version 1.1 a été intégrée sous la marque DirectX 12 Ultimate (avec d’autres fonctions comme le Variable Rate Shading ou le Mesh Shading). Tous les jeux qui proposent déjà du ray tracing grâce à DirectX Raytracing, ou DXR, sont donc compatibles aussi bien avec les cartes RTX de Nvidia que les nouvelles RX6000 d’AMD.

L’autre API graphique, Vulkan, n’intègre pour le moment pas de librairies pour le ray tracing. Les jeux comme Wolfenstein Youngblood ou Quake II RTX qui utilisent Vulkan et proposent du ray tracing le font grâce à une extension propriétaire proposé par Nvidia. De fait, cette extension est incompatible avec les cartes AMD. Pour le moment, les jeux mentionnés ne proposent donc pas le ray tracing avec les Radeon.

Notre configuration de test

Nous avons utilisé la même configuration Intel pour tous nos tests de cartes graphiques.

  • Carte mère : MSI X299 GAMING M7 ACK
  • Processeur : Intel Core i9-7940X
  • Mémoire : 4 x 8 Go de RAM DDR4 2666 MHz (deux kit Corsair Vengeance CMK16GX4M2Z2666C16)
  • SSD : Samsung 970 1 To NVMe
  • Alimentation : Corsair RM1000X
  • Boitier : In Win 303
  • Logiciel : Windows 10 2010 (pilotes Nvidia Game Ready version 456.96 et AMD Radeon Adrenalin 20.45.01.12)

La promesse d’AMD : les performances d’une RTX 2080 Ti

Comme Nvidia avec sa RTX 3070, AMD compare sa nouvelle carte graphique avec la RTX 2080 Ti dans son annonce. Il faut dire que cette carte de génération Turing est un vrai symbole : elle représentait à la fois le meilleur de la génération RTX 2000, mais était surtout vendue à un tarif exorbitant de 1259 euros. AMD promet de faire mieux pour moins de la moitié du prix.

Les caractéristiques précises de notre GPU du jour

Les caractéristiques précises de notre GPU du jour // Source : Frandroid

Les définitions testées

Nous avons utilisé trois écrans à notre disposition pour ce test :

Tests synthétiques

On commence par nos tests synthétiques, qui font une évaluation générale de la puissance proposée par notre carte graphique.

3DMark

Sur le logiciel de benchmarks 3DMark, on lance le test Time Spy Extreme. Il s’agit d’un test DirectX 12 mettant à rude épreuve les cartes graphiques modernes avec une scène entièrement rendue en 4K UHD. Il ne fait pas appel au ray tracing, ce qui permet de comparer le résultat avec plusieurs générations de cartes graphiques.

 

Sur ce test, la Radeon RX 6800 commence à illustrer ses performances : elle fait mieux que la RTX 2080 Ti ou la RTX 3070 avec une belle marge d’environ 5%. Il faut déjà prendre le temps d’intégrer ces premiers résultats encourageant : AMD sur sa nouvelle carte graphique, arrive à battre l’ancienne et la nouvelle GeForce placées de façon frontale. On peut commencer à mesurer les progrès réalisés par la firme avec son architecture RDNA 2.

3DMark DirectX Ray Tracing

Depuis peu, le logiciel 3DMark propose aussi un test d’évaluation spécifique au ray tracing. Il exploite l’API DirectX Ray Tracing et a été développé pour évaluer au maximum les performances d’une carte graphique sur seul critère, indépendamment des autres.

 

Ici aussi se dessine un résultat important à relever. La Radeon RX 6800 propose 21,78 FPS en moyenne, là où la RTX 3070 est au-dessus des 31,7 FPS. En raison du confinement, nous n’avons pas eu l’occasion de réaliser ce test sur la RTX 2080 Ti, mais il y a fort à parier qu’il serait très légèrement inférieur à celui de la RTX 3070. En tout cas, la carte d’AMD semble être moins douée quand il s’agit des calculs de ray tracing.

Benchmarks dans les jeux sans ray tracing

Comme toujours, nous avons voulu tester les cartes graphiques en jeux avec deux grandes catégories. D’abord les jeux « classiques », sans ray tracing, ce qui permet d’évaluer les performances brutes de chaque carte sur du rendu en rastérisation, puis avec des jeux utilisant le ray tracing.

Red Dead Redemption 2

L’une des claques graphiques de la génération précédente est sans aucun doute Red Dead Redemption 2, le dernier titre phare des équipes de Rockstar. Le jeu intègre un benchmark, qui fait tourner le jeu sur plusieurs scènes : un paysage dans la neige, un braquage de banque en intérieur avec des personnages, etc. Cela permet d’avoir une bonne diversité des situations.

 

Sans ray tracing dans l’affaire, on retrouve ici l’avantage d’AMD sur son concurrent. La Radeon RX 6800 permet de faire tourner le titre sans problème en QHD et même en 21:9 avec les paramètres graphiques au maximum. Il faudra les réduire pour atteindre le cap des 60 FPS en 4K, mais on dépasse tout de même la moyenne des 50 FPS sans ces ajustements.

Assassin’s Creed Odyssey

Pour garder un protocole de test cohérent avec nos autres tests, nous continuons d’utiliser Assassin’s Creed Odyssey plutôt que d’utiliser le nouvel épisode Valhalla. Cela permet aussi de tester des jeux lancés bien avant l’arrivée de nos nouvelles cartes graphiques. Là encore, les réglages ont été poussés au maximum.

 

Sur ce titre, la Radeon RX 6800 parvient à faire jeu égal avec la GeForce RTX 3070  et s’en sort même mieux sur le test en 4K, au point de rattraper la RTX 3080 dans ce test. On peut supposer que le surplus de mémoire graphique sur la Radeon aide à atteindre ces bonnes performances en 4K, face à la RTX 3070.

Benchmarks dans les jeux avec ray tracing

Control

Control est le jeu démo du ray tracing tant il en utilise des effets à outrance. Il n’intègre pas un benchmark et pour évaluer les performances de nos cartes nous faisons tourner le personnage dans les couloirs du premier niveau. Cela permet de reproduire le test dans les mêmes conditions le plus possible. Nous faisons tourner le jeu en 4K pour avoir un niveau de performance comparable entre chaque carte graphique testée.

 

Dans cette définition, le jeu tourne à 46 FPS sur la Radeon RX 6800 et s’effondre à 22 FPS en activant le ray tracing. On retrouve le même niveau de performance sur la RTX 3070, même si elle se montre plus performante avec le ray tracing activé. C’est surtout l’utilisation de la technologie DLSS qui permet une rupture nette entre ce que propose Nvidia et AMD. Avec cette technologie, on peut jouer à Control en 4K avec le ray tracing à 72 FPS sans perdre de façon sensible en qualité d’image.

Depuis la présentation de ses cartes, AMD a avoué travailler sur une technologie similaire au DLSS, mais elle n’est pas disponible pour le moment. Tant que la marque ne propose pas un équivalent, Nvidia aura un énorme avantage dans les jeux compatibles avec le DLSS.

Watch Dogs Legion

Watch Dogs Legion est le premier jeu d’Ubisoft à utiliser les effets de ray tracing, avec le même moteur graphique Disrupt utilisé par le développeur depuis le premier Watch Dogs. Nous avons réglé les détails graphiques sur « very high » et nous activons ou non le ray tracing en qualité maximum, le tout avec une définition de rendu 4K UHD.

 

Une fois encore, notre Radeon RX 6800 se montre plus performante que la GeForce RTX 3070 tant que l’on n’active pas le ray tracing. Une fois activé, la RTX 3070 prend l’avantage, et ici aussi le jeu permet une utilisation de la technologie DLSS pour passer au-dessus des 60 FPS. Autrement dit, Nvidia permet de jouer au jeu en 4K avec tous les effets graphiques élevés et le ray tracing, ce que ne permet pas AMD sur cette carte.

Dirt 5

Dirt 5 est l’un des nouveaux jeux accompagnant la sortie des consoles de 9e génération comme la Xbox Series X. Il n’a pas été développé avec Nvidia, mais plutôt avec AMD pour utiliser au mieux les technologies du géant. On ne retrouve donc pas d’intégration de DLSS cette fois, et les deux cartes graphiques se feront face à armes égales. Pour tester les performances, nous avons fait une partie arcade sur le circuit du Christ Redempteur, avec une météo pluvieuse dans l’après-midi, pour maximiser les reflets.

 

Sur ce titre, la Radeon RX 6800 s’en sort mieux que ce soit avec ou sans les effets de ray tracing. Le jeu tournait en 4K UHD avec la qualité graphique au maximum, et se montrait parfaitement jouable en toute circonstance.

Consommation

Pour la Radeon RX 6800, AMD annonce une consommation maximum de 250W. Dans nos tests et même en poussant la carte dans ses retranchements, nous n’avons mesuré qu’une consommation de 220W, soit la même que la RTX 3070 de Nvidia.

 

Cela signifie qu’AMD est parvenue à créer une carte graphique dont l’efficacité énergie est assez similaire avec ce que propose Nvidia. Comme nous l’avons vu, selon les tests, une carte ou l’autre peut se montrer plus performante, mais on est toujours dans les mêmes ordres de mesure.

Refroidissement et bruit

Avec cette faible consommation, on peut espérer quelque chose de bon au niveau du bruit et de la température en fonctionnement. La carte d’AMD se montre effectivement mieux rafraichie avec une température maximum de 65 degrés, contre 72 pour la RTX 3070.

 

Cela dit, cette baisse de température se paye par un bruit plus présent. Là où notre RTX 3070 a toujours été plutôt silencieuse, j’ai bien réussi à entendre la RX 6800. Ce n’était pas gênant pour autant, surtout si l’on joue avec un casque, mais le bruit était bien là. Rappelons que les autres fabricants de cartes graphiques proposeront leurs propres solutions de refroidissement, et qu’il ne s’agit donc pas d’une évaluation valable pour tous les modèles de RX 6800.

AMD Radeon Adrenaline : la suite logicielle a bien évolué

Depuis longtemps, la force de Nvidia ne vient pas tant de ses puces graphiques (même si le fabricant avait un avantage non négligeable sur ce point) que de son écosystème logiciel. La firme arrive en effet à développer des technologies ou des fonctions logicielles qui mettent bien à l’honneur la puissance de ses puces. AMD était en retrait sur ce point, que ce soit au niveau de la qualité de ses pilotes ou des fonctions associées. Qu’en est-il avec cette nouvelle génération ?

Comme GeForce Experience, AMD Radeon Software vous accompagne dans toutes vos expériences de jeu grâce à un overlay intégré, ou avec son application. Elle permet de capture rapidement des extraits de ses jeux, de streamer en direct, ou encore de jouer à distance sur smartphone grâce à l’application mobile AMD Link. La firme a là aussi fait de gros progrès dans la bonne direction pour proposer plein de petites fonctions très utiles et cohérentes.

La suite logicielle d’AMD est très complète

La suite logicielle d’AMD est très complète // Source : Frandroid

Un pilote avec quelques soucis

Les pilotes proposés par AMD pour ce test se sont montrés très stables et performants dans l’ensemble. Il faut toutefois que l’on mentionne un bug officiellement mentionné par AMD dans les problèmes connus du pilote, et qui peut causer des soucis avec les calculs de reflets en ray tracing. C’est particulièrement visible sur le jeu Watch Dogs Legion, en comparant le rendu avec celui proposé par une GeForce.

On peut clairement voir que le reflet dans la flaque d’eau est beaucoup moins détaillé sur la Radeon RX 6800 et que des éléments comme le tuyau au plafond sont absents du reflet, mais bel et bien présents chez Nvidia. Espérons que ce défaut de jeunesse sera vite corrigé et que l’on ne rencontrera pas de changement majeur sur d’autres titres entre les deux marques.

Nvidia a la main sur les partenariats… pour le moment

Pour évaluer l’écosystème logiciel d’une marque, il faut aussi parler de ses relations avec les développeurs et de ses technologies développées dans ce sens. Sur ce point, AMD est toujours à la traine face à Nvidia. Les jeux sur PC sont aujourd’hui plutôt partenaire des technologies Nvidia, qui ne manquent pas de le mettre en avant par ses canaux, et au-delà de ça c’est surtout les outils professionnels où Nvidia a un train d’avance. On ne compte plus les annonces de logiciels mettant en avant les technologies CUDA et désormais OPTIX utilisables uniquement sur les GeForce. On peut aussi mentionner de nouvelles fonctions comme Nvidia Broadcast ou RTX Voice qui font intelligemment usage de la puissance de la carte graphique pour de nouvelles applications. Quand on investit dans une carte graphique, on investit aussi pour ce genre de fonctions bonus.

Cette avance de Nvidia est naturelle. Le géant a misé depuis longtemps sur l’utilisation des applications autre que les jeux vidéo sur ses cartes graphiques, et a eu pendant longtemps la première place en termes de puissance de calcul. Avec son retour, AMD va devoir travailler à nouer ces partenariats. La firme a en tout cas l’intelligence de se reposer la plupart du temps sur des standards du marché, comme le fait avec DirectX RayTracing, ce qui permet d’assurer une compatibilité rapide avec les nouveaux jeux. Sur ce secteur spécifique des jeux vidéo, la marque peut aussi compter sur son intégration dans les consoles pour convaincre les développeurs.

Il ne faut pas non plus céder aux sirènes du marketing de Nvidia qui va parfois maquiller ces fonctions standard du marché, comme DirectStorage qui va permettre aux jeux de gérer les données stockées sur SSD comme sur les consoles que Nvidia n’a pas hésité à renommer RTX IO pour la présentation de ses cartes, alors qu’AMD se contentera d’utiliser DirectStorage. De même, la technologie Freesync d’AMD est aujourd’hui liée aux standards HDMI et DisplayPort, alors que Nvidia demande encore une solution propriétaire aux fabricants pour G-Sync.

Prix et disponibilité de l’AMD Radeon RX 6800

La carte graphique AMD Radeon RX 6800 est disponible dès aujourd’hui au tarif conseillé de 589,99 euros.

Où acheter le
AMD Radeon RX 6800 au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

À ce tarif, elle est 70 euros plus chers que la sa rivale directe, la GeForce RTX 3070. Ce prix nous semble donc incompréhensible. AMD est en position de challenger, et doit se montrer agressif sur les tarifs d’un bout à l’autre de sa gamme.

Note finale du test
7 /10
La Radeon RX 6800 est la première carte graphique RDNA 2 que nous testons. Elle marque donc pour nous le retour en force d'AMD sur le secteur des cartes graphiques, tout comme la marque l'a réussi sur celui des processeurs face à Intel. On a là une carte graphique capable de dépasser ce que propose Nvidia sur les calculs sans ray tracing, avec le même niveau de consommation électrique. Il faut insister sur ce retour en force qui va apporter une concurrence bienvenue sur un secteur ou Nvidia pouvait commencer à se sentir seul et risquait de se reposer sur ses lauriers.

Malheureusement ce pas de géant réalisé par AMD n'est pas encore suffisant. D'abord la firme ne parvient pas à rattraper son concurrent direct quand il s'agit des performances avec le ray tracing. Surtout, AMD paye son retard face à Nvidia avec un support logiciel moins complet : des jeux qui ne proposent pas le ray tracing sur Radeon, ou encore l'absence remarquée d'un équivalent du DLSS. Cette technologie développée par Nvidia n'est certes pas proposée sur tous les titres, mais elle est véritablement révolutionnaire lorsqu'elle est proposée. Dès lors, on ne comprend pas pourquoi AMD s'est décidée à annoncer une carte graphique plus chère que la GeForce RTX 3070.

En tant que challenger, on attendait un prix plus agressif de la part d'AMD. En l'état, nous ne voyons pas de raison de privilégier une Radeon RX 6800 sur une GeForce RTX 3070. Du moins tant que la carte de Nvidia est moins chère, et tant que AMD ne propose un équivalent convaincant du DLSS. Une chose est sûre, AMD est de retour et si cette nouvelle génération n'est pas suffisante, celle d'après pourrait être la bonne. On a vu avec la gamme Ryzen que le fabricant savait rapidement continuer sa montée en force jusqu'à surpasser ses concurrents.
Points positifs
  • Un rapport performance/prix incroyable
  • Idéale pour le QHD
  • Consommation maitrisée
  • La suite logicielle AMD
Points négatifs
  • Le ray tracing moins efficace
  • Pas d'équivalent au DLSS
  • Plus chère que sa concurrente directe

Les derniers articles