Fondée il y a cinq ans par un entrepreneur français, la start-up ETT a fait des nouvelles solutions électriques de demain son véritable fer-de-lance. L’un de ses derniers projets en date repose sur une moto électrique dont le prototype a atteint sa phase finale.

Le paysage des motos électriques se structure doucement, mais sûrement. Et les modèles aussi originaux les uns que les autres ne cessent de pousser comme des champignons : de l’ARC Vector à la Zeus en passant par des produits plus classiques comme la LiveWire d’Harley Davidson et la SuperNEX, les férus des deux-roues disposent d’un catalogue toujours plus étoffé au fil des années.

Si les principaux constructeurs de motos multiplient les investissements dans l’électrique, des start-up encore peu connues du grand public tentent elles aussi de se faire une place sur ce créneau au fort potentiel. Parmi elles, ETT, une jeune pousse tricolore fondée il y a cinq ans par Hadrien Le Flanchec. L’objectif : « Produire pour la première fois un deux-roues électrique incorporant de la performance, de l’innovation technologique et du design », peut-on lire sur le site officiel.

Trois produits électriques déjà conçus

Au fil des projets, ETT est parvenu à finaliser trois produits au style singulier et original, marqué par des châssis entourés de deux panneaux en aluminium : le scooter électrique Raker, le vélo électrique Trayser (à acheter ou à louer) et la trottinette électrique carbone (sortie prévue en mars 2019). À tout ce beau monde vient s’ajouter un quatrième invité : une toute nouvelle moto électrique baptisée HIL, présentée dans un communiqué de presse publié le 30 novembre dernier.

Visuellement, la H1L interpelle par son design au style robotique et son imposante suspension arrière réglable. Les équipes de l’entreprise ont également focalisé leurs efforts sur le poids du produit, de 100 kg, grâce à l’installation d’un châssis en treillis et de pièces fabriquées en carbone et en aluminium. Cet équivalent d’une 125 cc offre par ailleurs une puissance de 6000 watts, soit 6 kW, lui conférant une vitesse maximale de 130 km/h.

Prix et date de sortie

Côté autonomie, le deux-roues de la marque française vous permettra d’avaler 120 kilomètres en une seule charge. De quoi effectuer des trajets de courte distance uniquement. D’autant plus que le pack de batterie se recharge quant à lui en l’espace de huit heures. Contacté par la rédaction, Hadrien Le Flanchec s’est fendu de quelques informations supplémentaires quant à son futur prix et sa date de sortie.

« Pour ce qui est du prix, il sera normalement de 6490 euros, hors aide possible, car en général les équivalents d’une 125 cc ont une aide de 1000 euros, soit potentiellement 5490 euros pour le cas de la H1L », nous explique-t-il. Concernant la date de commercialisation, il faudra patienter jusqu’à septembre 2019 pour toucher du bout des doigts ce modèle électrique. Pour information, ETT possède une enseigne à Paris, au 36 rue Ballu, dans le 9e arrondissement.