Accident grave de taxi à Paris : comment fonctionnent les freins de la Tesla Model 3 ?

 

Un important accident de la circulation a fait de nombreux blessés à Paris. Il a impliqué une Tesla Model 3. Selon les premières déclarations, une défaillance technique des freins pourrait être en cause. Tesla s'est néanmoins défendu après avoir analysé les premières données techniques. Et justement... comment fonctionnent les freins de la Tesla Model 3 ?

Tesla Model 3

Tesla Model 3 // Source : Frandroid

Ce qui était un fait-divers semble devenir une affaire bien plus importante. Samedi dernier, 11 décembre 2021, il y a eu un terrible accident de la route dans le 13e arrondissement de Paris, au niveau de l’avenue d’Ivry et au croisement de la rue de Tolbiac. Au total, cet accident a provoqué 7 urgences absolues et 3 relatives selon l’AFP.

#Paris Grave #accident de la circulation dans le 13e arrondissement.
Un chauffeur de #taxi aurait perdu le contrôle de son véhicule fauchant plusieurs personnes sur son passage.
5 urgences absolues, 3 urgences relatives (PP) pic.twitter.com/nZQeyGkhm2

— Stéphanie Roy (@Steph_Roy_) December 11, 2021

Les premières informations ont été rapportées par le maire Jérôme Coumet. Selon lui, un taxi, et plus précisément une Tesla Model 3, a percuté un véhicule et a détruit un feu tricolore. Entre-temps, le chauffeur avait percuté un cycliste et foncé dans un conteneur à verre et une station de Vélib’. Le conteneur à verre a explosé, ce qui a entrainé la projection de débris sur les passants qui se situaient autour.

Tesla se défend, G7 suspend ses taxis Tesla

D’après les témoignages, le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule. Le maire Jérôme Coumet a expliqué à la presse que « l’accélérateur est resté bloqué », d’après lui, citant également un problème d’embrayage. Le chauffeur de la voiture a assuré que la pédale de frein n’aurait pas fonctionné, rendant le véhicule incontrôlable. L’enquête a été confiée au Service de traitement judiciaire des accidents (STJA) pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Tesla a rapidement communiqué l’analyse des données recueillies. Selon le constructeur automobile, l’accident serait d’origine humaine. D’après Le Parisien, aucune défaillance technique n’a été relevée. De plus, Tesla a précisé que ses voitures électriques ne sont pas équipées d’un embrayage.

La compagnie G7 a mis à l'arrêt ses taxis Tesla après un accident grave samedi à Paris, a confirmé la communication du groupe à l'#AFP aujourd'hui pic.twitter.com/mlx0Q5FMRF

— Agence France-Presse (@afpfr) December 14, 2021

La compagnie G7 a cependant décidé de suspendre ses Tesla, il y en a 37 au total sur son réseau. La plateforme de taxis explique qu’elle a pris cette décision par précaution, elle attend les premières conclusions.

Comment fonctionnent les freins de Tesla ?

Tesla utilise des freins à disque électriques, fabriqués par Brembo, pour la plupart de ses véhicules. Les véhicules Tesla utilisent également leurs moteurs électriques pour le freinage, car ils génèrent de l’énergie et ralentissent la voiture. C’est ce qu’on appelle le freinage régénératif.

Les freins à disque

Ce sont des freins similaires à ceux de la grande majorité des nouveaux véhicules, qu’ils soient électriques ou thermiques. Ces freins à disque utilisent un disque en acier poli à haute résistance avec des persiennes au centre pour le refroidissement. Le disque a un étrier qui maintient les plaquettes de frein des deux côtés. Lorsque la pression hydraulique force l’étrier à se fermer, les plaquettes de frein en céramique provoquent des frictions et ralentissent la voiture.

Les freins à disque d’une Model 3

Les freins à disque d’une Model 3

Et que se passe-t-il en cas de problème de batterie ? Même avec un problème de puissance, les freins fonctionnent toujours en théorie. En effet, les systèmes de sécurité du véhicule fonctionnent avec une batterie différente (la batterie 12 Volts) de celle du bloc d’alimentation principal, ce qui signifie qu’il fonctionne indépendamment du niveau de charge global de la voiture. Ce système est probablement plus fiable que les freins hydrauliques traditionnels, car il élimine de nombreux points de défaillance mécanique.

Le freinage régénératif

Alors, quand utilisez-vous le freinage régénératif au lieu des freins classiques ? Normalement, toute l’énergie de mouvement, lors d’un freinage, est gaspillée par les plaquettes et les disques de frein sous forme de chaleur.

Tesla utilise des moteurs spéciaux dans les roues avant, et plus précisément un moteur à induction, qui a été conçu par Nikola Tesla. Ce moteur est coupé lors de l’accélération, il s’active lors de la décélération. L’élan de la voiture fait tourner les aimants pour générer de l’énergie. C’est un moyen ingénieux d’exploiter l’énergie inutilisée, d’allonger les intervalles d’entretien, de réduire les coûts d’entretien et d’augmenter l’efficacité de la voiture.

Ce fait-divers a été beaucoup partagé. Une Model 3 a été tractée sur 2 kilomètres à 25 km/h. Cela lui a permis de récupérer 15 kilomètres d’autonomie.

Ce fait-divers a été beaucoup partagé. Une Model 3 a été tractée sur 2 kilomètres à 25 km/h. Cela lui a permis de récupérer 15 kilomètres d’autonomie.

Le freinage par récupération est utile et particulièrement fort sur les voitures Tesla. Il est généralement utilisé pour ralentir sur l’autoroute lorsque vous voyez du trafic au loin, ralentir sur les bretelles de sortie, ou encore lorsque vous approchez d’un feu de circulation. Ce sont également les situations où les plaquettes de frein s’usent très vite.

Lorsque vous utilisez le frein classique, les plaquettes de frein chauffent et les disques de frein se déforment lorsqu’ils sont chauffés sur une période prolongée. Le freinage régénératif a donc un double avantage. Il évite aux plaquettes de frein d’être usées dans de nombreux cas et génère au passage de l’énergie pour les batteries. Peu de chiffres sont communiqués, on évoque un taux entre 60 et 80 % de l’énergie cinétique récupérée grâce à ce système.

Le freinage autonome d’urgence

Les Tesla Model 3 sont également équipés d’un système de freinage autonome d’urgence avancé (AEBS, Advanced Emergency Braking System). Il s’agit d’un dispositif permettant de déclencher une décélération brutale en cas de détection d’obstacle. C’est un système qui va devenir obligatoire en Europe sur les véhicules récents, on ne doit pas le confondre avec le freinage d’urgence (celui-là amplifie l’action sur la pédale du conducteur).

Tesla AEB saves the dog. pic.twitter.com/aEo43wV5nC

— Ray4Tesla⚡️🚘☀️🔋 (@ray4tesla) April 13, 2021

En avril dernier, c’est ce système qui a sauvé la vie d’un chien, comme vous pouvez le voir en vidéo dans le tweet ci-dessus. Précisons que que ce système est indépendant de l’Autopilot. L’Autopilot est capable d’éviter un obstacle en manœuvrant la voiture alors que l’AEBS n’agit que sur les freins. De plus, il ne se déclenche que dans une certaine plage de vitesse (de 10 à 60 km/h, le cadre d’utilisation a été fixé par l’ONU) et sa décélération est limitée. Dans le cas de l’accident grave décrit ci-dessus, la voiture roulait au-delà des 100 km/h.

En octobre 2020, un fait-divers a montré que ce système n’était pas infaillible. Le conducteur d’une Model S a perdu le contrôle de son véhicule et n’a pas pu éviter le choc avec deux piétons qui se trouvaient sur le trottoir. « Une course folle de 30 m au cours de laquelle il a arraché neuf potelets et endommagé la devanture d’un salon de coiffure », précise Numerama.

Si la théorie laisse à penser que l’AEBS est une technologie censée éviter tous les accidents, en pratique, il peut toujours y avoir des biais. Il s’appuie sur des capteurs chargés de surveiller les alentours et conçus pour alerter le conducteur sur la présence d’un obstacle. Tesla indique dans son manuel d’utilisation que des facteurs peuvent empêcher la technologie d’opérer normalement. Ce qu’il faut comprendre : il ne faut pas toujours dépendre de l’AEBS pour éviter le pire.

Dans cette vidéo réalisée par la chaîne Univers Tesla, on peut voir plusieurs mises en situation et échecs du système. Dans les commentaires, d’autres propriétaires indiquent que l’AEBS fonctionne à une vitesse sous la barre des 50 km/h.

Un précédent en Chine

En avril 2021, Tesla a déjà été vivement critiqué en Chine. Le constructeur automobile a fait face à des critiques concernant à la fois la sécurité et la qualité de ses véhicules électriques. Comme le rapporte Reuters, une cliente de Tesla a fait une scène lors du salon de l’automobile de Shanghai.

Elle se plaignait de la façon dont Tesla avait traité ses plaintes concernant des freins défectueux. Elle s’est mise à grimper sur une Tesla Model 3 tout en portant un t-shirt sur lequel étaient écrits : « Les freins ne fonctionnent pas ». Tesla s’est défendu, d’après le constructeur automobile, aucun problème technique n’avait été détecté sur le véhicule en question.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles