Après de nombreuses fuites, il semble que des rendus officiels du Meizu 16s soient apparus sur le net avant sa présentation. L’occasion de constater qu’il réussit à fournir un design dit « borderless » sans avoir à utiliser les feintes habituelles pour cela.

Meizu 16th, pour illustration

Récemment, la marque chinoise Meizu a annoncé son retour en France. Ce dernier s’est fait avec l’appui de la sortie du Meizu 16th, un smartphone haut de gamme qui n’a hélas pas convaincu.

Sur ce dernier, on pouvait au moins observer la volonté du constructeur d’offrir tant bien que mal un design dit « borderless » sans pour autant user de stratagème comme une encoche, un poinçon ou encore un slider. Il ne faisait toutefois pas partie du segment premium, où les innovations sont véritablement affichées.

Le Meizu 16s refuse l’encoche

Cet honneur doit revenir au Meizu 16s, qui doit être annoncé d’ici la fin du mois mais est maintes et maintes fois apparu en fuite avant cela. Selon Gizmochina, un représentant de la marque a décidé de dévoiler en avant-première un rendu de leur futur appareil.

Et l’on peut voir que la tendance observée sur ses modèles plus accessibles serait particulièrement raffinée sur son modèle le plus onéreux. Le Meizu 16s réussirait à offrir un design dit « borderless » sans pour autant faire comme le Galaxy S10 et intégrer un poinçon, le futur OnePlus 7 qui cacherait son capteur dans une excroissance motorisée, ou même le Xiaomi Mi Mix 3 qui a fait revenir le slider pour cela.

Non : pas besoin de tout cela puisque son capteur photo avant semble bien intégré à une très fine bordure sur le haut de l’écran. Attention cependant : les rendus presse peuvent parfois être trompeurs, il faudra donc attendre de pouvoir voir l’appareil en chair et en os pour s’en assurer.

Caractéristiques haut de gamme

Pour ce qui est de sa fiche technique, les précédentes fuites concernant le Meizu 16s ont confirmé qu’il s’agissait d’un modèle premium : écran 6,2 pouces AMOLED Full HD+, Snapdragon 855 et 8 Go de RAM sont attendus pour ce smartphone, en prime d’un capteur Sony de 48 mégapixels avec un second capteur de 20 mégapixels en appui.

On pouvait s’attendre à cela, et c’est bien alléchant. Pour autant, le problème principal des smartphones Meizu n’a jamais été leur fiche technique, mais leur expérience logicielle : attendu sous Android 9 Pie avec l’interface Flyme OS, c’est cette dernière qui risque de gâcher la fête.