Alors que Huawei est dans la tourmente du contrecoup du bannissement américain, la France a observé la situation… mais n’a pas tiré de grande conclusion. Une représentante du gouvernement a indiqué au journal Challenges qu’il n’y avait « rien de précis à reprocher à Huawei ».

La situation entre Huawei et les États-Unis ne s’arrange toujours pas. Le bannissement est prononcé, les acteurs américains luttent contre, mais le gouvernement américain ne plie pas.

Qu’en est-il de la situation en France ? Nous savions déjà que le gouvernement Macron ne s’était pas positionné sur la même ligne que celui de Trump.

Pas de peur de Huawei en France

Une reponsable de Bercy interrogée par le journal Challenges continue sur cette ligne directrice. Elle a indiqué que la France n’avait « rien de précis à reprocher à Huawei », s’appuyant toujours sur les contrôles déjà réalisés par les acteurs français sur les produits de l’équipementier chinois, qui n’ont pas soulevé d’interrogations majeures.

Par contre, cette affaire a mis en exergue l’importance de la sécurité à l’aube de la 5G, qui sera utilisée aussi bien pour les réseaux mobiles que pour des services civiles importants comme les hôpitaux ou les voitures autonomes. Aussi, on n’écarte pas un « renforcement juridique » en la matière, sans pour autant cibler précisément Huawei sur cette question.

Plus de contrôle de l’Etat

Dans ce contexte, une proposition de loi sera discutée au Sénat. Celle-ci prévoit que les opérateurs demandent autorisation à l’État avant installation des équipements radioélectriques, pour prévenir du moindre risque sur la défense et la sécurité nationale.

« On intègre au régime d’autorisation existant des notions plus extensives que le seul secret des correspondances, et notamment des notions de souveraineté » indique la responsable. Comprenez que l’État pourra intervenir plus profondément sur ces questions jusque là restées majoritairement sous l’égide des acteurs privés.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions