Huawei et Xiaomi seraient en train de négocier avec des opérateurs américains pour enfin réussir à s’intégrer dans le marché des smartphones aux États-Unis. Le but serait de challenger Apple qui domine les ventes dans son pays natal.

Huawei et Xiaomi sont deux marques chinoises qui ont acquis une grande notoriété à travers le monde. La première est bien installée dans divers marchés, notamment en Europe où elle se développe sereinement, tandis que la seconde étend petit à petit ses zones d’activité et son arrivée en Espagne — et bientôt en France a priori — n’est pas passée inaperçue.

Mais, comme dans toutes les belles histoires, il y a un hic. Ici, ce sont les États-Unis. En effet, au pays de l’Oncle Sam, le marché de la téléphonie mobile dépend énormément des opérateurs. Et ces derniers n’ont jamais été très enclins à vendre des smartphones chinois, favorisant ainsi la place de numéro 1 d’Apple dans les ventes outre-Atlantique. Huawei a bien essayé à quelques reprises de pénétrer ce marché très hermétique, mais sans grand succès.

Apple est le grand leader du marché des smartphones aux États-Unis (Bloomberg)

Or, d’après de récentes informations de Bloomberg, Huawei et Xiaomi seraient sur le point de réussir enfin à s’immiscer dans les catalogues des opérateurs américains. Les deux fabricants seraient actuellement en train de négocier avec AT&T et Verizon.

L’objectif serait de vendre des produits des deux marques dès 2018. Toutefois, rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que ces discussions aboutiront sur un accord.

Résultats en demi-teinte pour Apple en Chine

Cette information survient à une période où les parts de marché d’Apple en Chine sont mises à mal par les constructeurs locaux. La Pomme occupe ainsi la cinquième place au sein de l’Empire du Milieu, derrière Huawei, Oppo Vivo et Xiaomi, d’après IDC.

Apple a livré 8,8 millions d’iPhone en Chine pendant le 3e trimestre (IDC)

Après avoir affaibli Apple en Chine, les constructeurs chinois ont sans doute l’intention de l’affaiblir dans sa terre natale, aux États-Unis. Inutile de préciser que cela pourrait prendre énormément de temps. Rappelons, par ailleurs, que Huawei, troisième constructeur mondial, n’a jamais caché son ambition de devenir le leader mondial.