Mercedes EQA : n’attendez pas le SUV électrique pour 2020, il est retardé de quelques mois

 

Initialement attendu pour la fin du millésime 2020, le crossover compact EQA paye les pots cassés d’une série de déconvenues entraînant de facto un retard d’environ six mois. Une mauvaise nouvelle pour Mercedes, qui doit encore faire ses preuves sur le créneau de l’électrique après un EQC mitigé.

Mercedes EQA

Le Mercedes EQA ne verra finalement pas le jour en 2020

Mercedes n’est pas le constructeur le plus en vue sur le créneau de l’électrique. Certes, son Sport Utility Vehicle EQC jouit d’un grand confort, de bonnes performances et d’une interface logicielle de pointe, mais son prix trop onéreux couplé à une autonomie trop juste et un conservatisme stylistique peu audacieux ont du mal à le démarquer de la concurrence actuelle.

Six mois de retard

La firme à l’étoile cherchera cependant à redorer son blason avec deux nouvelles automobiles branchées attendues au cours des prochains mois : l’excitante berline EQS et ses 700 kilomètres d’autonomie, vouée à concurrencer la Tesla Model S, aux côtés du crossover compact EQA, le pendant électrique du GLA thermique. Problème : sa présentation et sa commercialisation ont apparemment été chamboulées.

Mercedes EQA

Le Mercedes EQA pendant ses essais hivernaux

D’après les informations du site spécialisé Autocar, la firme d’outre-Rhin a été contrainte de bousculer le calendrier de son prochain quatre roues, initialement attendu au troisième trimestre 2020. Le lancement des ventes devait intervenir d’ici la fin de l’année. Sauf que plusieurs déconvenues ont entraîné un retard d’environ six mois, sans que l’on connaisse aujourd’hui la nouvelle date d’officialisation.

Calendrier bousculé : les raisons

Plusieurs raisons expliquent cet ajournement : en premier lieu, le média britannique mentionne des problèmes d’approvisionnement de batteries. Les difficultés liées à la pandémie du coronavirus (Covid-19) ont également joué un rôle, combinées à une réorganisation interne relative à la production des véhicules électriques de la marque.

Ce dernier point impacte considérablement le planning de l’EQA, qui profitera de l’usine de Rastatt, en Allemagne, pour son assemblage. Or, le futur SUV Mercedes EQB, normalement construit à l’usine d’Hambach, en France, devrait être délocalisé à Rastatt. Pourquoi ? Car Ineos serait sur le point de racheter Hambach, compromettant l’organisation originelle de Mercedes.

Toujours d’après Autocar, l’EQA aura le droit à deux versions distinctes : l’une équipée d’un seul et unique moteur, l’autre de deux. La division sportive du groupe, AMG, pourrait aussi développer une déclinaison sportive, bien que ces informations sont à l’heure actuelle à prendre avec des pincettes.

Les derniers articles