Google Tensor : on connaît le nom de la puce du Pixel 7 et il n’est pas anodin

Vers des itérations à la carte ?

 

Google a dévoilé, sur la page officielle de ses Pixel 7 et avec un peu d’avance, le nom donné à son nouveau processeur Google Tensor. Sa nomenclature laisse entrevoir une stratégie potentiellement bien huilée pour l’avenir.

Le nom de la puce des nouveau Pixel 7 en dit long… et c’est tant mieux // Source : Unbox Therapy

Dans moins d’un mois, le 6 octobre prochain, Google dévoilera ses Pixel 7 et 7 Pro… mais aussi leur nouveau processeur. À défaut de connaître les spécifications complètes du SoC et d’avoir une idée précise de ce qu’il proposera en termes de performances, nous voilà au moins renseignés sur son nom. Sur la page de ses nouveaux Pixel 7, Google a dévoilé l’appellation officielle de sa puce : Google Tensor G2.

Cette appellation n’est pas anodine car c’est la première fois que Google utilise une nomenclature particulière dans la jeune histoire des processeurs maison conçus pour ses Pixel. L’année dernière, pour les Pixel 6, Google s’était en effet contenté de nommer son SoC Google Tensor « tout court ». L’apparition d’un « G » (au lieu de simplement nommer le nouveau SoC « Tensor 2 ») laisse à penser que des déclinaisons parallèles de la puce sont à venir.

Vers un processeur Tensor différent pour chaque smartphone Pixel ?

Sans verser dans les spéculations éhontées, il est rare que les marques adoptent ce type de nomenclature par hasard — a fortiori lorsqu’on parle de processeurs. On peut par exemple imaginer que si les Tensor « G » sont réservés aux Pixel haut de gamme, d’éventuels Tensor « A » pourraient voir le jour pour le futur Google Pixel 7a. Pure supposition à l’heure actuelle, mais la chose aurait du sens. Il n’est d’ailleurs pas impossible que Google nous en dise plus à ce propos lors de sa conférence du 6 octobre.

Source : Google

Quoi qu’il en soit, et comme évoqué plus haut, les caractéristiques techniques du Google Tensor G2 sont encore floues. De précédentes rumeurs suggéraient toutefois que Google s’en tiendrait à une architecture similaire à celle du premier Google Tensor. On retrouverait alors deux cœurs hautes performances, deux cœurs intermédiaires et quatre cœurs à haute efficacité énergétique. La hausse de performances par rapport à la génération précédente, s’il y en a une, se jouerait alors sur les optimisations apportées par Google et son partenaire Samsung.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.