Voitures électriques : quel paysage automobile dans les 15 années à venir ?

 

Si les voitures thermiques occupent encore une place de choix en 2021, la donne devrait considérablement changer dans les années à venir. Une pléiade de constructeurs a en effet décidé de franchir le cap d'un catalogue 100 % électrique. Qui et quand ? Réponse dans ce dossier.

Source : Taneli Lahtinen via Unsplash

Source : Taneli Lahtinen via Unsplash

En Europe, le paysage automobile va progressivement être chamboulé. Plusieurs raisons expliquent ces futurs changements : dans une pure démarche climatique et de protection de l’environnement, les autorités européennes instaurent de nouvelles normes d’émissions de CO2 qui obligent les constructeurs à rendre leurs véhicules plus propres.

De manière encore plus pragmatique, les instances du Vieux Continent ont tout bonnement décidé d’interdire la vente de voitures thermiques à partir de 2035. En effet, les nouveaux standards de CO2 seront tellement contraignants, qu’aucune automobile diesel ou essence ne pourra s’y conformer.

La France doit revoir sa position

Avec une telle réglementation qui entrera en vigueur, la France sera obligée de s’y plier. Elle qui visait pourtant l’année 2040 pour tirer un trait sur la vente de véhicules thermiques. Cette échéance recule donc de cinq ans et oblige les constructeurs à ne commercialiser que du 100 % électrique d’ici 2035, dans l’UE ou au sein de l’Hexagone.

Voitures électriques : quel paysage automobile dans les 15 années à venir ?

Toutefois, les grands fabricants de la filière ne comptent pas attendre gentiment les délais européens. Bien au contraire : une belle majorité d’entre eux anticipent d’ores et déjà cette transformation en adoptant des positions plus ou moins avant-gardistes. Certains tablent sur la décennie 2020, d’autres sur 2030, voire plus.

Pour un futur paysage automobile définitivement transformé.

Les années 2020, la première vague

Tel un océan rythmé par les marées, la filière automobile va subir plusieurs grandes vagues électriques. La première a d’ores et déjà débuté, et se prolongera tout au long de la décennie 2020 avec un premier contingent de constructeurs fin prêts à franchir le cap.

Pour le moment, force est de constater que les marques sportives et de luxe constituent le gros de cette première salve. Alpine a déjà cédé aux sirènes du 100 % électrique, lorsque Bentley prévoit d’abandonner le thermique en 2026, précédé de Ferrari, Jaguar et Mercedes en 2025.

Lotus, fabricant de voitures de sport, prévoit de totalement s’électrifier un peu plus tard, en 2028. La marque premium de Stellantis, j’ai nommé DS Automobiles, se joindra à la fête en 2025. Quelques autres acteurs plus populaires, comme Opel et Fiat, tablent sur l’année 2028 et entre 2025 et 2030, respectivement.

Mercedes EQS

La Mercedes EQS // Source : Mercedes

Au moins neuf constructeurs vont donc se lancer pleinement dans l’aventure du 100 % électrique dans un avenir relativement proche. Ils ne sont pour autant pas les plus populaires, et encore moins ceux qui écoulent des stocks en grande quantité. Le thermique restera donc encore fortement présent durant cette période.

Pour observer un réel basculement, il faut donc se tourner vers 2030, une échéance majoritairement choisie par les grands noms du secteur qui dominent les ventes de la filière.

2030, le tsunami électrique

L’année 2030 promet un vrai tournant dans le paysage automobile. Cinq ans avant les mesures strictes de l’Union européenne, un nombre non négligeable de constructeurs vont tourner une longue page de leur histoire pour basculer dans un monde 100 % électrique. Et attention, on parle ici des plus gros fabricants du monde.

Du côté des groupes allemands, Porsche, Mini (filiale de BMW) Audi et Volkswagen, vont tous se lancer dans la grande aventure en 2030 pour les deux premiers cités, puis 2033 et 2035 pour les deux autres. L’année 2030 a également été privilégiée par Volvo et la firme tricolore Peugeot, tout comme le géant américain Ford et le Japonais Honda.

Voitures électriques : quel paysage automobile dans les 15 années à venir ?

De son côté, Renault estime que 90 % de ses ventes seront électriques en 2030. Mais l’entreprise française n’a pas officiellement annoncé de date concernant une transition complète. Dans tous les cas, elle devra se plier à la volonté de l’Union européenne et donc au millésime 2035.

Ce qui est sûr, c’est que cette nouvelle décennie sera le théâtre d’un changement fort à la fois impulsé par les constructeurs eux-mêmes et par l’Europe. À ce moment-là, les voitures thermiques seront donc minoritaires en termes de ventes, et appartiendront petit à petit au passé au profit du 100 % électrique.

Le choix d’un véhicule électrique est différent selon les usages, et c’est celui des familles qui nous intéresse dans ce guide où nous passons en revue l’offre actuelle. Zéro émission peut-il être compatible avec une…
Lire la suite

Les derniers articles