Avec son nouveau téléviseur ZF9, Sony cherche à prouver que les téléviseurs LCD hauts de gamme ont toujours une raison d’exister. Décliné en deux formats : 65 pouces pour le KD-65ZF9 et 75 pouces pour le KD-75ZF9, il fait face directement au Philips OLED 903 que nous avons déjà testé. Mais parvient-il à convaincre à l’usage ? On vous dit tout dans notre test complet.

Le téléviseur Sony ZF9

Caractéristiques

  • Tailles d’écran disponibles : 65 ou 75 pouces (165 ou 190 cm)
  • Type d’écran : LCD, rétroéclairage Direct LED en local dimming
  • Définition : 4K UHD (3840 x 2160 pixels)
  • Logiciel : Android TV (8.0)
  • HDR : Oui (HDR10, HLG, DolbyVision)
  • Connectiques : 4xHDMI (4K, 60 Hz, HDR), 3xUSB, antenne IEC75, 2x satellite, Ethernet RJ45, sortie optique, sortie casque, entrée audio G/D
  • WiFi : 5 (802.11ac)
  • Bluetooth : 4.2
  • Haut-parleur : 2.0, 10W + 10W
  • Tuner : 2 numériques, 1 analogique, 2 satellites (DVB-T/T2, DVB-C, DVB-S/S2)
  • Consommation annuelle : 225 kWh (65″) ou 326 kWh (75″)
  • Dimensions : 1453/837/67 mm (65″) ou 1676/963/67 mm (75″)
  • Poids : 28,2 kg (65″) ou 38,5  kg (75″)
  • SoC : NA
  • RAM : NA

Ce test a été réalisé avec un modèle prêté par le constructeur.

Design et connectiques

De prime abord, le téléviseur ZF9 de Sony surprend par son format imposant. Il faut admettre que s’il existe en version 65 pouces (KD-65ZF9) et en 75 pouces (KD-75ZF9), le constructeur japonais ne propose pas de modèle de son téléviseur avec un écran de 55 pouces. Le Sony ZF9 est avant tout pensé pour les grands salons et pourra difficilement se loger dans un petit studio ou une chambre d’étudiant.

D’un point de vue esthétique, le téléviseur de Sony est assez classique avec ses bordures noires épaisses de 7 mm en façade. On notera cependant que le fabricant a opté pour un effet bimatière avec du métal texturé pour le cadre avant et un métal plus lisse sur la partie arrière. Le dos du téléviseur est quant à lui recouvert d’un plastique avec la même texture que l’avant. Dans l’ensemble, technologie LCD oblige, on ne peut que souligner l’épaisseur importante du téléviseur avec 2,3 cm à son minimum et jusqu’à 6,7 cm au maximum.

Toujours au dos, on notera que Sony propose un cache en plastique pour masquer intelligemment les connectiques. Pratique lorsque l’on souhaite placer le téléviseur au milieu du salon, mais aussi pour optimiser sa gestion des câbles. En effet, outre ce cache en plastique, Sony a également intégré un creux dans les pieds du ZF9 afin d’y faire passer les câbles, alimentation à droite, et HDMI et USB à gauche.

Concernant les connectiques là aussi rien à redire du côté du Sony ZF9, celui-ci intègre quatre prises HDMI dont une prise ARC quelle que soit la diagonale d’écran choisie, ainsi que deux prises USB-A. De même, on apprécie la possibilité d’exporter le son du téléviseur sur un home cinéma doté d’une connectique audio optique si on le souhaite.

Logiciel

Le téléviseur Sony ZF9 est équipé de la dernière version en date d’Android TV, la 8.0. Il bénéficie en outre du patch de sécurité de juillet 2018, mais après avoir configuré le téléviseur, il nous a proposé le patch d’octobre 2018.

L’interface Android TV

Même si elle s’approche fortement de la version 7.0 d’Android TV par l’organisation de l’écran d’accueil, Android TV 8.0 apporte tout de même son lot d’évolutions. On retrouve ainsi un rangement des icônes sur l’accueil par catégories : applications, ma sélection, Sony Select, Netflix, YouTube, Play Films et TV, Play Music et Didacticiels. Une icône à gauche de la ligne vient cependant préciser quels sont les types de contenus, là où les dernières versions d’Android TV laissaient quelque peu l’utilisateur dans le flou. L’occasion également de s’assurer que l’on souhaite bien supprimer les « chaînes » Sony Select ou Didacticiels.

Android TV étant un écosystème plutôt riche en applications, il est tout à fait possible d’en ajouter d’autres grâce au Play Store ou simplement à l’aide d’un fichier APK, qu’il s’agisse de Twitch, de Molotov ou d’OCS. Bon point, Amazon Prime Vidéo est installée par défaut, tout comme Netflix. On notera également que certaines applications comme Vimeo ou OCS peuvent ajouter des « chaînes » sur l’écran d’accueil. Pratique pour mettre en avant les contenus de nos applications favorites.

Plusieurs chaînes sont proposées sur Android TV

Pour les contrôles du téléviseur, Sony ne propose qu’une seule télécommande avec son téléviseur ZF9. Plutôt classique, elle intègre les boutons Netflix et Google Play en guise de raccourcis et se veut plutôt complète, même si on aurait aimé un clavier en plus, pour éviter de se déplacer à travers le clavier virtuel de l’écran. Dans les menus du téléviseur, il est également possible d’activer la reconnaissance vocale, utilisée pour lancer Google Assistant ou pour éviter de rentrer péniblement les lettres sur le clavier virtuel.

Android TV oblige, on apprécie que le Sony ZF9 intègre nativement un Chromecast. En revanche, le téléviseur n’est pas compatible avec AirPlay ou même la technologie DLNA. Enfin, on notera que Sony propose un mode jeu dans les paramètres d’affichage, pour réduire la latence de l’écran, aux prix d’une image dont la qualité de traitement peut être légèrement amoindrie.

Qualité d’image

Le téléviseur KD-65ZF9 de Sony est doté d’une dalle affichant une définition 4K Ultra HD de 3840 pixels par 2160. Sur le modèle KD-65ZF9 avec une diagonale de 65 pouces on arrive ainsi à une résolution de 68 pixels par pouce (ppp) tandis que sur le KD-75ZF9 et son écran 75 pouces, la résolution est de 59 ppp. Dans tous les cas, la densité est suffisante pour profiter pleinement de l’image à partir de deux mètres de distance.

Le Sony ZF9 est compatible 4K HDR

Pour son rétroéclairage, Sony a utilisé une technologie Direct LED en local dimming. Oui, parce que malgré le tarif élevé de près de 3000 euros, le Sony ZF9 n’utilise pas une dalle OLED mais LCD. Le constructeur se rattrape néanmoins grâce à un HDR bien maîtrisé, aussi bien pour les contenus en HDR natif que ceux tournés en SDR. Les noirs restent suffisamment profonds et les blancs bien éclairés grâce au rétroéclairage local dimming, même si on n’arrive naturellement pas au niveau de ce que propose un téléviseur OLED comme le Philips 903.

Pour gérer le traitement d’image, aussi bien pour l’upscale en 4K que celui en HDR, Sony a utilisé ici son processeur d’image X1 Ultimate, le même qui équipe son téléviseur OLED AF9, vendu 1000 euros de plus. À l’usage, on se retrouve face à un upscaling convaincant, même pour les contenus Full HD que l’on peut trouver sur OCS et qui sont convertis artificiellement en 4K. Le niveau de détail reste agréable à l’oeil et le traitement HDR permet de bien jouer sur le clair-obscur dans les scènes de Blade Runner 2049. Encore une fois, sans être au niveau de la qualité d’image du téléviseur de Philips, le Sony ZF9 s’en tire très convenablement pour un modèle LCD.

Le téléviseur est grand, très grand

À l’aide de notre sonde, nous avons mesuré une température des couleurs à 9000K en mode standard. Un nombre bien trop élevé, éloigné des 6500K recommandés d’une lumière naturelle. En basculant vers un mode d’image cinéma, on se retrouve avec une balance des blancs à 7200K, plus proche de la couleur recommandée, mais là encore loin d’être parfaite.

Le mode cinéma est préférable pour visionner les contenus.

Nous avons également mesuré une luminosité maximale à 533 cd/m². Une luminance très élevée qui permet de profiter confortablement de son écran sans trop avoir à craindre les reflets du soleil dans son salon. On apprécie également que le téléviseur bénéficie d’un capteur de luminosité afin de s’adapter automatiquement à la lumière ambiante. Enfin, le contraste que nous avons mesuré s’élève à un taux de 3337:1. Un score là aussi très éloigné de ce que proposent les téléviseurs OLED avec leur contraste infini, mais qui reste extrêmement performant pour une dalle LCD, notamment grâce au rétroéclairage par local dimming.

Dans l’ensemble, même si l’on peut regretter qu’à ce tarif Sony ne propose pas une dalle OLED comme la plupart de ses concurrents, force est de constater que l’écran LCD du ZF9 est d’excellente qualité et parvient en partie à faire oublier les défauts inhérents à la technologie.

Son

Le téléviseur de Sony est équipé de deux haut-parleurs stéréo d’une puissance de 10W chacun. Des haut-parleurs qualifiés de « Bass Reflex » permettant théoriquement d’augmenter acoustiquement le volume des basses sans que cela n’affecte celui des aigus ou des médiums.

Dans les faits, le constat est bien plus mitigé. Si les voix et les sons les plus aigus passent sans aucun problème, c’est moins le cas des basses. Le téléviseur produit des basses étouffées à faible ou moyen volume et c’est à peine mieux en augmentant la puissance sonore globale du téléviseur.Un constat qui tient aussi bien lorsqu’on souhaite écouter de la musique en streaming que pour des scènes d’action qui manquent clairement d’ampleur en l’absence de véritable caisson de basse ou de radiateur passif intégré. On aurait apprécié que les basses aient leur propre enceinte.

Le téléviseur propose plusieurs modes audio

On se consolera en constatant que les menus du téléviseur permettent de modifier le rendu audio. Si le mode standard est décevant, comme on l’a vu, la restitution sonore est bien plus chaleureuse en mode « musique » ou en mode « cinéma ». Le premier va produire un son plus équilibré avec davantage de basses, tandis que le second propose un son plus ample même si les différentes voix se mélangent davantage.

Prix et disponibilité

Le téléviseur ZF9 de Sony est disponible autour de 3000 euros pour la version 65 pouces KD-65ZF9, et 5500 euros pour le modèle 75 pouces, KD-75ZF9.

Où acheter le Sony KD-65ZF9 au meilleur prix ?

À ce tarif de près de 3000 euros, le téléviseur de Sony fait face à deux concurrents que nous avons pu tester, les Philips OLED 903 et LG OLED C8. Ces deux téléviseurs proposent une dalle OLED, mais sont plus compacts que celui de Sony, avec un modèle de seulement 55 pouces pour le même prix.

Galerie photo

Note finale du test 6/10
Avec son ZF9, Sony a pris un risque : proposer un téléviseur à près de 3000 euros tout en conservant une dalle LCD. S'il est indéniable que le traitement d'image proposé figure parmi les meilleurs pour un écran LCD aujourd'hui, il est cependant loin d'être sans défaut.

A ce tarif, le téléviseur de Sony fait face à la concurrence de dalles OLED proposant des contrastes nettement meilleurs, une luminosité souvent plus puissante et surtout un design nettement plus fin. Le ZF9 a beau être un excellent LCD, il n'est pas au niveau de ses concurrents OLED au même prix. S'il se rattrape par sa plus grande diagonale d'écran -- qui le réserve aux salons les plus grands -- et la version 8.0 d'Android TV, l'audio n'est malheureusement pas non plus au niveau.

On préférera donc passer outre le téléviseur de Sony, malgré ses qualité indéniables. Pas parce que c'est un mauvais téléviseur, mais parce qu'on trouve bien meilleur ailleurs, pour un prix similaire.
Points positifs
  • Traitement HDR et upscaling 4K performants
  • Android TV en version 8.0
  • Bonne luminosité maximale
  • Connectiques complètes
Points négatifs
  • Prix élevé pour du LCD
  • Qualité sonore moyenne
  • Pas de clavier sur la télécommande
  • (pas de modèle 55 pouces)