Brabus augmente l’autonomie déjà gargantuesque de la Mercedes EQS

 

Après s'être attaqué à la Smart #1, Brabus dévoile une version revue et corrigée de la Mercedes EQS, qui affiche notamment une autonomie en hausse.

On pourrait penser que les préparateurs auto seraient en danger avec le développement des voitures électriques. Pourtant, cela ne semble pas vraiment être le cas, comme nous le prouve Brabus, spécialiste des productions Smart et Mercedes, qui nous dévoile une nouvelle création très prometteuse.

Un gros travail sur l’aéro

En effet, après avoir travaillé avec Smart pour développer une version revue de son SUV #1 dévoilée hier, le préparateur s’attaque cette fois-ci à un autre modèle du groupe Daimler. Il s’agit de la Mercedes EQS, dévoilée l’an dernier et qui joue actuellement le rôle de vaisseau-amiral de la marque. Coiffant la gamme, cette cousine électrique de la Classe S a donc été revue par l’entreprise allemande, qui s’est attaquée à la version 450. Et celle fois-ci, pas question d’augmenter la puissance, mais plutôt de retravailler l’aérodynamisme.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le préparateur s’est attelé à une tâche difficile. Et pour cause, la berline électrique affiche déjà un coefficient de trainée (Cx très bas), affiché à seulement 0,20. Un record pour un modèle de série. Néanmoins, les professionnels du tuning ont réussi à abaisser ce chiffre de 7,2 %, en apportant quelques modifications à la ligne de l’EQS. Tout d’abord, la voiture a été abaissée de 15 millimètres à l’avant et 25 millimètres à l’arrière. Mais ce n’est pas tout, car de nouveaux déflecteurs en fibres de carbone ont été installés sur les passages de roues arrière, tandis que la berline s’offre un nouveau spoiler et un diffuseur inédit. Enfin, des jantes fermées en alliage allant de 20 à 22 pouces ont été ajoutées.

Une puissance inchangée

Ce travail titanesque sur l’aérodynamisme de la voiture permettrait donc d’augmenter son autonomie de l’ordre de 7 %. Mais comme le précise le site du préparateur, il faut alors rouler à une vitesse moyenne comprise entre 100 et 140 km/h pour en profiter. En effet, l’aérodynamisme a surtout un impact à hautes vitesses. Si la berline est capable sur le papier de parcourir jusqu’à 780 kilomètres en une seule charge, Brabus n’a pas annoncé de chiffre précis pour sa version retravaillée.

En revanche, et contrairement à ses autres réalisations, Brabus n’a ici pas touché à la puissance de la berline électrique, qui revendique pas moins de 333 chevaux pour 528 Nm de couple, issus de l’alliance de ses deux moteurs. La batterie est également inchangée, affichant donc toujours une capacité de 107,8 kWh pour une autonomie sur cycle WLTP de 780 km. L’autonomie de la version Brabus devrait toutefois être inférieure, du fait des jantes de 22 pouces, qui augmentent la consommation par rapport aux 20 pouces d’origine.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.