Pourquoi le tacle de Qualcomm contre Google n’est pas bienvenu

🚩🚩🚩

 

Pour Qualcomm, sortir un téléphone sans puce Snapdragon est un "red flag". Un message à demi-mot adressé à Google qui s'apprête à lancer ses Pixel 6 la semaine prochaine avec un SoC maison.

Puce Google Tensor

Puce Google Tensor // Source : Google

Depuis plusieurs années, Qualcomm règne en maître sur le marché des puces pour smartphones Android premium. Ses SoC sont incontournables et on retrouve des Snapdragon de série 8 sur tous les meilleurs modèles de ces dernières années, à l’exception de certaines déclinaisons territoriales de Samsung, ce dernier alternant entre Snapdragon 8xx et Exynos maison. Pourtant, cette hégémonie est mise à mal et cela se ressent dans la communication de l’entreprise.

Un mauvais tacle à Google

Si vous naviguez régulièrement sur Twitter, vous avez peut-être vu votre fil se remplir récemment de drapeaux rouges (ou « red flags » en anglais). Il s’agit du nouveau mème à la mode et a pour but de signaler un comportement suspicieux qui devrait amener à se méfier. Plusieurs entreprises ont repris ce mème de façon humoristique, à l’instar de Twitter par exemple qui a tweeté « I’m not on Twitter 🚩🚩🚩🚩 » (« je ne suis pas sur Twitter »), ou de Samsung avec son « Nous ne faisons pas de smartphones pliables ».

De son côté, Qualcomm a également sauté sur l’occasion de faire sa promotion en tweetant « Nous avons décidé de faire notre propre SoC de smartphone au lieu d’utiliser un Snapdragon 🚩🚩🚩🚩 ». Si, dans d’autres conditions, le message aurait pu être amusant, il s’inscrit moins d’une semaine avant la présentation des Pixel 6 par Google, équipés d’une puce maison, le Google Tensor. Difficile donc de ne pas y voir un sérieux tacle, relevé d’ailleurs par bon nombre des followers de la marque de San Diego, malgré le fait que d’autres constructeurs optent pour leurs propres solutions, ou bien pour des puces MediaTek, aujourd’hui leader sur le marché global.

"We've decided to make our own smartphone SoC instead of using Snapdragon" 🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩🚩

— Snapdragon (@Snapdragon) October 13, 2021

Une communication à double tranchant

Au-delà de la petite pique, cette communication de Qualcomm pourrait bien se retourner contre le spécialise des microconducteurs. Tout d’abord, ce n’est que depuis 2021 et le Snapdragon 888 que Qualcomm promet le support de 3 mises à jour majeures d’Android pour ses puces. Or, en maîtrisant parfaitement le hardware et le software, Google pourrait, à l’instar d’Apple, améliorer la longévité de ses smartphones et proposer un support bien plus long.

De plus, si Google a opté pour ses propres solutions, c’est également pour mettre l’accent sur ce qui compte vraiment pour le consommateur. S’il est possible que le S888 reste bien plus puissant que Tensor en matière de performances brutes, les possibilités offertes au niveau de l’intelligence artificielle par cette nouvelle architecture de Google devraient permettre au géant de Mountain View d’améliorer des points comme la photo, la vidéo ou encore l’autonomie de ses appareils, des caractéristiques bien plus importantes à une époque où n’importe quel smartphone est capable de faire tourner les jeux les plus gourmands du moment.

« Rira bien qui rira le dernier »…

Les derniers articles