Ça y est, le numéro 2 mondial de la voiture électrique arrive enfin en France

Et il nous vient de Chine !

 

Le constructeur chinois BYD sera présent au Mondial de Paris qui se tiendra du 17 au 23 octobre prochain, tandis que la commercialisation des voitures en Europe devrait débuter au quatrième trimestre 2022.

byd-tang
Le BYD Tang, un SUV 100 % électrique déjà commercialisé en Norvège, devrait peu à peu envahir l’Europe. // Source : BYD

BMW, Audi, Citroën, Ferrari, Hyundai, Kia, Porsche, Toyota… Tous les constructeurs cités ne seront pas présents au prochain « Paris Motor Show » qui se déroulera du 17 au 23 octobre prochain à Paris, Porte de Versailles. Les salons ne séduisent plus les constructeurs pour plusieurs raisons : coûts de participation exorbitants, faible exposition médiatique (une nouveauté en chasse une autre) et le peu (voire pas) de rentabilité.

Ainsi, de nombreux constructeurs, y compris français, ne participerons pas au Mondial de Paris cette année. Le Mondial revient pourtant avec une nouvelle formule après quatre ans d’absence suite à la crise sanitaire. Même si les absents seront nombreux, il y aura tout de même plusieurs constructeurs présents, et notamment ceux qui ont des nouveautés à présenter. Parmi ceux qui auront un stand, il y a notamment Peugeot, Renault, Alpine et DS chez les Français, Mercedes, Smart, Jeep, ou encore quelques marques encore assez méconnues du grand public comme les constructeurs de voitures à hydrogène Hopium et NamX.

Une arrivée en Europe en fin d’année

Et parmi les constructeurs qui commencent à être connu et présents lors de l’évènement parisien, il y aura BYD (Build Your Dreams – Réalise tes rêves). C’est ce que vient d’annoncer la marque chinoise vient un communiqué de presse. Le public aura donc l’occasion de découvrir un nouveau constructeur, et non des moindres, puisqu’il s’agit du numéro 2 de la voiture électrique dans le monde.

Pour le moment, BYD n’est pas encore implanté dans l’Union Européenne, mais la marque commercialise toutefois depuis 2021 son SUV Tang en Europe et plus précisément en Norvège. Pourquoi la Norvège ? Tout simplement parce qu’il s’agit du marché européen le plus mature en matière de voiture électrique et il constitue un bon laboratoire en vue d’un développement prochain sur le Vieux Continent.

BYD en France à la fin de l’année ?

BYD sera donc présent au Mondial de Paris et profitera de la grande messe de l’automobile pour faire connaître davantage ses produits à des clients qui verront arriver prochainement ces modèles sur la route. Car dans le même temps, BYD compte étendre son réseau de distribution en Europe à partir du quatrième trimestre 2022.

byd-tang-6

Nous ne savons pas encore si le marché français sera concerné par une arrivée en fin d’année, BYD n’ayant pas encore officialisé la liste des pays concernés pour la fin 2022. Dans le lot, il devrait y avoir cependant les Pays-Bas, puisque la marque chinoise s’est alliée récemment au néerlandais Louwman, un des plus importants distributeurs d’Europe.

BYD en quelques mots

Pour la petite histoire, BYD Company fut fondé en 1995 et détient aujourd’hui près de 65 % du marché mondial des batteries au Nickel-cadmium. Il est également le leader mondial des batteries lithium-ion avec 30 % de parts de marché. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ses principaux clients ne sont pas les constructeurs automobiles, mais plutôt des fabricants de téléphones portables comme Nokia ou Samsung. Par la suite, BYD a voulu se diversifier dans l’automobile en 2003 avec le rachat de Qichuan Automobile Company, un constructeur chinois de petites voitures.

Les débuts dans le secteur ont été compliqués, notamment à cause du plan des autorités chinoises de consolider le secteur autour des grandes marques d’état. BYD a pourtant posé de solides fondations et a même participé à un salon automobile européen en 2008, celui de Genève, avec la présentation d’une berline hybride rechargeable, la F3DM. En Europe, BYD vend et produit des bus électriques, des chariots élévateurs ou encore des camions. La marque possède même une usine basée en Hongrie où elle emploie 300 personnes et produit jusqu’à 400 bus électriques par an.

Quels modèles pour notre marché ?

Si, en Chine, BYD commercialise une citadine électrique, deux SUV, un monospace et une berline, en Norvège, seul un SUV électrique est disponible au catalogue : le BYD Tang. C’est également ce modèle qui devrait arriver sur nos routes d’ici les prochains mois.

banner-14

Le BYD Tang est un grand SUV doté de sept places et équipé d’une batterie d’une capacité de 86,4 kWh de capacité lui permettant d’afficher une autonomie de 400 km en cycle mixte WLTP, et jusqu’à 528 km selon la même norme en milieu urbain. En termes d’efficience, on fait bien mieux, avec par exemple une Tesla Model Y parcourant 533 km en cycle mixte avec une batterie d’neviron 80 kWh.

Le Tang intègre un chargeur embarqué de 7 kW à une recharge DC grimpant jusqu’à 110 kW. La voiture est pourvue d’un moteur électrique de 180 kW (environ 245 ch), peut abattre le 0 à 100 km/h en 4,6 secondes et atteindre 180 km/h en vitesse de pointe. Il est commercialisé moyennant 619 900 couronnes norvégiennes, soit environ 62 500 euros HT, puisqu’il n’y a pas de taxes sur les véhicules électriques en Norvège.

Rendez-vous en octobre au salon de l’automobile à Paris pour tenter d’en savoir plus sur l’arrivée de BYD en France !


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles