Test de la Realme Watch S : une montre connectée efficace pour un prix accessible

Montres/Bracelet Connectés • 2020

Points positifs de la Realme Watch S
  • Le prix accessible
  • L'analyse du rythme cardiaque et de la SpO2
  • L'autonomie de plus de deux semaines
  • Les suivis d'entraînements complets
  • La pertinence de l'analyse du sommeil
Points négatifs de la Realme Watch S
  • L'écran LCD et pas Oled
  • La couronne trop large
  • Le peu de fonction en dehors du suivi de santé
  • Le système logiciel fermé
  • Pas d'Always-On
 

Introduction

Avec sa deuxième montre connectée, Realme propose une montre avec un format plutôt classique, mais à un prix de moins de 100 euros particulièrement accessible. On a testé la Realme Watch S.

La Realme Watch S

La Realme Watch S // Source : Frandroid

Après une première montre connectée lancée en mai dernier, Realme n’a pas attendu bien longtemps pour dévoiler un second modèle. Annoncée au début du mois de novembre, la Realme Watch S se veut particulièrement accessible avec un prix de moins de 80 euros. Mais pour ce prix, que propose-t-elle concrètement ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Fiche technique de la Realme Watch S

Modèle Realme Watch S
Taille d'écran 1.3 pouces
Définition de l'écran 360 x 360 pixels
Format écran Circulaire
Dimension 259.5 mm
Poids 48 grammes
Batterie 390 mAh
Capteur de rythme cardique Oui
Analyse du sommeil Oui
Accéléromètre Oui
Capteur de lumière ambiante Oui
Indice de protection IP68
Prix 79 €
Fiche produit

La montre de ce test nous a été fournie par Realme.

Un design efficace, mais qui manque de finitions

Alors que la première Realme Watch, lancée en mai 2020, arborait un design très similaire à celui de l’Apple Watch, avec un écran carré aux angles arrondis, la nouvelle Realme Watch S se veut un peu plus classique d’aspect. Ici, il s’agit d’une montre au format rond comme on en retrouve chez Samsung, Huawei ou Amazfit.

La Realme Watch S

La Realme Watch S // Source : Frandroid

Il s’agit en fait d’un boîtier de 46 mm de diamètre. Conçu en alliage d’aluminium, il s’avère plutôt solide et bien conçu. Son format est par ailleurs bien pensé, pour les petits comme pour les gros poignets et la montre ne viendra pas prendre trop — ou trop peu — de place à votre bras. Logique, puisqu’il s’agit ici d’une taille unique.

On va néanmoins retrouver une couronne tout autour du boîtier, indiquant les dizaines de minutes en chiffres arabes. Cette couronne est d’ailleurs plutôt épaisse, avec 7 mm d’épaisseur pour un écran de seulement 1,3 pouce sur lequel on reviendra plus tard. Realme a fait le choix d’intégrer la couronne derrière l’écran en Gorilla Glass. Dans l’ensemble, on aurait préféré des finitions plus soignées, avec une couronne plus discrète ou carrément plus visible, en relief, mais la montre a un aspect assez classique plutôt plaisant.

La couronne de la Realme Watch S

La couronne de la Realme Watch S // Source : Frandroid

Sur la droite, on va retrouver deux boutons pression au clic satisfaisant. Ceux-ci imitent des boutons de chronomètre et servent à la navigation. Enfin, en haut et en bas du boîtier, la Realme Watch S se termine par des cornes pour accrocher un bracelet. Par défaut, le constructeur chinois fournit un modèle en silicone. Néanmoins, la montre est compatible avec n’importe quel bracelet d’horlogerie de 22 mm de diamètre grâce à son système d’accroche à pompe.

Le bracelet de la Realme Watch S

Le bracelet de la Realme Watch S // Source : Frandroid

Notons par ailleurs que la Realme Watch S est une montre étanche. Certifiée IP68, elle peut donc être immergée dans l’eau pendant une durée prolongée.

Un écran seulement LCD et pas Oled

C’est en particulier pour l’écran de sa montre que Realme a dû faire quelques compromis pour proposer une montre à moins de 100 euros. Il s’agit d’une dalle de 1,3 pouce de rayon affichant 360 pixels par 360, soit un ratio de 391 pixels par pouce. Sur ce plan-là, aucun souci.

L'écran de la Realme Watch S

L’écran de la Realme Watch S // Source : Frandroid

C’est surtout sur la technologie d’affichage que la Realme Watch S va pêcher le plus. Il faut dire que contrairement à nombre de montres connectées sur le marché, Realme n’a pas fait le choix d’une dalle Oled, mais d’un écran LCD. Il en résulte notamment un niveau de contraste bien moins élevé que sur les montres haut de gamme concurrentes. Dans le noir, même les parties noires de l’écran s’afficheront comme grises et émettront de la lumière en raison du rétroéclairage. Ce n’est pas dramatique, mais c’est un point qui reste plutôt embêtant.

Corolaire de cette absence de technologie Oled : la Realme Watch S ne propose aucun mode d’écran always-on. À moins d’allumer l’écran, vous êtes donc condamné à avoir un bloc noir accroché à votre poignet et vous ne pourrez pas en profiter pour afficher un cadran simplifié pour rendre la montre un peu plus esthétique.

La Realme Watch S ne propose pas de mode always-on

La Realme Watch S ne propose pas de mode always-on // Source : Frandroid

Du côté de la luminosité en revanche, aucun problème. La montre est dotée d’un capteur plutôt réactif qui va permettre d’adapter la luminosité de l’écran à la lumière ambiante. Un bon moyen d’éviter de s’éblouir en pleine nuit ou de s’assurer d’avoir un écran suffisamment brillant en plein soleil. Si vous préférez un réglage manuel, la Realme Watch S permet par ailleurs de régler la luminosité sur trois niveaux.

Tant qu’on parle de la luminosité de l’écran, notons que la montre propose deux paramètres rapides pour la nuit : un mode ne pas déranger et un mode désactivant l’allumage automatique de l’écran. Le second va désactiver la fonction qui allume automatiquement l’écran lorsque vous tournez le poignet. Pratique pour éviter de s’éblouir en pleine nuit. En plus de cela, le mode ne pas déranger va couper les notifications. Malheureusement, il n’est pas possible de programme l’activation ou la désactivation de ces modes. Il faudra donc penser à les désactiver tous les matins.

Enfin, concernant les cadrans, la Realme Watch S propose par défaut six affichages différents pouvant indiquer le rythme cardiaque, le nombre de pas parcourus ou de calories dépensées. Au sein de l’application Realme Link sur smartphone, vous pouvez cependant en télécharger davantage parmi 105 différents. Il est également possible de concevoir son propre cadran avec une image d’illustration et l’affichage, en haut ou en bas, de l’heure et de la date.

Des fonctions limitées en dehors du sport

La Realme Watch S n’est pas équipée du système Wear OS de Google, mais d’un logiciel maison conçu par Realme. Il n’est donc pas possible d’y installer des applications supplémentaires en plus de celles intégrées par la marque. Le constructeur ne communique pas non plus sur le SoC intégré à sa montre, pas plus que sur son stockage ou sa mémoire RAM.

En matière de navigation, malgré son système maison, la Realme Watch S ne révolutionne pas le genre. La montre utilise un système de navigation basé sur l’écran tactile. Ainsi, depuis l’écran d’accueil, on peut glisser le doigt vers le bas pour dérouler les dernières notifications reçues, vers le haut pour ouvrir la liste des applications ou vers la gauche ou la droite pour passer aux différents widgets des applications. Par défaut, de gauche à droite, on peut ainsi accéder à un résumé de son activité, à la météo, aux derniers enregistrements de sommeil, au rythme cardiaque et à l’écran des paramètres rapides.

Comme on l’a vu, la Realme Watch S dispose également de deux boutons physiques. Celui du dessus va, comme le glissement vers le haut, afficher la liste des applications ou revenir à l’écran d’accueil. Celui du bas va quant à lui lancer automatiquement l’application sportive pour enregistrer un entraînement sportif.

Dans l’ensemble, on a donc ici une montre plutôt simple d’utilisation et, même si les gestes ne correspondent pas à ceux de Wear OS, les fonctions proposées sont les mêmes que sur l’écrasante majorité des montres connectées du marché. Néanmoins, comme c’est de plus en plus le cas sur ce type d’appareils, ce sont réellement les fonctions sportives ou liées à la santé qui priment sur la montre de Realme. On trouve bien quelques fonctions supplémentaires, comme la météo, la méditation, le contrôle de la musique ou l’affichage des notifications, mais elles sont secondaires par rapport à celles liées au sport.

Les applications de la Realme Watch S

Les applications de la Realme Watch S // Source : Frandroid

Du côté du contrôle de la musique, notons d’ailleurs que Realme va afficher cet écran par défaut dès que vous avez un lecteur musical lancé sur votre smartphone — y compris YouTube — et ce même si la musique est en pause depuis plus de deux heures. Il est également possible de paramétrer la montre comme un déclencheur pour l’appareil photo de son smartphone. Une fois l’application photo lancée, vous pouvez appuyer sur un bouton de la montre pour prendre une photo. Plus concrètement, la montre va en fait simplement émuler un appui sur le bouton « volume bas » de votre téléphone.

Enfin, à propos des notifications, comme souvent la Realme Watch S permet de choisir quelles applications peuvent faire vibrer votre poignet lorsque vous recevez une notification sur votre smartphone. Une fonction appréciable pour éviter d’être dérangé par n’importe quelle notification publicitaire et recevoir uniquement les messages de vos proches. Dommage cependant, il est impossible de répondre aux notifications reçues, la montre se contentant d’afficher les messages.

Notons également que certaines phrases peuvent laisser songeur au sein du logiciel de la montre comme « mode d’écran éteint » ou « standard de vibration ».

Pour contrôler la montre sur son smartphone, c’est l’application Realme Link qui est utilisée. Compatible à la fois iPhone et Android, elle vous permet de retrouver votre suivi de santé, mais également de paramétrer certains aspects de la montre comme le déclencheur de l’appareil photo, les différents cadrans, la mesure du rythme cardiaque ou les notifications pour se lever ou pour s’hydrater.

Un suivi d’activité clair et complet

La Realme Watch S n’est pas une montre qui brille par ses fonctionnalités accessoires. Logiquement, c’est donc sur le suivi de santé que la montre va se distinguer. La Realme Watch S propose en effet un suivi du rythme cardiaque en continu. Il est ainsi possible de programmer une mesure toutes les cinq, dix, vingt ou trente minutes.

Les modes d'entraînement de la Realme Watch S

Les modes d’entraînement de la Realme Watch S // Source : Frandroid

En plus de cette mesure du rythme cardiaque, la montre propose également une mesure de la SpO2, c’est-à-dire la saturation en oxygène du sang. Il ne s’agit cependant pas d’une mesure automatique, à la volée, puisque l’utilisateur doit nécessairement aller dans l’application dédiée pour savoir quel est le taux d’oxygène dans son sang.

La montre de Realme va également proposer des fonctions plus traditionnelles pour l’entraînement sportif. Ce sont ainsi 16 modes d’exercices qui sont proposés comme la course en extérieur, la marche sportive, l’entraînement en force ou le vélo elliptique, mais aussi le badminton, le cricket, le football et le handball. Une fois l’entraînement lancé — à l’aide de l’application dédiée ou du raccourci avec le bouton du bas –, la montre va mesurer le rythme cardiaque, la durée de l’exercice, la distance parcourue ou le rythme. Pour la distance, si la montre n’est pas équipée d’un GPS, elle peut se synchroniser avec celui du smartphone pour afficher la distance précise parcourue. De quoi permettre également de retrouver le tracé de son entraînement sur une carte, une fois celui-ci terminé, directement sur son smartphone.

Enfin, comme on l’a vu plus tôt, la montre peut être configurée pour vous rappeler de boire de l’eau ou de vous lever toutes les heures. Elle intègre également une fonction de suivi du sommeil plutôt précise quant à la durée de votre nuit avec une détection des différentes phases de sommeil.

Dans l’ensemble, on a donc affaire à une montre plutôt simple dans ses fonctionnalités de suivi d’activité et de santé, mais assez efficace dans ce qu’elle propose.

Comme on l’a vu, les différentes données peuvent être retrouvées sur l’application Realme Link sur Android et iOS. L’application vous permet de visualiser vos données dès que vous entrez sur la page dédiée à votre appareil. Vous pourrez ainsi découvrir le nombre de pas parcourus, la durée de votre sommeil, votre fréquence cardiaque, les mesures de SpO2 et votre journal d’exercice. Par ailleurs, pour chacun de ces suivis, vous pouvez choisir un affichage par jour, par semaine, par mois ou par année et remonter facilement le temps pour voir les enregistrements précédents. L’interface logicielle est plutôt claire et sans encombre.

Une autonomie de plus de deux semaines

Realme a doté sa Watch S d’une batterie de 390 mAh. De quoi la faire tenir pendant 15 jours selon le constructeur. De mon côté, avec quelques entraînements, l’affichage activé en pivotant le poignet — sauf la nuit et une mesure du rythme cardiaque toutes les cinq minutes, j’ai pu utiliser la montre pendant 18 jours avant qu’elle ne s’éteigne, à 2 % de batterie. On est très clairement dans le haut du panier des montres connectées en termes d’autonomie.

Le chargeur magnétique de la Realme Watch S

Le chargeur magnétique de la Realme Watch S // Source : Frandroid

Pour la recharge, la Realme Watch S est fourni avec un câble USB relié à une base magnétique. Branchée à un chargeur 22,5 W, il lui aura fallu 30 minutes pour passer de 2 à 55 % de batterie. Néanmoins, la charge complète s’est avérée bien plus longue. Après 2h15, la montre est passée à 99 % de batterie et il faudra patienter 2h28 pour une charge complète de 2 à 100 % de batterie. La Realme Watch S n’est cependant pas compatible avec la charge par induction.

Réseau et communication de la Realme Watch S

Pour la communication, la Realme Watch S se contente du strict minimum. Elle n’est équipée que d’une connectivité Bluetooth 5.0 et ne dispose pas de haut-parleurs ou de microphones. Impossible donc de passer des appels ou de la connecter à un réseau Wi-Fi.

Pour la localisation, elle ne propose pas non plus de suivi GPS autonome, mais va s’appuyer sur celui du smartphone. Pour votre entraînement, il est donc indispensable de prendre son smartphone en plus de la montre pour retrouver un suivi précis de votre course. La Realme Watch S ne dispose pas non plus de puce NFC pour le paiement sans contact.

Prix et disponibilité de la Realme Watch S

La Realme Watch S est disponible au prix de 79,99 euros, uniquement en version noire.

Note finale du test
8 /10
La Realme Watch S est une montre plutôt classique, dotée de fonctionnalité que l'on a déjà pu voir sur nombre d'autres toquantes numériques. Néanmoins, elle se distingue par son prix particulièrement agressif, avec un lancement à moins de 100 euros.

Pour ce prix, n'espérez pas retrouver de système ouvert avec des applications téléchargeables ni d'électrocardiogramme. La Realme Watch S se contente du minimum avec une analyse du rythme cardiaque, un suivi sportif, une mesure de la SpO2 ou l'analyse du sommeil. Néanmoins, ce qu'elle fait, elle le fait bien. La montre aurait pu être un peu plus soignée dans les finitions, avec un écran Oled, mais ce qu'elle perd en design, elle le gagne en autonomie avec une utilisation continue pendant plus de deux semaines. Un résultat que bien des montres parviennent à atteindre, à l'exception de celles de Honor et Huawei, vendues plus cher.

Dans l'ensemble, on a donc affaire ici à une montre connectée convaincante, sans réelle fausse note et qui propose des fonctions plutôt intéressantes. Si vous avez un budget serré pour une montre connectée, c'est une excellente alternative aux modèles plus haut de gamme.

Points positifs de la Realme Watch S

  • Le prix accessible

  • L'analyse du rythme cardiaque et de la SpO2

  • L'autonomie de plus de deux semaines

  • Les suivis d'entraînements complets

  • La pertinence de l'analyse du sommeil

Points négatifs de la Realme Watch S

  • L'écran LCD et pas Oled

  • La couronne trop large

  • Le peu de fonction en dehors du suivi de santé

  • Le système logiciel fermé

  • Pas d'Always-On

Les derniers articles