Test de l’Ultimate Ears Wonderboom 3 : la petite reine du son à 360°

Enceintes bluetooth • 2022

Ultimate Ears Wonderboom 3
Très bon
8 /10

Note de la rédaction

Points positifs de l'Ultimate Ears Wonderboom 3
  • Son équilibré et réellement à 360°
  • Mini-dragonne pour l'accrochage
  • Autonomie de presque 14 heures
  • Résistance aux chutes et étanchéité à l'eau
  • Qualité de fabrication
  • Bluetooth multipoint
Points négatifs de l'Ultimate Ears Wonderboom 3
  • Le son de démarrage trop fort
  • La faible extension dans le grave (logique au regard du gabarit)
  • Le mode extérieur superflu
  • La recharge par micro-USB
 

L'Ultimate Ears Wonderboom 3 succède à la Wonderboom 2, en améliorant essentiellement autonomie et portée radio Bluetooth. Petite, solide, maniable et étanche, la Wonderboom se distingue par un son à 360° d'une puissance étonnante pour son gabarit. Aurait-elle tout pour plaire ?

Test Ultimate Ears Wonderboom 3
La petite enceinte Ultimate Ears Wonderboom 3 // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Reconnaissable entre toutes avec ses énormes boutons de volume, l’Ultimate Ears Wonderboom 3 est une petite enceinte Bluetooth nomade, équipée de quatre transducteurs pour un son stéréo à 360°. Ultimate Ears joue la carte du changement dans la continuité, puisqu’en comparaison du précédent millésime, la Wonderboom 3 gagne une heure d’autonomie, avec 14 heures annoncées, et voit sa couverture radio portée à 40 mètres grâce à un nouveau contrôleur Bluetooth. L’Ultimate Ears Wonderboom 3 est proposée dans quatre nouveaux coloris et fabriquée à partir de matériaux désormais davantage recyclés.

Ultimate Ears Wonderboom 3Fiche technique

Ce test a été réalisé avec une enceinte prêtée par le fabricant.

Ultimate Ears Wonderboom 3Design

L’Ultimate Ears Wonderboom 3 possède une jolie petite bouille et une remarquable qualité de fabrication. Haute de 10 cm, large d’un peu moins, elle surprend par sa compacité, d’autant que quatre transducteurs sont présents. Vous le verrez plus loin sur les photos de démontage, Ultimate Ears n’aurait pas pu faire plus petit, ni mieux, pour intégrer autant de composants dans une enceinte.

Ultimate Ears Wonderboom 3
L’Ultimate Ears Wonderboom 3 est équipée d’une petite dragonne élastique // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La Wonderboom 3 est équipée d’une face supérieure en plastique légèrement grainé, dans lequel est solidement ancrée une mini-dragonne en textile extensible. La partie supérieure accueille les trois principaux boutons de l’enceinte : mise sous tension, appairage Bluetooth et gestion de la lecture. Le contrôle du volume est assuré par deux énormes boutons logés dans la face avant. À l’opposé, la face inférieure héberge un bouton d’égalisation du son (mode extérieur), ainsi que le port de charge au format micro-USB.

Ultimate Ears Wonderboom 3
Stigmates d’une conception un peu ancienne, le port de recharge est au format micro USB // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La Wonderboom 3 est plutôt légère, avec un peu plus de 400 g et résiste, d’après Ultimate Ears, aux chutes d’une hauteur d’1 min 50 s. Je l’ai fait volontairement fait tomber dans l’herbe à plusieurs reprises sans l’abîmer, ni que cela n’altère son fonctionnement. En outre, l’enceinte est certifiée IP67, ce qui permet de l’emmener sous la douche ou à la plage, puisqu’elle ne craint ni eau, ni sable. En outre, son tissu sèche rapidement et se nettoie facilement.

Ultimate Ears Wonderboom 3Usage et application

L’Ultimate Ears Wonderboom 3 est agréable à utiliser. Sa préhension est facile, grâce à son format compact ainsi qu’au tissu presque adhérent qui l’habille. Elle est en outre particulièrement stable, et quand bien même il lui arrive de se renverser sur les terrains accidentés, elle ne roule pas si facilement et est vite retenue par sa dragonne. Quoiqu’il en soit, l’agencement des haut-parleurs fait qu’elle sonne toujours de manière identique, peu importe son positionnement.

Ultimate Ears Wonderboom 3
L’Ultimate Ears Wonderboom 3 sonne très bien à l’extérieur // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Les boutons de contrôle nécessitent une certaine force pour être correctement pressés — question d’habitude — mais cela évite les fausses manipulations. Seul reproche éventuel, les boutons de volume en façade obligent à se servir de deux doigts pour pincer l’enceinte.

Ultimate Ears Wonderboom 3
Pas bien lourde, l’Ultimate Ears Wonderboom 3 peut se transporter éventuellement par sa dragonne // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Aucune application de contrôle n’est disponible pour la Wonderboom 3 et il faudra s’en tenir aux réglages accessibles sur l’enceinte. Impossible donc de désactiver les sons de mises sous et hors tension, ou de connexion Bluetooth, dont le volume est particulièrement élevé.

Bluetooth stable et performant

L’appairage Bluetooth avec un iPhone et un smartphone Xiaomi n’a posé aucune difficulté et la connexion à deux appareils simultanément est pratique. Avec les smartphones Android, l’association est ultrarapide grâce à la prise en charge du protocole Google Fast Pair. Quant à la portée, je n’ai pas réussi à maintenir une connexion au-delà de 20 mètres en plein air, sans doute à cause de mon smartphone. Quoiqu’il en soit, les 10 mètres au travers d’une cloison mince et d’un plancher en bois sont assurés.

Ultimate Ears Wonderboom 3Audio

La Wonderboom 3 a beau être toute petite, Ultimate Ears a réussi à y loger quatre transducteurs, dont deux actifs. Cette solution acoustique est fréquemment retenue par les fabricants d’enceintes nomades, car les radiateurs passifs permettent d’obtenir une réponse étendue dans les basses fréquences, malgré un très petit volume interne. Cette technique de charge étend donc la réponse dans le grave de quelques dizaines de Hertz, tout en augmentant le rendement de l’enceinte. Par ailleurs, les transducteurs actifs voient leurs mouvements de membranes réduits dans les plus basses fréquences, ce qui permet de les faire jouer plus fort sans risquer l’endommagement. Petit bémol, ce sont les transducteurs actifs qui font bouger les passifs, avec à la clé de l’inertie et une moindre précision des hautes fréquences. C’est d’ailleurs pour cela que certains fabricants, à l’image de JBL avec la Flip 6, confient les fréquences médiums et aiguës à un tweeter.

Ultimate Ears Wonderboom 3
À gauche l’un des deux radiateurs passifs et à droite l’un des deux transducteurs actifs de l’Ultimate Ears Wonderboom 3 // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Un examen des entrailles de l’enceinte laisse voir deux petits transducteurs actifs de 4 cm de diamètre, de type large bande, modestement motorisés. Il ne faut certainement pas en attendre un son très dynamique, d’autant que les radiateurs passifs sont imposants. L’intégration est soignée : les saladiers sont cerclés de mousse pour éviter les vibrations et les transducteurs placés dos à dos en tension l’un contre l’autre, ce qui renforce la caisse et évite les pertes d’énergie. Habituellement, c’est dans les (bonnes) enceintes hi-fi qu’on trouve ce type de procédé. Même les câbles de modulation sont recouverts de mousse pour éviter les bruits parasites. C’est très propre.

Signature, dynamique et scène sonore

J’ai testé l’Ultimate Ears Wondeboom 3 avec un iPhone 13 Pro Max et un Xiaomi Mi 11 Lite 5G, en Bluetooth SBC (seul codec audio Bluetooth supporté), depuis Apple Music. Aucune différence n’est décelable en fonction de la source.

Le son à 360° n’est pas un argument marketing et fonctionne très bien. C’est même un sérieux atout de la Wonderboom 3. On a beau la tourner dans tous les sens, elle sonne toujours pareil. Petit bémol : les haut-parleurs fonctionnant en stéréo, certains vieux titres au mixage très latéralisé obligent à tourner l’enceinte pour mieux entendre les voix (Yellow Submarine des Beatles par exemple). Ceci dit, c’est moins gênant sur cette Wonderboom 3 sphérique que sur une Marshall Emberton II.

Ultimate Ears Wonderboom 3
L’un des transducteurs de 4 cm de l’enceinte // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

L’équilibre tonal de la Wonderboom 3 est bien étudié et globalement flatteur pour l’oreille. Seul reproche concernant la signature sonore, le grave est court et ne descend guère sous 80 Hz, ce qui prive la restitution de profondeur. Mais l’énergie dans le haut grave donne un peu de corps et surtout du punch. Le rapport taille/performance reste très bon. Quant au médium et à l’aigu, ils sont très doux et fluides, sans acidité.

Test Ultimate Ears Wonderboom 3
10 cm de haut pour presque autant de large // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Dès le plus faible volume d’écoute, on obtient un son intelligible et plaisant. Côté dynamisme, c’est moyen, ce qui était prévisible au regard de la taille des haut-parleurs. Pour autant, le message est organisé, précis et tout passe, qu’on écoute du jazz, de la pop, du rock ou encore du rap. Reste que la Wonderboom 3 est taillée pour une écoute de proximité : c’est à moins de deux mètres de distance qu’elle sonne le mieux.

Comportement à l’extérieur

Le mode extérieur, qui s’enclenche grâce au bouton sous l’enceinte, est franchement mauvais. Le grave est éliminé et le médium renforcé. En somme, le son perd son équilibre. On évitera donc de l’activer, d’autant que la signature par défaut de la Wonderboom 3 convient parfaitement à une diffusion en extérieur.

Ultimate Ears Wonderboom 3
L’Ultimate Ears Wonderboom 3 s’installe facilement à peu près n’importe où // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Comme souvent, l’enceinte sonne même mieux dehors que dedans et parvient à diffuser un son très puissant. Bon point, la balance tonale évolue peu lorsqu’on pousse le volume dans ses retranchements.

Ultimate Ears Wonderboom 3Micro

Comme pour les précédentes itérations, Ultimate Ears a fait l’impasse sur la fonction appel mains libres. La Wonderboom 3 ne dispose d’aucun microphone.

Ultimate Ears Wonderboom 3Autonomie

Ultimate Ears annonce une autonomie de 14 heures, grâce à une batterie de 2100 mAh. Associée à mon iPhone et à 50 % du volume, l’enceinte a cédé après 13 h 30 environ, ce qui est excellent au regard du puissant volume qu’elle délivre dans ces conditions. La batterie nécessite environ 2 h 30 pour se recharger totalement, avec un chargeur de 10 W. Malheureusement, il faudra utiliser un câble avec la vieille connectique micro-USB, Ultimate Ears n’étant toujours pas passé à l’USB-C.

Ultimate Ears Wonderboom 3Prix et date de sortie

L’Ultimate Ears Wonderboom 3 est disponible dans les coloris noir (Active Black), bleu (Performance Blue), rose (Hyper Pink) et gris clair (Joyous Bright) au prix de 99 € TTC.

Où acheter L'
Ultimate Ears Wonderboom 3 au meilleur prix ?
Note finale du test
Très bon
8 /10
Difficile de trouver des défauts acoustiques à la Wonderboom 3, tout du moins au regard de son petit gabarit. Le son à 360° est une réussite, la balance tonale plaisante chez soi comme en pleine nature et l’autonomie frôle les 14 heures.

L’étanchéité et la solidité de la Wonderboom 3 achèvent d’en faire une petite enceinte séduisante et recommandable, pour qui souhaite un format compact, pratique et atypique.

Points positifs de l'Ultimate Ears Wonderboom 3

  • Son équilibré et réellement à 360°

  • Mini-dragonne pour l'accrochage

  • Autonomie de presque 14 heures

  • Résistance aux chutes et étanchéité à l'eau

  • Qualité de fabrication

  • Bluetooth multipoint

Points négatifs de l'Ultimate Ears Wonderboom 3

  • Le son de démarrage trop fort

  • La faible extension dans le grave (logique au regard du gabarit)

  • Le mode extérieur superflu

  • La recharge par micro-USB