Le Samsung Galaxy Book S, dont le lancement est reporté à dans quelques mois, pourrait finalement troquer son Snapdragon 8cx pour une puce Intel Lakefield, la même que Microsoft utilisera sur l’intrigant Surface Neo.

Samsung Galaxy Book S – Crédit : Dr Windows

Et si Samsung plaquait Qualcomm pour mieux fricoter avec Intel ? C’est la question qui se pose à la lecture d’un article publié par le site allemand Dr Windows. On y apprend que le report annoncé du Samsung Galaxy Book S (dévoilé en août et initialement attendu pour octobre) serait dû à un changement de processeur. Samsung troquerait en effet Qualcomm et son Snapdragon 8cx, pour une puce Intel Lakefield… la même que Microsoft a choisi d’intégrer à son Surface Neo, annoncé début octobre à New York.

Un rapprochement de dernière minute entre Intel et Samsung ?

Cette folle rumeur, qui a pourtant tout d’une information tangible, provient d’une annonce faite par Intel suite à la conférence annuelle des développeurs que Samsung tenait la semaine dernière à San Jose (Californie). Sur place, les deux entités ont présenté quelques nouveaux appareils, note Dr Windows. Une intervention jumelée, suivie par la publication d’un communiqué Intel mentionnant le Galaxy Book S comme étant le premier à embarquer son CPU ultra basse-consommation Lakefield. Si l’on en croît ce document, le prochain ultraportable de Samsung (qui doit pour rappel permettre une autonomie de plus de 20 heures) serait donc équipé d’une puce Lakefield avant le Surface Neo de Microsoft, attendu pour 2020.

Cette nouvelle, si elle venait effectivement à se concrétiser, expliquerait le report du Galaxy Book S à une date pour l’heure non précisée. Interrogé à ce propos par Dr Windows, Samsung se contente en effet d’évoquer une sortie dans « quelques mois » pour son appareil, sans plus de détails. Ce changement de paradigme représenterait toutefois un coup dur pour l’implantation des plateformes ARM dans le monde Windows.

Et pour cause, Lenovo, qui devait au départ lancer son Yoga C630 sous Snapdragon 850, a finalement opté pour un CPU Intel basse consommation suite à une forte pression exercée sur le constructeur chinois par le fondeur américain. Si Samsung se décide à faire de même en équipant son Galaxy Book S d’une puce Lakefield, il ne resterait alors plus que le Surface Pro X de Microsoft pour porter les couleurs ARM sur Windows dans les prochains mois. De quoi laisser sceptique quant aux perspectives d’avenir de la plateforme sur ultraportables…