Volkswagen va développer sa partie logicielle en Chine pour ne pas se faire dépasser

 

Des Volkswagen ID.3 livrées avec des logiciels pas tout à fait au point, des retards concernant le lancement de plusieurs modèles Audi, Bentley ou encore Porsche à cause des logiciels… Le Groupe Volkswagen rencontre actuellement de grosses difficultés dans ce domaine et envisage de se tourner vers la Chine pour redevenir compétitif.

DB2022AU00188_large

Si Volkswagen commence à voir le bout du tunnel avec son ID.3, c’est un peu moins le cas pour les modèles à venir. En effet, une nouvelle génération de véhicules électriques haut de gamme est en cours de développement sous la direction d’Audi et Porsche, deux marques membres du groupe allemand. Mais des problèmes liés aux logiciels ralentiraient le processus de développement, obligeant Audi, Porsche, mais aussi Bentley, à potentiellement retarder le lancement de leurs nouveaux modèles.

Plusieurs lancements retardés

Pour notamment faire face à ces problèmes, qui pourraient s’étendre au-delà des modèles haut de gamme, Volkswagen envisage très sérieusement de se tourner vers la Chine pour « stimuler ses offres numériques et logicielles » peut-on lire dans les colonnes d’Automotive News Europe. Ainsi, le groupe germanique prévoit d’importants investissements en Chine pour employer « plusieurs milliers » d’ingénieurs en logiciel et ainsi tenter de rattraper ses rivaux, au moins sur le marché chinois dans un premier temps.

Il faut dire que les constructeurs chinois ont aujourd’hui une sacrée avance par rapport à certains constructeurs européens dans ce domaine, à commencer par XPeng, NIO et BYD, rois dans leur pays, et qui comptent bien s’attaquer désormais au marché européen. Ces voitures sont aujourd’hui capables de procéder à des paiements en ligne, de naviguer sur les réseaux sociaux ou de divertir ses occupants grâce à des fonctions originales (karaoké embarqué, jeux vidéo intégrés…).

La conduite autonome en ligne de mire

Mais c’est surtout en matière d’aides à la conduite et de conduite autonome que les constructeurs chinois impressionnent, tout comme les fonctions liées à la connectivité entre les voitures, mais aussi avec les infrastructures urbaines.

Herbert Diess, le patron du Groupe Volkswagen, identifie les logiciels comme un facteur différenciateur clé. Il cite régulièrement l’incapacité de Nokia à suivre le rythme d’Apple avec son iPhone et pense que les fonctions de conduite autonome entraîneront une transformation de l’industrie automobile encore plus importante que le passage à l’électrique.

Et à ce petit jeu, il semblerait bien que les fabricants chinois possèdent déjà une petite longueur d’avance comme nous l’a récemment prouvé la démonstration de conduite autonome de Xpeng. Mais c’est sans compter sur Tesla qui mène la danse sur le sujet depuis plusieurs années.

La filiale de Volkswagen en charge du développement logiciel des futurs véhicules du groupe ne semble pas au meilleur de sa forme. En effet, à cause de soucis qui durent depuis plusieurs mois maintenant, les…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles