À cause du bannissement de la part des États-Unis, Huawei et Honor n’ont plus le droit de préinstaller les applications Facebook ou Instagram sur leurs smartphones.

Encore un coup dur pour Huawei qui se retrouve délaissé par de plus en plus de firmes américaines, le souci le plus compliqué restant évidemment l’affaire avec Google. Cependant, même si cet abandon des échanges avec la firme de Mountain View est le plus dommageable au même titre que celui d’ARM, ils ne sont pas les seuls à couper les ponts avec l’entreprise chinoise.

Sur la plupart des smartphones Huawei installés, des applications préinstallées sont présentes. On a souvent droit à Booking par exemple ou encore au clavier SwiftKey, mais l’app la plus importante est celle de Facebook, parfois accompagnée de celle d’Instagram. Ce ne sera plus le cas, l’entreprise de Mark Zuckerberg ayant été contrainte de demander à Huawei d’arrêter de faire cela.

Sur notre Huawei P30 Pro par exemple, Facebook était présent par défaut, mais cela ne sera pas possible pour les futurs exemplaires de ce modèle qui ne sont pas encore sortis d’usine.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Plus strict que Google

Huawei a pu garder les services Google sur tous ses modèles déjà existants. Ce qui veut dire par exemple que tous les Huawei P30 qui existent, qui sont à l’usine ou qui le seront dans quelques semaines ou mois auront droit aux applications de la firme de Mountain View.

Pour Facebook, c’est différent. Comme le relate Reuters, aucun smartphone Huawei sortant de l’usine ne doit avoir les applications Facebook ou Instagram préinstallées à partir de maintenant. Bien évidemment, ce n’est pas un aussi gros coup dur pour Huawei que le départ de Google ou ARM, mais cela montre à quel point les firmes se retrouvent obligées de couper les ponts de manière abrupte.

En tout cas, il sera toujours possible de télécharger les applications du groupe Facebook (Messenger, Instagram, WhatsApp) sur le Play Store ou par APK, la décision forcée de la marque empêchant seulement de préinstaller ses services; pas de les rendre disponibles sur les smartphones existants.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions