Un de nos lecteurs a tenté d’installer une ROM AOSP d’Android 9 Pie sur un Nexus 4 et nous raconte son expérience. Si l’idée peut être alléchante, le résultat reste en demi-teinte.

Cet article a été rédigé par un lecteur anonyme. À titre de confidentialité, nous l’appellerons Diantro. Toute ressemblance avec un commentateur régulier de FrAndroid n’est peut-être pas fortuite.

À l’heure où la communauté Apple se félicite à juste titre de la mise à jour de l’iPhone 5S — datant de fin 2013 — sous iOS12, il m’a semblé opportun de remettre en lumière les possibilités offertes par Android. Prenons donc un ancien Nexus 4, datant de fin 2012, et allons voir ce que les petits génies du forum XDA nous ont concocté.

Android Oreo est disponible et stable sur Nexus 4 depuis longtemps déjà par le biais de ce forum, malgré un abandon des mises à jour officielles en novembre 2015 avec la version 5.1.1. Plusieurs ROM Oreo sont disponibles, dont Nitrogen, déjà utilisée par votre humble serviteur. Du côté d’Android 9.0 Pie, les releases sont évidemment beaucoup plus rares. Seul un développeur du nom de Ziyan semble se pencher sur le sujet pour l’instant. Il met déjà à disposition une ROM AOSP fonctionnelle pour le Nexus 4. Elle est pour l’instant en construction, mais s’installe sans souci sur mon appareil en version 8 Go.

C’est l’occasion de se rendre compte de ce qu’AOSP veut dire. On a là une ROM extrêmement dépouillée : pas de Play Store, pas de Services, même pas de navigateur. On retrouve quand même les applications basiques pour téléphoner et envoyer des SMS, prendre des photos, le tout piloté par le clavier AOSP et non pas Gboard. On remarque tout de même que la navigation par gestes est bien là et qu’elle n’est nullement obligatoire.

Cette ROM si désertique pose la question de la définition d’un Android soi-disant « pur » qui revient souvent dans les discussions. On voit bien ici que si AOSP est considéré comme le nec plus ultra de la pureté Android, celle-ci n’est pas vraiment utilisable en l’état. Il faut, pour retrouver un environnement type Pixel, flasher les « Gapps », c’est-à-dire les Google Apps, dont les indispensables Services Google Play, nécessaires pour faire fonctionner toute une foultitude d’applications connues.

Malheureusement, dans son état actuel, la ROM de Ziyan prend trop de ressources dans la partition Système de 780 Mo pour que l’on puisse flasher les packages « Gapps » disponibles. Certains bricoleurs utilisent des outils pour augmenter la taille de leur partition système (exactement comme vous le feriez sous Linux) et parviennent ensuite à installer les Apps Google, mais le plus sûr reste quand même d’attendre que le développeur corrige le problème.

Ni Google, ni Microsoft, ni Apple ne savent où je suis ! Seulement eBay!

Pour ma part, j’ai profité de cette absence pour essayer les stores alternatifs comme F-Droid afin de commencer à me bricoler un Nexus 4 « Google-free ». Client email AOSP, pas d’utilisation de mon compte Google, DuckDuckGo pour naviguer sur Internet, OpenStreetMap pour le GPS, une appli basique pour la musique… on trouve des choses sympathiques sur F-Droid. Inutile de préciser que pour cela il faut autoriser l’installation d’applications de sources inconnues et que cela sera fait sous votre responsabilité. On est quand même vite limité pour installer ses applications favorites qui souvent ont besoin des Services Google Play (par exemple Deezer…)

Ni Google, ni Microsoft, ni Apple ne savent où je suis ! Seulement eBay!

On arrive cependant rapidement à se bricoler un petit smartphone utilisable avec toutes les applications indispensables au quotidien. Tout n’est pas encore stable, la ROM n’est pas terminée. Quand les « Gapps » pourront être flashées, on sera bien plus près d’une expérience Android 9.0 comme voulu par Google.

Mais cette petite expérience montre bien la philosophie radicalement différente entre Apple et Google en ce qui concerne l’usage de nos appareils. Apple nous accompagne le plus longtemps possible. Sur l’iPhone 5S, c’est beau, c’est officiel, c’est fluide, c’est à jour. Mais quand c’est fini, c’est fini. L’iPhone 4 par exemple, n’est plus bon qu’à passer des appels et envoyer des SMS, la plupart des applications ne pouvant plus s’installer ou se mettre à jour.

À lire sur FrAndroid : Test du Google Nexus 4 (Smartphone Android produit par LG)

Google nous laisse tomber beaucoup plus tôt. Mais Google laisse le champ libre aux développeurs passionnés pour continuer les mises à jour. Ce n’est pas forcément propre, pas forcément stable tout de suite, ça n’a rien d’officiel. Mais on s’amuse, on bricole, on tente des trucs, et au final les utilisateurs les plus avertis peuvent maintenir leurs appareils plus longtemps que leurs appareils Apple. Les deux philosophies se défendent, chacune avec ses arguments. Mais quand même, on rigole plus sous Android…