Nous avons eu l’occasion de visiter une des usines de OnePlus, partagée avec Oppo, où est assemblé le OnePlus 6T. Reportage à Shenzhen en Chine.

Considérée comme la Silicon Valley chinoise, la ville de Shenzhen abrite de très nombreuses entreprises de technologie chinoises. Autrefois village de pêcheurs, cette mégapole de 13 millions d’habitants (contre 30 000 dans les années 1980) a connu une croissance très rapide depuis sa création.

C’était mon second voyage dans cette ville, et en quatre ans j’ai été impressionné par ce développement. La ville est baignée par des milliers de tours, tandis que les usines sont situées en périphérie. Shenzhen est une ville moderne avec des métros, une pléthore de gratte-ciels et un large éventail de centres commerciaux. De plus, Shenzhen est à seulement une heure de Hong Kong — une autre mégalopole économique asiatique bien plus occidentalisée.

Le siège social de OnePlus est situé dans un immeuble de Oppo en plein centre-ville, l’entreprise fondée par Pete Lau et Carl Pei occupe un plateau entier qui offre une vue majestueuse sur la ville. Le plateau est composé de deux énormes open-spaces où l’on peut trouver les différents départements de l’entreprise, de la comptabilité au légal, en passant par le marketing et la communication. Même si la grande majorité des employés sont chinois, OnePlus est fier d’avoir 22 nationalités différentes dans ses rangs. D’ailleurs, j’ai constaté qu’il y avait autant de femmes que d’hommes, ce qui n’est pas le cas de toutes les entreprises technologiques aux États-Unis et en Europe.

OnePlus encourage ses salariés à apporter des idées. D’ailleurs, des primes sont également prévues en cas de cooptation (pour le recrutement)

Cette visite du siège social était la première étape de la journée ; direction la banlieue de Shenzhen à la découverte de l’usine où est assemblé le OnePlus 6T. Elle est située à environ une heure du siège.

Cette usine est grande, mais elle n’est pas non plus gigantesque. Tout n’est pas fabriqué ici, Oppo et OnePlus reçoivent des composants préfabriqués qui sont ensuite assemblés dans cette usine. Cette phase d’assemblage comprend trois étapes : l’assemblage, les tests de qualité, et enfin l’emballage. D’autres usines sont dédiées à des tâches bien plus précises, comme l’usine chargée de la production des cartes mères.

Ici, les cartes mères du SMT Center (Satisfiability Modulo Theorie) arrivent pour être montées avec d’autres composants importants, tels que le châssis, l’écran, les appareils photo, la batterie, les haut-parleurs, les écouteurs, et ainsi de suite.

Cette usine dispose de 26 chaînes de montage, la moitié d’un étage est dédiée à la production du OnePlus 6T. Chaque ligne de production est divisée en deux segments : l’assemblage et les tests. Ainsi, OnePlus est capable d’assembler 960 000 smartphones OnePlus 6T tous les mois, soit près de 50 000 smartphones par jour.

C’était un spectacle fascinant de voir l’usine où les smartphones sont assemblés et les processus pour tester la durabilité et assurer la qualité. Mais c’était aussi une expérience humiliante. Fabriquer un téléphone n’est pas un processus facile et, bien que les robots soient plus impliqués que jamais, une quantité importante de travail humain est encore nécessaire.

Chaque téléphone sortant d’une chaîne de montage passe par une trentaine de mains humaines avant d’être emballé dans une boîte.

Chaque téléphone sortant d’une chaîne de montage passe par une trentaine de mains humaines avant d’être emballé dans une boîte. Cela témoigne de l’idée que les smartphones sont des appareils précieux. Des gadgets qui devraient être soignés, et qui ne sont pas des produits jetables.

La journée de travail dure généralement 10 heures sur la chaîne de montage. Il y a 120 minutes de pauses pour les repas et les toilettes ainsi que les siestes. Pas de discussions. Il faut rester debout. Pas d’eau ni de nourriture à disposition, l’hygiène est primordiale sur une chaîne de montage. Pas de téléphones mobiles non plus, il n’est également pas possible d’écouter de la musique.

Les employés sont très jeunes, la grande majorité a moins de 30 ans. L’un des responsables m’explique que ces jeunes financent leurs études grâce à ce travail. D’ailleurs, il s’agit d’une des meilleures usines d’assemblage selon les différentes personnes avec qui j’ai pu discuter pendant mon séjour. Il est surprenant que le travail humain soit encore utilisé pour des tâches si simples, c’est sans doute parce qu’il est meilleur marché que la conception, la construction et l’entretien des robots.

Seuls les responsables ont des smartphones, ils sont là pour vérifier si la cadence est bien tenue.

Une fois le module de caméra raccordé, la carte mère est apposée sur le smartphone, puis l’appareil photo avant est monté en haut.

 L’appareil photo avant est vérifié au microscope pour éviter tout problème avant le montage final.

Après cela, une série de connecteurs FPC pour l’écran et le port USB-C sont connectés à la carte mère.

L’écran AMOLED est branché et testé

Sur chaque ligne de production, un team leader vérifie le travail des employés et intervient lorsqu’un problème est détecté. Pendant ma visite, une dizaine de OnePlus 6T ont ainsi été retirés de la ligne de production.

Deux fois par jour, 15 à 30 minutes sont consacrées à des siestes. Cette pratique est généralisée en Chine, c’est également le cas dans les bureaux où des sacs de couchage et des lits de camp sont disposés par terre. Dans l’usine, c’est le seul moment où les employés peuvent s’assoir. Les sièges sont ensuite rangés sous les tables.

 

Il est temps de se remettre au travail, cette sieste dure environ 15 minutes.

Fait intéressant, il y a un indicateur de dégâts d’eau qui se trouve en bas. Il s’agit d’un petit morceau de papier placé sur l’un des câbles de données, qui virera au rose dès qu’il entrera en contact avec de l’eau.

Les instructions sont inscrites sur chaque machine, les salariés ont tous des tâches très simples qui nécessitent que très peu de formation. Les tâches techniques sont réalisées par des machines et automatisées.

Il est maintenant temps d’insérer la batterie. La batterie de 3 700 mAh possède une languette qui facilite son retrait (même si elle n’est pas facilement accessible, car vous devrez retirer la vitre pour y accéder).

La vitre arrière est attachée au téléphone. Une machine pose le verre tandis qu’une autre machine appuie sur les côtés pour que l’adhésif soit fermement fixé. Cela permet de garantir une certaine résistance à l’eau.

Ce que vous voyez ci-dessus est le capteur chargé de lire les empreintes digitales, il est directement situé sous l’écran. OnePlus nous a expliqué que l’entreprise a été obligée de retirer la prise casque pour faire suffisamment de place à ce capteur, ils en ont profité pour augmenter la capacité de la batterie.

La ROM Android et toute la partie logicielle sont préchargées sur le smartphone. Un seul PC permet de déployer Android sur des dizaines de smartphones en même temps.

Une fois l’assemblage final terminé, il est temps de tester le smartphone. Une batterie de tests est réalisée sur le lieu de montage — comprenant des tests de charge de batterie, des tests d’affichage et de précision des couleurs, ainsi que des tests de caméras.

Les haut-parleurs et les écouteurs USB Type-C sont testés. L’employé ci-dessous est un des seuls à pouvoir utiliser des écouteurs : il branche toutes les 15 secondes un nouveau smartphone pour tester ce dernier.

La machine ci-dessous vérifie tout ce qui est lié au réseau : le modem et les antennes pour la 3G, 4G et le WiFi, ainsi que le Bluetooth.

Le capteur d’empreintes sous l’écran est également calibré et testé.

Une fois que les tests sont terminés, une couche de film est fixée sur toute la surface du smartphone, puis il est emballé. À ce niveau-là, beaucoup de tâches sont gérées par des humains.

Comme vous pouvez le voir, le OnePlus 6T est vendu avec un adaptateur USB-C vers port casque.

Une fois l’emballage terminé, le OnePlus 6T est prêt à être placé dans des conteneurs et expédié vers diverses destinations dans le monde entier.

Enfin, chaque employé est fouillé avant de quitter son lieu de travail.

Petit secret de fabrication

Visiter le lieu où est assemblé le OnePlus 6T permet d’en apprendre davantage sur sa conception. Je me suis, entre autres, intéressé au capteur d’empreintes digitales. Ce dernier est en réalité un capteur photo installé sous l’écran, OnePlus collabore avec le même spécialiste qui a équipé les smartphones Huawei.

D’ailleurs, OnePlus en a profité pour me dire que le OnePlus 6T était équipé de la seconde génération de cette technologie, ce qui n’est pas le cas des smartphones Huawei.

OnePlus m’a également montré quelques designs qui auraient pu être proposés en déclinaison pour le OnePlus 6. Des coloris plutôt audacieux comme vous pouvez le voir.

Retrouvez notre test complet du OnePlus 6T à cette adresse.

À lire sur FrAndroid : Test du OnePlus 6T : la photo enfin à l’honneur

Notez que ce reportage photo a été effectué uniquement avec un Google Pixel 3