App Store : avec sa taxe de 30 %, Apple est « un voleur de grand chemin » selon un élu américain

Highway to Hell

 

La commission de 30% prélevée par Apple sur les applications de l’App Store a décidément beaucoup de mal à passer. Alors que l’entreprise tenait ce lundi sa conférence dédiée aux développeurs, des voix s’élèvent contre cette taxe. Selon David Cicilline, président du comité antitrust de la Chambre des Représentants, Apple se comporte comme « un voleur de grand chemin ».

app store

La commission de 30 % prélevée par Apple a du mal à passer // Source : Frandroid

Les règles de l’App Store ont beau être les mêmes depuis des années, de nombreuses voix s’élèvent contre les pratiques d’Apple. En cause, la commission de 30 % que prélève le géant américain aux développeurs sur tout achat ou abonnement souscrit via sa boutique d’applications. Si les petits développeurs sont les plus touchés par cette règle, des géants comme Spotify, Netflix, Tinder ou Rakuten ont manifesté leur mécontentement. Canal+ et Amazon Prime Video sont les seuls services connus à avoir réussi à passer à travers la commission, avec l’accord d’Apple, évidemment.

Si le sujet revient aujourd’hui sur la table, c’est parce qu’Apple a refusé l’intégration de l’application « Hey » (service d’email) dans l’App Store. La raison de ce rejet : Basecamp (développeur de l’appli) ne permettait pas de souscrire à un abonnement premium de 99 $/an directement depuis l’App Store. Apple aurait donc dû faire une croix sur sa commission de 30 %.

La taxe App Store passe très mal

Suite à cette décision, la Chambre des Représentants a donc ouvert une enquête pour pratiques anticoncurrentielles. David Cicilline, président de la Commission antitrust chargée de cette enquête, est revenu sur l’affaire dans The Vergecast, le podcast du média américain The Verge, aux côtés de Heinemeier Hansson, CTO de Basecamp. Selon lui, Apple se comporte comme « un voleur de grand chemin ». Il explique :

En raison du pouvoir de marché qu’Apple possède, il fait payer des loyers exorbitants – des vols de grand chemin, essentiellement – intimidant les gens à payer 30 % ou refusant l’accès à leur marché. Cela écrase les petits développeurs qui ne peuvent tout simplement pas survivre avec ce type de paiements. S’il y avait une réelle concurrence sur ce marché, cela ne se produirait pas.

Il ajoute que les développeurs sont terrifiés par les pratiques d’Apple et font tout pour respecter les règles imposées par le géant américain au risque de voir des mois d’investissement tomber à l’eau. Pour certains, cela peut même mettre en danger leur business model voire l’avenir de leur entreprise. David Cicilline précise :

Beaucoup de gens se sont manifestés pour partager leurs expériences, ils ont peur des représailles économiques. Ils ont peur de ne pas pouvoir survivre aux représailles économiques que ces grandes plateformes peuvent imposer en raison du pouvoir dont elles disposent, et nous avons l’intention de poursuivre ces allégations très sérieusement. C’est un vrai problème sur le marché. C’est une conséquence directe de l’énorme pouvoir de marché, du fait qu’Apple est le gardien de ces développeurs, et nous avons entendu de très nombreux exemples.

Cette enquête déjà « presque terminée » tombe au plus mauvais moment pour Apple. En effet, le géant américain tenait hier (22 juin 2020) sa conférence WWDC dédiée… aux développeurs. Ambiance.

Les derniers articles