Google Tensor : la puce des Pixel 6 préfère la photo aux performances

 

Google a dévoilé davantage d'informations sur Tensor, sa nouvelle puce qui équipera les Pixel 6 et Pixel 6 Pro.

Google Tensor : la puce des Pixel 6 préfère la photo aux performances

Google l’avait déjà annoncé, il est désormais disponible : la firme a lancé son propre SoC pour smartphone, la puce Google Tensor. À l’occasion de la présentation, ce mardi, de ses nouveaux smartphones Google Pixel 6 et Pixel 6 Pro, le constructeur a dévoilé davantage d’informations à propos de son processeur.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

La puce Google Tensor vient en effet remplacer les puces Snapdragon de Qualcomm pour la première fois sur des smartphones de Google. Dans un article de blog mis en ligne ce mardi, Google vient livrer quelques détails à propos de cette puce qui devrait faire la part belle à l’apprentissage machine (machine learning) et à l’intelligence artificielle. L’idée est ainsi, pour Google, de permettre de nouveaux usages sans avoir à attendre que les fournisseurs traditionnels — on pense notamment à Qualcomm et MediaTek — ne s’intéressent davantage à l’intelligence artificielle.

Google Tensor : la puce des Pixel 6 préfère la photo aux performances

Comme tous les SoCs du marché, la puce Google Tensor est également composée de nombreux éléments. On va y retrouver un processeur (CPU), une puce graphique (GPU), de la mémoire RAM et une puce de traitement d’image pour les photos. Google y a également ajouté des parties moins communes sur ce type de puce. C’est le cas du Tensor Process Unit (TPU) qui va gérer l’intelligence artificielle. C’est également le cas de la puce de sécurité ou du centre contextuel. Celui-ci va permettre par exemple de gérer automatiquement la puissance en fonction de la tâche nécessaire, par exemple en empêchant le smartphone de consommer trop de batterie alors qu’il affiche simplement l’écran always on.

Un gros gain en puissance face au Pixel 5

Du côté du processeur (CPU) en lui-même, Google a intégré huit cœurs : deux pour les tâches à haute performance, deux cœurs pour les tâches classiques et quatre pour l’économie d’énergie. Le GPU profite quant à lui de 20 cœurs. Néanmoins, Google a indiqué ne pas vouloir faire une course à la puissance et au nombre de GHz pour la cadence de ses puces. « Ce qui importe le plus, ce sont les nouvelles expériences proposées par le Google Tensor qui n’existaient pas jusqu’à présent », indique Monika Gupta, responsable de Google Silicon. La firme tient cependant à rassurer les utilisateurs en indiquant que les performances de Google Tensor sont 80 % plus élevées que celles du Pixel 5 — équipé d’un Snapdragon 765G milieu de gamme — et que son GPU est 370 % plus puissant. La firme n’a toutefois pas indiqué quel était le benchmark utilisé pour arriver à ces mesures.

Si Google tient à rassurer en indiquant que ce n’est pas la puissance qui compte, mais les besoins en fonction de l’usage, cela n’augure rien de bon pour les tâches les plus performantes — on pense notamment à certains jeux 3D aux graphismes exigeants. À la course de la puissance, Google pourrait perdre face aux SoCs de Qualcomm, mais ce n’est pas sur cet usage que la firme cherche à convaincre, mais plutôt sur les usages et l’intelligence artificielle, notamment pour les fonctions photo ou la traduction instantanée.

À peine présentés, les Pixel 6 et 6 Pro sont passés entre nos mains. En attendant notre test complet, voici nos premières impressions sur ces deux smartphones servant de vitrine à Android 12.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles