Test du Panasonic TX-48JZ1000E : un TV parfaitement calibré pour le cinéma et assez réactif pour le jeu

La qualité Cinéma de Panasonic est toujours au rendez-vous avec un appel du pied aux joueurs

Ce test est valable pour les variantes suivantes :

Points positifs de la Panasonic TX-48JZ1000E
  • Qualité d’image parfaite et excellente calibration dès la sortie du carton
  • Taux de contraste infini
  • Fluidité et compensation des mouvements
  • Lecteur de médias interne capable
  • Présence d’entrées HDMI 2.1
  • Faible retard à l’affichage dans les jeux
  • Mode adaptatif efficace avec le capteur de luminosité
  • Consommation
  • Menus pour les réglages
Points négatifs de la Panasonic TX-48JZ1000E
  • Système toujours aussi pauvre en applications
  • Audio légère
  • Télécommande non rétroéclairée
  • (Définition limitée en mode 120 Hz, en attendant le patch promis)
 

La série JZ1000E représente l’entrée de gamme chez Panasonic pour la technologie OLED prometteuse d’une image Ultra HD typée Cinéma parfaitement calibrée et équipée d’entrées HDMI 2.1 avec un temps de réponse extrêmement réduit. Disponible à partir de 1690 euros, nous avons pu tester la version de 48 pouces et voici nos impressions.

Exit la barre de son à partir des modèles JZ1000 et en deçà

Exit la barre de son à partir des modèles JZ1000 et en deçà

Après notre test du modèle le plus haut de gamme chez Panasonic, la TV TX-65JZ2000E, voici celui de la version entrée de gamme du fabricant nippon, TX-48JZ1000E. S’appuyant toujours sur une dalle OLED avec un traitement « Cinéma » prometteur d’une image parfaitement calibrée, elle embarque des connectiques complètes, dont du HDMI 2.1 supportant les dernières technologies pour les joueurs et propose un temps de retard à l’affichage extrêmement réduit. Voici nos impressions.

Panasonic TX-48JZ1000EFiche technique

Modèle Panasonic TX-48JZ1000E
Technologie d'affichage OLED
Définition Maximale 3840 x 2160 pixels
Taille de l'écran 48 pouces
Compatible HDR HDR10, HDR10+, Dolby Vision
Ports HDMI 4
Compatible Surround Dolby Atmos
Nombre de haut-parleurs 2
Puissance des haut-parleur 30 watts
Sortie audio Casques, Haut-parleurs, Optique
Système d'exploitation (OS) My Home Screen
Assistant Vocal Google Assistant, Amazon Alexa
Compatible Chromecast Oui
Efficacité énergétique G
Dimensions 1069 x 660 x 270 mm
Prix 1 289 €
Fiche produit

L’exemplaire de test nous a été prêté par la marque au format 48 pouces.

Panasonic TX-48JZ1000EDesign

Le design du modèle Panasonic TX-48JZ1000E reprend celui des anciennes générations comme la série HZ1000 avec une barre très fine sous l’écran qui vient souligner l’image.

Test du Panasonic TX-48JZ1000E : un TV parfaitement calibré pour le cinéma et assez réactif pour le jeu

L’arrière est différent avec l’électronique intégrée dans une large partie au dos qui fait 6,5 cm d’épaisseur présentant un biseau très prononcé aux extrémités pour bien finir. C’est simple et assez minimaliste.

Juste dessus, toujours en vue de derrière, il y a la dalle OLED, extrêmement fine de seulement 4 mm. Le téléviseur peut être installé sur ses deux pieds qui ont une profondeur de 27 cm et un écartement de 53 cm ce qui est plutôt raisonnable et permet ainsi de l’installer sur un petit meuble. Toutefois, le constructeur a également prévu un second emplacement pour les pieds, aux extrémités. Dans ce cas, il faut prévoir un meuble d’au moins un mètre de large laissant un espace de 94 cm entre les deux pieds. Cela permet d’installer une barre de son entre les deux, mais il faut qu’elle soit fine, car l’écran est surélevé de seulement 6,3 cm.

Les pieds sont simplement à enfoncer dans la structure basse du téléviseur. Aucune vis n’est nécessaire pour l’installation et la TV est ainsi parfaitement stable. Toujours au sujet des pieds, sachez qu’ils sont creusés à l’arrière pour pouvoir y loger quelques câbles et ainsi organiser leur fuite vers l’arrière ce qui est toujours une bonne chose. Un élément en plastique vient solidement les maintenir. On peut également compter sur des fixations à la norme VESA300 pour l’accrocher à un mur.

Connectiques du Panasonic TX-48JZ1000E

Le câble d’alimentation est placé sur la gauche de l’appareil lorsqu’on le regarde de dos. Toutes les connectiques sont placées à droite et réparties en deux sections dont l’une est orientée vers la droite et l’autre vers le bas, mais toutes verticalement ce qui facilite une installation contre un mur. Comme sur la série JZ2000, celle-ci profite de deux entrées HDMI 2.1 avec prise en charge des technologies ALLM, VRR, FreeSync Premium et Ultra HD à 120 Hz, intéressantes pour les joueurs.

Seule l’entrée HDMI 2 supporte l’eARC pour renvoyer l’audio vers une barre de son compatible. Sinon, on a droit aux connectiques classiques, à savoir deux ports USB pour la lecture de médias, une sortie casque qui peut également faire office de connecteur pour un caisson de basses et un port PCMCIA vers la droite. Vers le bas, on trouve les entrées Antenne et satellite, une autre prise USB, une sortie audio optique, la prise Ethernet, une entrée analogique Audio/Vidéo et les trois autres prises HDMI.
Le téléviseur intègre les assistants Google et Alexa, sans avoir besoin d’une enceinte connectée à côté. Les ordres vocaux pouvant lui être directement adressés. Il est Wi-Fi et Bluetooth.

Panasonic TX-48JZ1000EImage

La série JZ1000E et donc ce modèle en 48 pouces profite d’une dalle OLED que nous pouvons qualifier de « classique » alors que les séries plus haut de gamme disposent d’une dalle plus évoluée Master HDR OLED ou Master HDR OLED Professional Edition, à l’image des JZ2000E.

Les pixels de la dalle au microscope, la même structure que les précédentes séries.

Les pixels de la dalle au microscope, la même structure que les précédentes séries.

On peut compter sur l’intégration de la nouvelle puce d’intelligence artificielle qui s’occupe d’optimiser le rendu de manière automatique en fonction des contenus qui sont affichés à l’écran. Un mode spécifique « Auto AI » est d’ailleurs prévu dans les réglages d’images. Ainsi, le constructeur aide les personnes qui ne changent jamais les modes d’images pour leur proposer des paramètres les plus adaptés possibles. Les utilisateurs plus avertis auront vite fait de sélectionner le meilleur mode en fonction des contenus qu’ils regardent depuis les menus du téléviseur.

Comme les autres séries, celle-ci profite de très nombreux modes avec pas moins de 5 qui sont dédiés aux réglages Cinéma : Cinéma, Vrai Cinéma, Filmmaker, Professionnel1 et Professionnel2. Le mode Professionnel1 étant recommandé pour un visionnage en journée, avec de la lumière dans la pièce alors que les autres sont plutôt conseillés pour regarder dans l’obscurité.
Toutefois, sachez que le téléviseur dispose d’un capteur de luminosité qui permet d’adapter celle-ci automatiquement. Il est actif par défaut sur le mode Filmmaker ce qui permet de voir une différence lorsqu’on regarde des contenus en plein jour ou le soir.

Le téléviseur est compatible HLG, HDR10, HDR10+ et Dolby Vision IQ, avec pour cette dernière fonction, la possibilité de passer en mode sombre, lumineux ou de laisser le téléviseur décider, pour des contenus compatibles, bien entendu.

Comme sur tous les modèles OLED, les angles de vision sont excellents et aucune perte de colorimétrie n’est visible si on se décale de la position centrale.
Les images proposées par ce téléviseur sont vraiment superbes. En effet, on apprécie le taux de contraste infini qui permet d’afficher de vrais noirs ainsi que des contours parfaits. En outre, on profite d’une excellente mise à l’échelle pour des contenus HD sur cette dalle Ultra HD. Le traitement des mouvements est tout aussi satisfaisant puisque sans aucune rémanence même sur des scènes exigeantes. Les artefacts sont quasiment inexistants affichant ainsi une fluidité à toute épreuve. Le visionnage d’évènements sportifs est un régal même avec des petites balles jaunes sur des fonds beaucoup plus colorés.

En mode SDR avec des images classiques, le téléviseur propose une excellente fidélité des couleurs. Cela est confirmé par nos instruments de mesure qui nous ont permis d’obtenir un Delta E moyen de 1 sur le mode Filmmaker, recommandé pour les contenus Cinéma. La valeur est nettement inférieure à 3, seuil en dessous lequel l’œil humain n’arrive plus à faire la différence entre les couleurs affichées et celles demandées. C’est donc parfaitement calibré à la sortie du carton.
La température moyenne des couleurs est également extrêmement proche de la valeur cible : 6500 K avec quelques dérives au niveau du spectre, mais rien de mauvais. Si la courbe gamma propose un résultat moyen de 2,4, donc parfaite, c’est parce que la dalle est ainsi capable de coller à la référence et d’afficher des détails aussi bien dans les zones sombres que dans celles qui sont les plus lumineuses. Rien à redire sur ces points.

Pour des contenus compatibles HDR, là encore, le téléviseur atteint la perfection en termes de colorimétrie avec une image calibrée aux petits oignons dès sa sortie du carton. On apprécie que ce modèle supporte tous les types de HDR permettant de bien en profiter sur les différentes plateformes de streaming. Là aussi, nos mesures montrent que la TV est parfaite en fidélité avec un Delta E moyen mesuré à 1,76 ce qui est nettement inférieur au seuil de 3. Tous les détails peuvent être distingués aussi bien dans les parties sombres que lumineuses même si, sur ce dernier point, le téléviseur atteint ses limites à partir de 75-80 % de luminance comme le montre le graphique ci-dessous.

En termes de luminosité, avec le mode Filmmaker, nous avons pu mesurer une luminosité maximale de 680 cd/m² ce qui est bien inférieur à celle proposée par la série la plus haut de gamme, JZ2000, mais qui n’utilise pas la même dalle. Cette dernière est donc plus recommandée si vous comptez regarder des contenus en pleine journée où elle pourra donner tout son potentiel.
Si vous privilégiez des visionnages avec moins de lumière, cela ne sera pas un problème avec ce 48-JZ1000E. Enfin pour terminer, sachez que les espaces colorimétriques sont très bien couverts, comme sur la série JZ2000 avec un pourcentage de 98 % pour le DCI-P3 et de 73 % pour le BT2020, le plus exigeant.

Le filtre antireflet est identique à celui des précédentes générations. Il peut se montrer efficace pour des petites sources de lumière, mais ne gommera pas une baie vitrée en plein jour située devant l’écran.

Panasonic TX-48JZ1000EGaming

Avec les modèles 2021, Panasonic tend la main aux joueurs. En effet, le constructeur propose deux entrées HDMI 2.1 avec le support des technologies VRR, ALLM et FreeSync Premium pour s’adapteur au mieux avec les consoles de dernières générations comme la Xbox Series X ou la PlayStation 5. Attention, l’option VRR est désactivée par défaut dans le menu.

En outre, cette année, le fabricant a mis le paquet pour proposer un temps de retard à l’affichage particulièrement réduit puisqu’il est de 14,4 ms, comme sur la série JZ2000, ce qui correspond à moins d’une image de retard à 60 Hz entre le moment où le joueur appuie sur le bouton de la manette et où l’action se déroule à l’écran. Ainsi, il se place au niveau de la concurrence même si Samsung et LG descendent encore plus bas atteignant jusqu’à 9,5 ms pour la série LG C1 et LG G1, par exemple.

À y regarder de plus près, le téléviseur n’affiche qu’une définition de 3840 x 1080 pixels et non pas les 3840 x 2160 pixels promis sur des signaux Ultra HD à 120 Hz (et ce, malgré le fait que la TV mentionne afficher du 3840 x 2160 pixels). Il s’agit du même problème que sur la série JZ2000. Panasonic nous promet une mise à jour à venir qui viendra corriger cela, mais encore indisponible à l’heure de l’écriture de ces lignes. Mis à part cela, jouer sur ce téléviseur est un véritable régal tant la jouabilité est au rendez-vous servi par une très bonne colorimétrie et une fluidité vraiment immersive.

Panasonic TX-48JZ1000EAudio

S’agissant de l’entrée de gamme OLED chez Panasonic, la série JZ1000E propose le minimum dans ce domaine. En effet, il est équipé de seulement deux haut-parleurs à large bande là où les modèles plus haut de gamme en proposent bien plus et notamment à l’arrière différemment orientés pour tenter de reproduire les effets de plafonds et latéraux. Ici, rien de tout cela.

On a droit à un son qui provient du bas de l’écran, les haut-parleurs étant intégrés dans l’épaisseur basse et dirigés vers le bas. Les deux haut-parleurs délivrent une puissance de 15 watts chacun, pas de quoi faire trembler les murs (même si l’option Basses Boost est activée), mais tout juste de profiter d’un son plutôt satisfaisant pour regarder les programmes TV mais sans plus.

Les passionnés de cinéma auront donc vite fait de lui ajouter un système audio digne de ce nom, soit sous la forme d’une barre de son, soit d’un amplificateur Home Cinéma associé à plusieurs enceintes. Le téléviseur est compatible Dolby Atmos, mais sans aucun effet. Pas de compatibilité DTS ici.

Notez la possibilité de brancher un casque ou d’utiliser la même sortie pour ajouter un caisson de basses. En outre, via une liaison Bluetooth, il est possible d’associer deux casques simultanément pour une écoute plus intime.

Panasonic TX-48JZ1000EInterface

Comme les autres téléviseurs de la marque, celui-ci embarque le système de divertissement maison, My Home Screen ici en version 6.0. Déjà vu avec la TV TX-65JZ2000E, il se présente avec une barre en bas de l’écran comme menu d’accueil avec les principales applications installées. En matière d’applications, justement, c’est là que le bât blesse puisqu’il s’agit de la plateforme qui en propose le moins. Tizen chez Samsung, WebOS chez LG et Android TV chez les autres sont beaucoup plus fourni dans ce domaine. Même Vidaa disponible sur les TV Hisense en propose plus. On a tout de même droit aux applications telles que Netflix, YouTube, Amazon Prime Video, Arte, Rakuten TV ou encore Molotov qui peut servir de service TV à la place du système TNT classique.
Il faut donc faire fi de Disney+, MyCanal ou RMC Sport, pour ne citer que ceux-ci. L’ajout d’un boîtier externe multimédia offrant plus de possibilités telles qu’un Nvidia Shield TV ou un Apple TV sera un plus. Sur la TNT, le zapping s’effectue en 2 secondes environ soit un délai satisfaisant.

Si vous disposez de médias disponibles sur le réseau domestique, via un serveur NAS, par exemple, le lecteur intégré propose une interface simple et il permet de jouer sans difficulté des contenus vidéo même parmi les plus exigeants. Par exemple, comme sur la série JZ2000E, nous avons ainsi pu lire sans saccade et avec une fluidité parfaite le film Gemini Man en Ultra HD à 80 Mbit/s. L’extinction du téléviseur est immédiate et il faut compter un peu moins de 15 secondes pour avoir une image à l’écran lorsque l’appareil est éteint.

La fonction My Scenery directement accessible depuis la télécommande permet d’afficher des fonds d’écran via un diaporama qui peut aussi être constitué de photos personnelles, le cas échéant.
Enfin, notez qu’on retrouve les mêmes menus que sur la série JZ2000E. Ils sont très bien organisés, fournis et autorisent des réglages particulièrement fins si besoin.

La télécommande, lourde et pas rétroéclairée

La télécommande livrée avec le téléviseur est identique à celle que nous avons pu voir pour la série JZ2000E. Elle profite d’un microphone intégré pour les commandes vocales aux assistants vocaux.
Plus lourde que celle de la précédente génération, elle n’est malheureusement pas rétroéclairée ce que nous regrettons surtout pour le public visé qui devrait principalement profiter du téléviseur dans la pénombre et donc avoir besoin d’une source lumineuse pour trouver les différents boutons.
Toutefois, nous la trouvons plutôt ergonomique. La touche Picture qui permet de régler rapidement les modes d’image est un vrai plus même si elle ne donne pas accès à tous les modes, mais seulement aux plus standards.

Test du Panasonic TX-48JZ1000E : un TV parfaitement calibré pour le cinéma et assez réactif pour le jeu

Panasonic TX-48JZ1000EConsommation

En ce qui concerne la consommation électrique, nous avons mesuré ce que consommait le téléviseur pendant la diffusion d’une série, « les 100 » sur Netflix (HD 5.1) pendant 4 heures avec le son et les paramètres de l’image réglée sur le mode Cinéma. Dans ces conditions, reproduites pour tous les tests de téléviseurs, le Panasonic TX-48JZ1000E consommait seulement 42 Wh ce qui est très faible. La consommation en veille est de 0,5 Watt.

Panasonic TX-48JZ1000EPrix et date de sortie

La série Panasonic JZ1000E est déclinée en 48, 55 et 65 pouces pour des prix respectifs de 1690 euros, 1990 euros et 2790 euros.

Note finale du test
9 /10
Malgré qu’il s’agisse d’un modèle d’entrée de gamme, le téléviseur Panasonic TX-48JZ1000E offre une excellente qualité d’image sinon l’une des meilleures du marché surtout pour des contenus cinéma. Il est également un très bon compagnon de jeu, notamment pour les dernières consoles ou les PC très haut de gamme, livrant une expérience immersive, fluide et particulièrement réactive.

Si vous préférez plus de luminosité, la série JZ2000 est tout indiquée, mais aussi plus chère ce qui, pour du visionnage en condition obscure ne pose aucun problème à la série JZ1000 testée ici. Les seuls reproches qu’on peut lui faire sont un système pauvre en applications, une partie audio légère comparée à l’image produite et une télécommande qui n’est pas rétroéclairée.

Points positifs de la Panasonic TX-48JZ1000E

  • Qualité d’image parfaite et excellente calibration dès la sortie du carton

  • Taux de contraste infini

  • Fluidité et compensation des mouvements

  • Lecteur de médias interne capable

  • Présence d’entrées HDMI 2.1

  • Faible retard à l’affichage dans les jeux

  • Mode adaptatif efficace avec le capteur de luminosité

  • Consommation

  • Menus pour les réglages

Points négatifs de la Panasonic TX-48JZ1000E

  • Système toujours aussi pauvre en applications

  • Audio légère

  • Télécommande non rétroéclairée

  • (Définition limitée en mode 120 Hz, en attendant le patch promis)

Les derniers articles