Xiaomi lance la Mi Electric Scooter Pro (ou M365 Pro), héritière plus musclée de la populaire trottinette M365 sortie en 2017. Vendue à 500 euros, soit 100 euros de plus que le précédent modèle, cette nouvelle version apporte-t-elle véritablement assez de nouveautés pour justifier cette hausse de prix ? Réponse dans notre test complet.

Rappelons que d’un point de vue légal, les trottinettes électriques sont des objets de loisir et non des moyens de transport pouvant être utilisés sur l’espace public. Elles sont interdites d’utilisation aussi bien sur les trottoirs que sur la chaussée ou les pistes cyclables. À l’heure actuelle, elles sont tolérées, mais les mœurs pourraient changer du jour au lendemain.

Notre test en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Fiche Technique

Avant de nous plonger dans le test, jetons un rapide coup d’œil aux caractéristiques du Mi Electric Scooter Pro de Xiaomi.

  • Dimensions dépliée : 113 x 43 x 118 cm
  • Dimensions pliée : 113 x 43 x 49 cm
  • Moteur : 300 W Brushless
  • Batterie Lithium-Ion LG 474 W
  • Autonomie : 45 km théorique
  • Temps de recharge 8 heures
  • Poids : 14,2 kg
  • Poids autorisé : 120 Kg
  • Vitesse de pointe 26 km/h
  • Roues  : taille 8,5 pouces, gonflables
  • Freins : Avant électromagnétiques, arrière à disque
  • Norme IP54
  • Écran à LED
  • Connectivité : Bluetooth
  • Prix : 499 euros

Ce test a été réalisé avec une trottinette prêtée par Xiaomi.

Des changements bien cachés

Livrée non montée, la trottinette demande environ 10 minutes d’assemblage. Les petites vis fournies s’accompagnent d’un livret qui explique très clairement comment la rendre prête à l’emploi. Petit bémol cependant, le guidon n’est pas réglable : il faut donc se contenter de la hauteur par défaut de ce dernier. À titre personnel, et du haut (c’est vite dit) de mes 1 mètre 62, cette disposition me convient parfaitement, mais sans doute que ce ne sera pas le cas avec tout le monde.

Si nous mettons côte à côte la M365 première du nom et la nouvelle Pro, difficile au premier regard de les distinguer. D’apparence très classique, elle donne encore une fois une impression de solidité et de sécurité. Le choix des matériaux employés, la qualité de ces derniers ainsi que l’imposant gabarit de la machine ne peuvent que rassurer. Néanmoins, elle a tendance à vite marquer au moindre choc. Cela se remarque par exemple du côté du guidon qui a dû légèrement taper contre un mur. Esthétiquement, ça ne choque pas, ce sont de petites griffures, mais cela m’a surprise tout de même : deux jours d’utilisation en prenant garde et déjà un peu abîmée. Ne nous attardons pas sur son design déjà connu et voyons dès à présent quelles améliorations comporte ce modèle Pro.

Première remarque, le plateau a été agrandi en longueur et en largeur ce qui offre une plus grande surface pour poser ses pieds. Par exemple, avec mes baskets de taille 37, je peux facilement tenir les deux pieds bien à plat et en file indienne.

L’autre nouveauté notable se trouve du côté des disques de freins. Pour plus de sécurité, le diamètre a été augmenté de 10 mm. Ça paraît être un détail, mais c’est en réalité un gain de confort. Qu’il s’agisse des freins avant ou arrière, la trottinette répond toujours très vite aux commandes. Je n’ai eu aucune mauvaise surprise, que ce soit en pleine descente ou lorsque j’ai dû parfois freiner au dernier moment. C’est rassurant, on se sent tout de suite en confiance.

La petite sonnette placée à gauche du guidon est facile d’accès et permet de se faire entendre quand vous souhaitez prévenir un piéton de votre arrivée ou doubler un vélo sur une piste cyclable. La petite béquille sur le côté maintient convenablement la trottinette.

De nuit, les phares sont assez puissants pour éclairer son trajet, mais nous permettent également de rester bien visibles par les autres sur la route.

Le petit tableau de bord comprend toujours le même bouton qui permet de mettre en tension. L’écran ne se limite plus à nous informer de l’état de la batterie (cinq niveaux). La vitesse en km/h, le voyant des phares, la connectivité Bluetooth et le mode de conduite ont été ajoutés. D’ailleurs, pour naviguer entre les différentes options et activer les fonctionnalités précédemment nommées, il faut jouer avec le bouton on/off. Un appui prolongé allume ou éteint l’appareil, une pression allume ou éteint les phares tandis que deux coups rapides nous font changer de mode et donc de vitesse.

Enfin, le moteur, DC Brushless, voit sa puissance augmenter puisque celle-ci passe de 250 W à 300 W. Cela a un impact direct sur la conduite, nous y reviendrons.

De bonnes sensations sur la route

Comme beaucoup d’autres produits de cet acabit, il convient de donner un bon coup de pied à terre pour la lancer. Dès les 5 km atteints, le moteur se réveille. Une fois sur la route, la trottinette profite d’une excellente accélération, bien meilleure que celle de la génération précédente. Elle réagit instantanément à la moindre pression de la gâchette droite. La sensation de vitesse est au rendez-vous. Elle a assez de punch pour gravir des côtes sans ralentir. Bien entendu, je vous parle de petites montées dans les rues parisiennes, je doute qu’elle puisse autant tenir le coup sûr des pentes plus ardues.

Côté suspension elle assure assez bien également. Même si on regrette l’absence d’amortisseurs, pour monter sur petit trottoir ou même traverser une zone de pavés, elle ne provoque pas trop de secousses. Cela reste de l’ordre du supportable grâce à des pneus gonflables. Un excellent point qui la place au-dessus de la majorité des trottinettes de location ou d’autres modèles un peu moins robustes. Mais revenons sur les pneus un instant. Comme ils ne sont pas rigides, le risque de crevaison se veut assez élevé. Je n’ai pas eu d’incident, mais sachez-le tout de même. Xiaomi a fait le choix du confort et de la souplesse au détriment d’une plus grande solidité.

La machine propose trois vitesses : une économique qui ne dépasse pas les 16 km, une deuxième dite normale et enfin une dernière appelée sport pour vous régaler dans les longues trajectoires sans obstacle. Cette dernière est bridée à 26 km/h pour respecter la législation actuelle.

Un engin qui pèse son poids

Pour la plier rien de bien sorcier, il suffit de tourner un petit levier situé en bas de la potence pour rabaisser cette dernière et le guidon vers l’arrière de l’engin. Deuxième étape, il faut venir loger une partie de la sonnette au-dessus du pare-choc grâce à un système d’attache en caoutchouc. Facile, mais moins rapide que d’autres trottinettes qui ne demandent qu’un seul geste.

Le guidon fait office de poignée pour la soulever. Par contre, elle reste peu pratique à transporter à bout de bras. Pour monter des escaliers comme chez moi par exemple ça demande un peu de force. Oui, c’est vrai je ne suis pas la plus costaude de l’équipe, mais même notre cher rédac’ chef m’a avoué qu’elle faisait son poids. Rappelons que ce beau bébé avoisine les 15 kg. Toutes les améliorations que nous avons citées précédemment n’y sont pas étrangères.

Une trottinette connectée

Avec l’application mobile Xiaomi Home, vous devriez pouvoir consulter toutes les informations concernant votre trottinette comme l’autonomie restante, les kilomètres parcourus, la vitesse ou encore paramétrer un mot de passe et quelques mesures de sécurité. « Devriez », car malgré plusieurs tentatives et bien qu’appareillée grâce au Bluetooth, l’appli n’a jamais voulu me donner la moindre indication. Un mystère.

Une endurance jusqu’à 45 km

L’autonomie bénéficie de 15 km de plus que le modèle classique de 2017, puisqu’elle peut grimper jusqu’à 45 km. Bien sûr, cela va dépendre de votre poids (jusqu’à 120 kg) et des modes de conduites que vous choisissez, mais Xiaomi tient en théorie ses promesses. Avec mes 51 kg, j’ai pu parcourir une quarantaine de km en jonglant entre le mode normal et sport sur plusieurs jours avant de devoir la recharger grâce à sa batterie de 12 800 mAh.

Le Mi Scooter Pro se recharge grâce à un boîtier fourni de 42 V qu’il faut brancher derrière une petite protection en caoutchouc présente sur le Mi Scooter Pro. Il faut prévoir un temps assez long pour retrouver 100 % de ses capacités : comptez environ 8 heures avec le chargeur de base. Mais vous pourriez troquer ce dernier avec un autre, bénéficiant d’une charge plus rapide pour descendre ce temps à environ 4 heures.

Prix et Disponibilité

Déjà disponible à la vente au prix de 499 euros en France, vous la trouverez en ligne ainsi que dans les magasins parisiens. C’est 100 euros de plus que le modèle classique sorti en 2017. Notons qu’elle existe en noir et en blanc.

Galerie Photo

Note finale du test 9/10
Le Mi Scooter Pro est très agréable à conduire et procure de bonnes sensations. La nouvelle trottinette de Xiaomi ne révolutionne pas le précédent modèle, mais apporte un lot de nouveautés non négligeables. Il s’agit d’une petite évolution qui rassemble plein de bonnes idées : plus de puissance, plus d’autonomie, plus de confort, plus de sécurité. La contrepartie c’est que son poids augmente d’environ 2 kg, la rendant difficilement transportable.

Bien que 100 euros plus cher que le modèle de 2017, ce prix se justifie et on ne pourra que vous conseiller de craquer pour cette version Pro et améliorée sur tant de points.
  • Points positifs
    • Une belle autonomie
    • Une sensation agréable de vitesse
    • Une souplesse sur la route et lors des déplacements
    • L'impression de solidité et de sécurité
  • Points négatifs
    • Le guidon n'est pas réglable en hauteur
    • Un poids difficilement transportable
    • Temps de recharge long avec le chargeur de base
    • Attention à la creuvaison