N’est pas Tesla qui veut : la Porsche Taycan n’aura finalement pas de mise à jour majeure

Un pas en avant, trois pas en arrière

 

Alors que la Porsche Taycan électrique devait initialement être capable de recevoir des mises à jour logicielles majeures, à la manière de Tesla, le constructeur allemand semble finalement rétropédaler. Pour ce faire, les clients seront contraints de se rendre dans un centre agréé.

Porsche Taycan

La Porsche Taycan électrique

Porsche est entré dans le grand bain du 100 % électrique en septembre 2019, après avoir présenté en grande pompe sa fameuse Taycan, déclinée en deux versions pour l’occasion — une déclinaison milieu de gamme a ensuite été introduite un mois plus tard. À l’époque, et comme le notait le site spécialisé Autocar, la firme d’outre-Rhin mentionnait la présence de mises à jour logicielles à distance, à la manière de Tesla.

Ce faisant, les ingénieurs auraient été en mesure d’améliorer le bolide électrique sans aucune intervention physique : c’est ce que l’on appelle une mise à jour OTA, pour « Over-the-Air ». Rehausser l’autonomie et booster la puissance de charge ont ainsi été cités par le média britannique susmentionné comme caractéristiques techniques capables d’être affinées.

Petits correctifs, un point c’est tout

Mais il semble que la filiale de Volkswagen ait revu ses ambitions à la baisse, comme le relate Teslarati. Un certain Nicolas Boehmer a en effet publié sur LinkedIn une lettre signée Porsche, dans laquelle le fabricant tempère visiblement ses envies, faute de pouvoir les assouvir. Les améliorations OTA ne concerneraient en effet plus les mises à jour logicielles importantes, mais uniquement les petits correctifs.

Pour profiter des changements majeurs apportés à la voiture, les clients seront dans l’obligation de se présenter à un centre Porsche, au sein duquel les ingénieurs implémenteront la mise à jour manuellement. Pour se justifier, l’entreprise allemande pointe du doigt le poids de la mise à jour, que seuls les établissements physiques du groupe peuvent supporter grâce à leur ligne Internet haut débit.

Une architecture trop complexe ?

Un argument balayé d’un revers de la main par Mario Hedger dans les colonnes de The Last Driver License Holder (toujours relayé par Teslarati), pour qui l’architecture électronique du Taycan, bien plus complexe que celle des Tesla, demeure le véritable problème. Régulièrement, les voitures de la société d’Elon Musk reçoivent des mises à jour d’une taille conséquente, sans que cela n’entraîne de difficultés globales.

Cette incapacité de Porsche à proposer une expérience utilisateur aussi aboutie que certains concurrents montre que les constructeurs d’automobiles haut de gamme ont encore du chemin à parcourir dans le domaine de l’électrique. Et plus particulièrement en ce qui concerne la partie logicielle et électronique, où Tesla semble encore avoir un bon train d’avance.

Les derniers articles